Aujourd’hui16 événements

« Frères d’Armes » : un premier film à soutenir avec Vincent Rottiers et Kevin Azaïs

Cette semaine, l’Actu Ciné de Lille La Nuit s’intéresse à Frères d’Arme. A l’heure où les spectateurs reprennent le chemin des salles obscures, des films « fragiles » prennent le risque de s’y aventurer, malgré un embouteillage de sorties dû aux longs mois de confinements et fermetures des cinémas. Frères d’Armes en fait partie. Pourtant, ce film vaut d’autres sorties bien plus médiatisées. Quant à sa distribution, portée par Vincent Rottiers et Kevin Azaïs, elle nous ravit !

Inspiré d’un personnage réel

Frères d’Armes est le premier film de Sylvain Labrosse. Le réalisateur, qui a plusieurs courts-métrages à son actif, raconte l’histoire de deux frères ayant quitté leur Russie natale, pour se réfugier à Brest, suite à une tragédie vécue dans leur enfance. Pour filmer Frères d’Arme, Sylvain Labrosse s’est souvenu d’un personnage qu’il a connu : « Le « vrai » Emil Matesic  a fait irruption dans ma vie, il y a bien longtemps déjà, au hasard d’une rencontre. Il y avait chez ce jeune homme originaire des Balkans quelque chose d’indéfinissable, une sorte d’attitude : c’était un vrai personnage de cinéma. Dix ans plus tard, par je ne sais quel phénomène de flux et de reflux, ce personnage a refait surface. J’avais envie d’écrire une tragédie, un film sans concession, un « vrai » film noir, flamboyant et lumineux. Emil Matesic avait la carrure d’un héros de cinéma, je n’avais qu’à m’en saisir et le faire basculer dans la fiction en lui offrant un véritable terrain de jeu et d’épreuves. »*

Emilijan (Vincent Rottier) et Gabrielle (Pauline Parigot) : comment construire une relation quand un sombre passé ressurgit ?

Comme une tragédie antique

A partir de cette rencontre, plus qu’un film noir, Sylvain Labrosse réalise un drame, proche de la  tragédie antique. Bien sûr, il y a de la tension, un suspense s’installe, mais, au fond, ce qui nous intéresse, c’est la relation complexe, torturée, passionnée entre Emilijan et Stanko, son frère cadet de cinq ans. Frères d’Arme pose la question de ce qui advient, quand, dans une relation fraternelle fusionnelle, l’un des deux décide de voler de ses propres ailes. La jalousie, le poids du passé, des traditions, de la famille, du déterminisme social, de la violence, sont également évoqués de belle façon, grâce à une écriture précise. On n’est pas forcément toujours amateur d’une mise en scène qui abuse un peu des plans « caméra-épaule » pour insuffler de l’énergie aux séquences et injecter un aspect documentaire dans la fiction. En revanche, on a aucune réserve devant l'utilisation des décors (la zone portuaire de Brest devient quasi un personnage), la belle lumière naturaliste de Jean-Philippe Bouyer,  une direction d’acteurs assurée, et une distribution solide.

Stanko (Kevin Azaïs) jeune chien fou désespéré.

Duo d’acteurs

Pour donner vie aux frères, il fallait deux jeunes comédiens, pas trop connus du grand public, pour que l’on puisse s’identifier. Il fallait, en outre, que ces acteurs soient crédibles dans les rôles de ces deux jeunes russes exilés en France. Vincent Rottiers (Bodybuilder) et Kevin Azaïs (Ni le Ciel, Ni la Terre), demi-frères dans la vie, sont parfaits. Pauline Parigot (la série Les Revenants) hérite d’un beau personnage féminin avec Gabrielle.

Avec Frères d’Arme, Sylvain Labrosse signe un film ambitieux, dénué du moindre gras (durée : 1h21), et qui ne manque pas d’aspérités. Voilà une oeuvre au ton personnel et un cinéaste qu’il nous faut désormais suivre.

Les infos sur Frères d'Arme

Synopsis : Emilijan et son jeune frère Stanko sont liés par un secret d’enfance qui les a contraints à quitter leur pays natal. Aujourd’hui, Emilijan s’est parfaitement intégré en France. Il travaille dans la zone portuaire de Brest et vit une histoire d’amour avec Gabrielle. Stanko, lui, vit dans la nostalgie du passé et attend impatiemment de rentrer au pays pour y retrouver leur vie d’avant. Tout bascule le jour où Emilijan lui annonce qu’il ne veut plus repartir.

Frères d’Arme de Sylvain Labrosse
Scénario : Agnès Caffin, Aurélien Deschamps, Sylvain Labrosse, Stéphane Schoukroun
Musique : Thomas Poli

Durée : 1h21
Sortie le 14 juillet 2021

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Visuels : Destiny Films
* Extrait de la note d'intention du réalisateur

Revenir aux Actus
À lire aussi
202 queries in 0,213 seconds.