Pomme, un lot de « consolation » qui a tout du prix d’excellence

Pomme, un lot de « consolation » qui a tout du prix d’excellence

Pomme Consolation Style : Chanson française Sortie : 26/08/2022

Site Web

En cette fin d'été, l'heure est désormais à raviser le parasol au placard pour retrouver le cuir de nos sacs et le chemin du bureau. S'installe alors une mélancolie douce partagée entre consolation des souvenirs de vacances et interrogations sur une nouvelle page qu'il va falloir écrire. Cette mélancolie si particulière, c'est tout le thème du nouvel opus de Pomme que l'on avait quittée auréolée d'une Victoire de l'Artiste Féminine de l'année amplement méritée.

UN ALBUM COMME UNE ODE AU SOUVENIR

Dans ces dernières lueurs d'août, la chanteuse nous emmène cette fois dans une ambiance automnale. Cela démarre d'ailleurs dès la surprenante pochette ou celle-ci apparaît métamorphosée en champignon.

La voix, elle, n'a pas changé, et comme l'eucaryote, nous cueille dès les premiers pas dans ce Jardin. En ce lieu, le ton de l'album est donné : ode au souvenir ("Y'a quoi de mieux avant ?" nous assène-t-elle), à la nostalgie heureuse comme douloureuse ; tout ce qui constitue un être, avec ses forces et ses fêlures.

POMME, UNE ARTISTE DETERMINEE A FAIRE DE SES FAIBLESSES UNE SOURCE D'ENERGIE

Direction La rivière un peu plus loin, pour une ballade bucolique voire spirituelle via ce chœur de voix cristallines nous invitant à réfléchir à la fuite des heures ("Le temps passé ne repasse pas"). Puis vient Septembre, période où les feuilles tombent comme les certitudes, mais où Pomme se montre déterminée à faire de ses faiblesses une source d'énergie car après tout, "on peut tout laisser derrière".

Hommages à l'enfance, à la figure maternelle (Dans tes rêves), au féminisme de Nelly, cet album fait figure d'une sorte de Memento Mori que l'on résumerait par "Souviens-toi qui tu es et d'où tu viens". Attention cela ne veut pas dire pour autant se réfugier dans la nostalgie, mais tel l'arbre ancestral, se nourrir de son vécu des saisons précédentes pour renaître au printemps suivant.

Quoi qu'on en dise, l'Amour n'est lui aussi jamais très loin à l'image de ce When I c u d'une délicatesse rare qui se rappelle au bon souvenir d'une expérience passée. Le doute fait également son apparition, rappelons-nous du titre du premier opus de la Belle pour s'en convaincre. Mais même si cette fragilité est omniprésente, elle n'est pas pour autant synonyme de veulerie, un passage au Tombeau incitant d'ailleurs Pomme à seriner "Je ne vais pas mourir" tel un credo.

UN PIED DANS LA BRUME, L'AUTRE VERS LE SOLEIL NAISSANT

Musicalement parlant, on retrouve chez Pomme des marqueurs bien connus : piano, violons, percussions, incontournable autoharpe, bref tous les ingrédients permettant de passer 35 minutes apaisantes et inspirantes. On pourra parfois regretter une certaine monotonie dans quelques arpèges, bien vite excusée par la qualité des textes de la Décinoise et cette ambiance qui flotte telle une harmonie onirique. Petit coup de cœur au passage pour Bleu et son espèce d'euphorie minérale dans laquelle on plongerait volontiers la tête la première.

"T'as fait comment pour te trouver sans te blesser", tel pourrait résumer la philosophie pomienne, un pied dans la brume automnale du passé, l'autre vers le soleil naissant d'un futur qui a tout à offrir. Alors si le cœur et l'âme vous incitent à aller apprécier le fruit du travail de Pomme sur scène, rendez-vous le 7 mars 2023 du côté de l'Aéronef pour à n'en pas douter un sublime moment de poésie.

Revenir au Mag Chroniques
À lire aussi
165 queries in 0,215 seconds.