Aujourd’hui7 événements

HollySiz « Rather Than Talking »

HollySiz « Rather Than Talking »

HollySiz Rather Than Talking Style : Pop Sortie : 19/01/2018

Site Web

Qu’il semble loin le temps où HollySiz écumait les salles de province grimée façon Ziggy Stardust afin de faire connaître sa pop teintée de rock et d’électro. Celle-ci avait notamment pu bénéficier du soutien de quelques artistes comme Julien Doré dont, on s’en souvient, elle avait fort bien assuré la première partie de la tournée Bichon au théâtre Sébastopol.

Celle, dont l’ambition du premier opus était de nous faire partager sa créativité et de se faire un nom (My Name Is) autre que le glorieux patronyme laissé par sa lignée, avait su au final nous enchanter dès le premier titre. Aussi rythmé que mélancolique, ce Come Back to Me comme une dernière supplique au départ de son père, conquit rapidement les ondes FM et ouvrit la voie à un album tout aussi convaincant, le tout auréolé d’une tournée de plus de 100 dates. C’est dire alors si la nouvelle création de la blonde Cécile était attendue.

Les singles de Rather Than Talking

Il y a quelques mois, l’eau nous a été mise à la bouche avec le titre Fox, où la danse (jamais très loin avec HollySiz) se mêle aux guitares vrombissantes façon moteur de F1 pour nous conter l’histoire d’un oiseau de nuit dans l’ouest américain. Toutefois cet arrêt n’est qu’une étape tant cette production semble décidée à nous faire voyager.

Sentiment confirmé dès le départ avec Unlimited et son flow urbain, rapidement rejoint par un Karma très hip hop au rythme pourtant envoûtant, empli de spiritualité et qui voudrait nous transporter tout droit dans les ruines d’un temple hindou. Par son aura, HollySiz réussit le pari de nous attirer vers un style dont on semblerait à première vue assez réfractaire mais qui au final nous donne instantanément envie d’y revenir, un joli coup.

Deuxième single au titre éponyme, Rather than Talking s’avère être la pièce maîtresse de ce disque. Que ce soit au niveau de son refrain entêtant et fédérateur ou du clip mettant en scène une rébellion féminine dans une usine d’un pays de l’Est, on ne peut qu’être admiratif devant la volonté d’HollySiz de nous proposer de multiples facettes de son talent, le tout offrant véritablement un vent de fraîcheur à ce que nous nommions jadis la Nouvelle Scène Française.

Et les autres morceaux de ce nouvel album ?

La patte HollySiz ce sont avant tout des rythmes efficaces, de l’intensité mais aussi de la finesse à l’image de Boy, titre touchant, sans fioritures où la pureté de la voix de la parisienne prend son envol pour nous captiver encore un peu plus.

Mais pas le temps de se reposer sur ce nuage, retour aux fondamentaux dès le trio de titres suivants où l’on a clairement affaire au passage dancefloor de l’album (ponctué toutefois d’une courte escale en Jamaïque avec All About Now). Aussi bien avec I Will que n’aurait pas renié une certaine Cindy Lauper, le très club High Tide ou un Best Enemy rentre-dedans à souhait, on s’imagine aisément se déhancher avec entrain sur les plus belles pistes des soirées US. Face à cette électro pure qui va droit au but, du « classique » pour HollySiz en somme, on préférera davantage garder dans l’oreille la première partie de l’album, séduits par la prise de risque qui a motivée ce nouvel opus.

Avant de rentrer, la conclusion de l’album nous propose de poser nos valises plus au Sud, à la recherche du Cuban Mood. Avec ce final tout en volupté (les bonus pouvant se rattacher à ce qui a déjà été dit concernant les sons dansants), l’on a presque dessiné devant soi le coucher de soleil d’une plage de la Havane, une franche réussite.

Un album déroutant à découvrir en live à Lille !

On soulignera l’audacieuse volonté de nouveauté de la part d’HollySiz qui a tenté le pari d’une totale remise en question plutôt que de réitérer les recettes de son succès précédent alors rien que pour ça, bravo !

Evidemment tout n’est pas parfait, notre cœur de rocker étant un peu frustré de voir s’évaporer une partie de ce qui faisait l’essence même du premier album au profit de l’électro et aurait préféré un peu plus de guitares et un peu moins de sons « numériques », mais rien de dramatique cependant.

Sous son aspect déroutant au premier abord, force est cependant de constater que cet ensemble de pop léchée, calibrée pour la scène fonctionne une nouvelle fois à merveille. Pas de doutes, ce voyage proposé par la charmante HollySiz nous a globalement convaincu. Alors si vous souhaitez vous aussi prendre place à bord, direction l’Aéronef le 13 avril 2018 !

 

Revenir au Mag Chroniques
À lire aussi
177 queries in 0,216 seconds.