Aujourd’hui21 événements

Paranoid, premier album

Paranoid, premier album

Paranoid Style : Indie/alternative/grunge/rock Sortie : 31/10/2013

Site Web

Paranoid est un groupe originaire de Lille, digne héritier de la culture rock, hard rock et grunge des années 70 à 90. Influencés par des grands noms tels que Nirvana, Radiohead ou Queen of the Stone Age, ces trois musiciens, qui se sont lancés dans l'aventure en 2006 et atteignent leur forme actuelle quatre ans plus tard, sortent leur premier album éponyme en octobre 2013.

Dans ce premier opus, Matthew Bush, au chant et à la guitare, Nicolas Deleporte, à la basse, et Matthieu Karolewicz, à la batterie, proposent un rock musclé, teinté de pauses aux allures douces.

Le titre de l'album, Paranoid, est revenu comme un son de cloche à l'oreille de la rédaction de LilleLaNuit.com. Et pour cause, c'est le titre de l'album que les légendaires Black Sabbath ont sorti en 1970. Un hasard ? C'est peu probable.

Comme Black Sabbath encore une fois, le groupe choisit pour son premier album un nom éponyme. Mais l'imitation s'arrête là car ils montrent bien ici leur singularité et, ô merci, que le « vrai rock » n'est pas mort !

Ces enfants du rock de la fin du siècle dernier offrent un opus riche d'influences, au fil duquel défilent des chansons faites en bonne et due forme. Avec une douceur touchante teintée d'élans plus musclés, Paranoid propose des compositions qui ne tombent pas dans le hard barbare, mais de la musique qualitative avec une maîtrise des instruments et des lois musicales, si on peut dire, respectées et exploitées de la meilleure manière possible. Un petit groupe ? Oui, par le nombre, non pour la musique qu'ils offrent à nos oreilles.

Et parce que ce premier opus le mérite, allons sans plus attendre dans le détail. Une entrée musclée attend les auditeurs avec le morceau « Anytime ». Le trio attaque avec une batterie déchaînée, qui sait montrer sa présence tout au long de l'album, et pas seulement en tant que compagnon de fond. La guitare électrique et ses riffs puissants arrivent à la suite. Puis, cerise sur le gâteau, la voix de Matthieu Bush, donne un effet « terrific » !

Et c'est parti pour un tour : le batteur tape sur les toms sans complexe, les doigts filent et défilent sur les guitare et basse et la voix délivre ses états d'âme librement. Dans « Frail », elle se dévoile pleinement avec des instruments en retrait durant les couplets, qui reprennent leur suprématie pendant les breaks. Thèmes et paroles récurrents comme dans le titre « Passionate Monkeys » ne lassent pas l'auditeur. Des moments de douceur, il y en a, et c'est un délice pour les sens, particulièrement dans le morceau coup de coeur de la rédaction : « Haiku ». Le titre de la chanson qui se situe au milieu de l'album reprend un terme qui désigne une forme poétique japonaise, et ce n'est pas pour rien. Il commence et termine par les mots : « I'm waiting for silence and looking down at my feet », entre lesquels le chanteur se fait une réflexion sur la vie quotidienne. Il paraît se regarder vivre, être dans un silence et presque hors de son corps, scrutant ce qui se trame autour...

Des morceaux plus légers en sens et puissants en son font partie de cet opus, entre autres « Roses » et « Pictures ». Si le huitième morceau,  « Seeking a Nice Day », est celui sorti en single, il n'est pas le plus remarquable. Le final « Nevermore », doux et marqué par des breaks et thèmes récurrents ainsi qu'une longue phase instrumentale, touche plus que le précédent. Une belle manière de terminer ce premier opus...

En bref, novices et adeptes du style y trouveront leur compte. Une fois douces et un autre fois électriques, les chansons de Paranoid s’enchaînent de façon non logique mais toutefois séduisante. Le meilleur moyen de garder l'auditeur : lui donner de tout ! Et c'est ce qu'ils font avec des riffs musclés et une voix presque à saturation par moment qui, l'instant d'après, fait émaner une douceur qui caresse dans le sens du poil...

> Prochains concerts de Paranoid
- jeudi 29 janvier au El Diablo à Lille avec GOOHM
- samedi 7 février au Garage Café à Valenciennes avec Stylzero.

ou choisissez un nom
* Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, recopiez le code ci-dessous Anti-Spam Image
Revenir au Mag Chroniques
À lire aussi
269 queries in 1,414 seconds.