« Un Divan à Tunis » : Comédie drôle, incorrecte et jubilatoire avec Golshifteh Farahani

Lille la Nuit fait le choix d’un film solaire avec Un Divan à Tunis de Manele Labidi, incarné par la divine Golshifteh Farahani. Ce premier long-métrage est une comédie réjouissante sur les affres d’une jeune femme qui ouvre un cabinet de psychanalyse en Tunisie. Drôle, tout en pointant les petits travers de chacun, Un Divan à Tunis vaut qu'on s'y accorde une séance…

Golshifteh Farahani : sorte de Buster Keaton au féminin ?

Golshifteh Farahani : actrice de comédie

Manele Labidi a réalisé un seul court-métrage avant de signer ce premier long, déjà vendu dans plus d’une quarantaine de pays au moment où il sort en France. On comprend vite pourquoi.

On trouve dans la distribution Golshifteh Farahani. L’actrice franco-iranienne, illumine ce film par sa belle présence têtue. Son énergie. Elle interprète Selma, jeune femme de 35 ans, psychanalyste en France, qui décide de revenir en Tunisie pour y ouvrir un cabinet. Elle va devoir faire face aux préjugés, difficultés administratives, pression policière, petits soucis de tous types,  que lui réservent ce retour au pays.

Des comédiennes toutes remarquables.

La comédienne, au jeu précis, fait d’emblée penser au comique et réalisateur Buster Keaton. Le raccourci est osé, mais avec ce visage impassible (à la demande de la réalisatrice), Golshifteh Farahani évoque ce génie du cinéma (surnommé "l'homme qui ne rit jamais") et dévoile une nouvelle facette de son talent.

Golshifteh Farahani est le clown blanc qui permet de faire imploser des situations et se trouve en opposition aux autres protagonistes du film. De nature plus explosive. Cette opposition permet à Manele Labidi de dévoiler caractères, petits et grands travers de personnages brillamment incarnés par des comédiens dont la plupart sont inconnus du public européen.

La majorité des protagonistes se retrouvent face à Selma, sur son divan de psychanalyste, à raconter leurs vies, petits et gros tracas. Ils y évoquent des sujets qu’on n’aurait peut-être pas raconté de prime abord à une inconnue, avant que ne surgisse la révolution dite de « Jasmin » - décembre 2010 à février 2011 -. A part les femmes, dans les salons de coiffure (ce qui nous vaut l’un des moments les plus drôles du film).

Le formidable Hichem Yacoubi incarne Raouf.

Se dévoilent des personnages autant hilarants qu'émouvants, tel Raouf, homme névrosé (formidable Hichem Yacoubi, vu récemment dans Qu'un Sang Impur), qui s'interroge sur sa sexualité, et rêve de relations charnelles avec des dictateurs arabes, mais aussi Vladimir Poutine !

"Psychanalyse" de la société tunisienne

Quel pari que de se lancer dans la comédie pour un premier long-métrage ! Le genre est si difficile à maîtriser. Le plus complexe ! D’autant plus lorsqu’il est question d’évoquer des thèmes cruciaux : la religion, la corruption, les névroses, les tabous liés à la sexualité, l'antisémitisme, la place de la femme dans la société tunisienne et arabe. Et beaucoup d’autres.

De grands cinéastes ont depuis longtemps choisi le comique pour aborder des sujets complexes, interroger notre temps, nos mœurs et, dénoncer les injustices. On peut citer Chaplin, Lubitsch, … Si les références sont écrasantes, Manele Labidi délivre, à l'image de ces cinéastes, une parole humaniste et souvent culottée. Sans écraser le spectateur sous des discours pontifiants. Le film prend aussi le ton d'une comédie italienne, entre mélancolie et humour incorrect (idée renforcée par les chansons italiennes qui le parsèment).

Un Divan à Tunis est une belle comédie dont on ressort le cœur en joie, et le sourire aux lèvres. A l’heure où de nombreuses comédies paresseuses, ne respectent pas le spectateur, s’abiment dans la vulgarité, il est important de le signaler. Décidément, une semaine après Adam, le cinéma arabe affiche sa belle vitalité !

Les Infos sur Un Divan à Tunis

Synopsis : Après avoir exercé en France, Selma, 35 ans, ouvre son cabinet de psychanalyse dans une banlieue populaire de Tunis. Au lendemain de la Révolution, la demande s'avère importante dans ce pays « schizophrène ». Mais entre ceux qui prennent Freud et sa barbe pour un frère musulman et ceux qui confondent séances tarifées avec "prestations tarifées", les débuts du cabinet sont mouvementés…
Alors que Selma commence enfin à trouver ses marques, elle découvre qu'il lui manque une autorisation indispensable pour continuer d'exercer…

Un Divan à Tunis de Manele Labidi
Avec Golshifteh Farahani, Majd Mastoura, Aïcha Ben Miled, Feriel Chamari, Hichem Yacoubi

Durée : 1h28
Sortie le 12 février 2020

Photos, film-annonce © Diaphana Distribution

Revenir aux Actus
À lire aussi
171 queries in 0,558 seconds.