Aujourd’hui5 événements

Le Lillois Octave Parango sort un EP réalisé lors d’un voyage

Le Lillois Octave Parango sort un EP réalisé lors d’un voyage

Octave Parango O F F T H E B E A T E N T R A C K #2 Style : Deep / Techno Sortie : 24/04/2020

Site Web

Le DJ et producteur lillois Octave Parango nous fait voyager avec son troisième EP "OFF THE BEATEN TRACK #2". C'est le deuxième volet d'un projet qui consiste à faire de la musique en voyageant. Il nous offre donc cinq titres sous forme d'histoire. L'histoire d'un voyage entre la Nouvelle-Zélande et la Thaïlande. Un EP poétique et mélodique, mais qui ne manque pas de rythme. Une aventure réalisée avec le label lillois Enlace Records.

Le producteur et Dj Octave Parango

Installé à Lille en 2015 avec déjà de l'expérience, Octave Parango commence à jouer au Moog Analogic Bar et dans le club Le Baron où il est résident aujourd'hui. Ces lives Deep et Techno font sa réputation et l'éclectisme de ses sons le démarque. Sans perdre de temps il se produit dans différents lieux : le Magazine Club, L'Aéronef, Le Batofar de Paris..., et lors de différents événements : Nuit électronique, Main Square Festival..., ou encore sur les ondes de Galaxie. Il enchaîne les DJs sets tout en continuant à travailler ses productions. Il réalise deux EP signés chez Enlace Records, Illogic en mai 2017 et Off the Beaten Track #1 en juin 2018. ll revient aujourd'hui après un voyage dans le monde avec son EP "OFF THE BEATEN TRACK #2 " disponible le 24 avril 2020 sur toutes les plateformes de téléchargement.

"OFF THE Beaten Track #2", une histoire de SonoritéS

Rien n'est laissé au hasard, l'ensemble de l'EP est réalisé de façon à ce que le rythme accélère au fur et à mesure. Octave le dit lui-même c'est une histoire, au début d'un voyage c'est le départ, on prend ses marques et après quelques jours le temps s’accélère. Cette histoire se joue entre deux pays mais pas n'importe lesquels : deux pays où la nature est particulièrement présente. La Nouvelle-Zélande avec ses lacs et montagne, propice à l'évasion et la Thaïlande avec ses plages de sable fin et sa communauté monastique.

Chaque titre et sa sonorité correspond à un lieu mais il laisse également place à l'interprétation. On peut entendre le chant des oiseaux, des moines ou dans le morceau Kaikoura une colonie de phoques présente dans ce lieu de Nouvelle-Zélande. Les influences techno n'ont pas pour autant été mises de coté, elles cohabitent avec sagesse. A l'écoute, on se fait transporter vers un imaginaire infini, le mélange de sons nous envahit, une découverte de l'histoire de sa création musicale.

L’univers visuel est à la hauteur de cette promesse de voyage. La photographie de la pochette a été réalisée pendant le voyage par sa copine. On peut y voir le reflet dans l'eau d'Octave. Il a également partagé une vidéo sur sa page Facebook qui nous présente un paysage géothermique qui nourrit notre imaginaire.

Quel bonheur et quel luxe de pouvoir continuer à créer ma musique de l'autre côté du globe. Les paysages ici sont incroyables alors forcément [...] c'est le top pour trouver l'inspiration !"

Octave Parango

Voyager comme Motif à la production

La première partie de cette suite a été réalisée pendant une randonnée à l'aide de son enregistreur. Octave fait des prises de sons dans la nature. Tout est fait sur place grâce au studio nomade qu'il a créé. Équipé de différents casques, un clavier, un ordinateur et une carte son, il crée en voyageant. Séduit par cette méthode de travail, il décide de prendre la route pour réaliser ce troisième EP.

Pour lui, voyager est un prétexte à la création et l'inspiration pour sa musique, peu importe où l'on voyage, la liberté et le temps que cela offre est propice à la production et le perfectionnement de sa technique. Il continue de travailler sur de nouveau projet et profite du confinement pour consacrer son temps à la production.

ou choisissez un nom
* Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, recopiez le code ci-dessous Anti-Spam Image
Revenir au Mag Chroniques
À lire aussi
147 queries in 0,530 seconds.