Aujourd’hui23 événements

Le label HipHipHip

Vous connaissez peut-être Ankama, la société située à Roubaix ? Cette belle réussite régionale est connue notamment pour son jeu vidéo en ligne Dofus. Mais elle a diversifié ses activités comme avec Ankama Music et le label HipHipHip. Pour en savoir plus sur les activités du label, nous sommes allés à la rencontre de Guillaume Houzé, directeur d’Ankama Music et Elodie Sawicz, chargée de communication, d’édition et de production. Ils nous ont présenté le label, ses artistes et la soirée organisée à l’Aéronef jeudi 28 janvier.

LilleLaNuit : Comment est né le label HipHipHip par rapport aux activités de Ankama Music ? 

Guillaume : Le label est né plus ou moins en même temps qu’Ankama Music dans l’idée et dans les faits. Quand nous avons développé Ankama Music en juin 2009, nous avons en parallèle commencé à penser au label et au développement artistique. L’idée était de créer un label pour exploiter tout ce qu’il se passe autour des projets Ankama en ce qui concerne la musique, et pour faire du développement classique d’artistes. 

LilleLaNuit : Pourquoi le nom HipHipHip ?

Guillaume : Je crois qu’il vient d’un simple brainstorming. Je ne sais plus exactement comment est venue cette idée. On cherchait un nom qui connotait bien ce qu’on voulait dire. Dans HipHipHip, il y avait ce côté assez festif, ce côté international vu qu’on travaille avec pas mal de groupes notamment anglais, européens, et même américains/japonais. Ça nous a donc plu assez vite.
Elodie : Ce sont souvent les idées qui viennent des blagues qui finissent par séduire le plus en fait. 

LilleLaNuit : Justement Guillaume, tu parlais des groupes, comment ont été choisis les artistes signés pour le moment par le label ? 

Guillaume : « Choisis », ce n’est pas tant le mot. En fait, on attend des groupes qu’ils aient une vraie belle proposition artistique et esthétique, et des choses à dire quel que soit leur style.
On n’a pas de styles fermés, même si pour l’instant on est quand même sur une rotation assez Rock Indé. Mais Him par exemple fait du Post-Rock assez Jazzy. On a aussi un projet cette année en production qui est plutôt Folk. On ne peut donc pas considérer qu’il y ait une esthétique précise.
En revanche, Jeff, le directeur artistique est assez pointu sur un point. Il a une vraie revendication sur ce que propose le groupe. Pour l’instant, on est allé vers certains groupes, grâce au réseau de Jeff notamment qui est aussi musicien. Il a vécu en Angleterre donc il a repéré des artistes qui étaient intéressants, qui émergeaient. On a quand même trois premiers albums.
Même si on est allé en chercher certains, d’autres sont venus vers nous, et on espère d’ailleurs que ce soit de plus en plus le cas maintenant, c’est-à-dire que de plus en plus de groupes intéressants viennent nous proposer ce qu’ils font et qu’on est un beau coup de cœur sur leur projet. 
Elodie : Et au-delà, de la soirée qu’on organise, c’est une façon de sensibiliser les gens à ce qu’on fait.
Guillaume : On est un label jeune et en construction. L’idée, c’est que les artistes qu’on produit représentent bien la couleur qu’on veut donner au label. On veut vraiment lui donner une couleur. 

Blakfish

 

LilleLaNuit : J’ai vu sur le site que vous aviez indiqué une adresse pour envoyer les démos d’ailleurs… [HIPHIPHIP
75 boulevard d'armentières BP 60403 - 59057 Roubaix Cedex 1]

Guillaume : Oui, c’est quand même notre métier en tant que producteur de chercher un vrai coup de cœur. On serait triste qu’au bout de plusieurs mois, on ait rien eu d’excitant, de nouveau.

LilleLaNuit : Et en ce qui concerne les groupes régionaux, vous avez déjà eu quelques approches ? 

Guillaume : On a eu deux – trois petites touches avec des groupes régionaux. C’est un peu long en fait entre le moment où l’artiste vient vers toi et tu dis « On va faire quelque chose ensemble » et celui où tu le fais vraiment. Généralement, il y a toujours des petits contrats qui sont signés avec certains, donc il y a des choses à gérer pour voir s’ils sont complètement libres. Ça prend un peu de temps, mais on est effectivement sur certains projets. 
Elodie : On connait bien la scène régionale. Ce qu’on n’a peut-être pas abordé et qui est une dimension importante, c’est qu’on fait tout un travail de recherches via Ankama Music. Dans ce cadre, on fait des recherches pour tout ce qui est longs métrages animés, séries etc., tous les projets d’Ankama pour lesquels on a des besoins musicaux précis, des demandes de réalisateurs... Via ces beaux projets et ces demandes là, on a envie d’amener de la belle musique, donc si on peut inscrire des groupes régionaux, si ça correspond en terme d’esthétique et de qualité à ces projets, on fera quelque chose. On a déjà reçu pas mal de matière et on est allé en chercher pas mal aussi. 

LilleLaNuit : Les albums ne peuvent être achetés que sur internet pour le moment, via Ankama Shop ?

Guillaume : Oui, ces premières sorties là se font sur la plateforme interne. 
Elodie : On est en train d’approcher les distributeurs. Nous avons nos preuves à faire. Il faut qu’on arrive avec un minimum de catalogue, une intention qui se concrétise et pas que des paroles. 
Guillaume : Mais c’est le problème qu’on rencontre généralement. On attend que tu aies déjà de l’expérience pour le distributeur avant de distribuer, et en même temps pour en avoir, il faut être distribué. 
Elodie : Cette année, on est en train de placer des billes pour faire en sorte que ce soit évidemment distribuer en magasins. 

LilleLaNuit : Jeudi, vous organisez une soirée à l’Aéronef, qui est en fait intitulé « Session 1 » donc vous prévoyez d’installer un vrai rendez-vous HipHipHip ? 

Guillaume : Oui, c’est ça, on va essayer d’en faire un rendez-vous. Mais on ne sait pas encore si ce sera un rendez-vous annuel, semestriel voire biannuel. Mais l’idée, c’est ça, poser les jalons d’un rendez-vous festif, et donner de la visibilité aux groupes qu’on produit. On aimerait bien si tout se passe bien rééditer assez vite l’expérience.
Elodie : C’est la première, donc on commence à tâter les réactions. On constate avec plaisir qu’on commence à être identifié. 

LilleLaNuit : Comment va s’organiser la soirée car vous ne présentez pas tous les groupes ? 

Guillaume : On ne présente pas tous les groupes car ça aurait été un festival. (Rires) Mais on en présente quand même une bonne partie. On les as pour certains choisis. On aurait aimé que d’autres soient là, mais ils sont en tournée donc c’était difficile de les faire venir. On a dû s’en tenir à quatre, ce qui est déjà pas mal. Il y a M Botibol, un avant-goût de ce qu’on va avoir en production cette année, un Français avec lequel on n’a pas encore sorti d’album.
Il y a aussi Him, un beau projet, vraiment bien à voir sur scène.
Ce sera assez éclectique, assez représentatif de ce qu’on fait. Il y a aussi Blakfish qui est une vraie tuerie sur scène.
Elodie : ça peut être Pop comme très Métal, c’est un peu fou en fait. Et puis, ils sont fous (Rires). Les photos de presse sont complètement barrées. Sur scène, ça part dans tous les sens au niveau visuel.
Guillaume : C’est un groupe épatant. Même quand on n’est pas dans ces esthétiques là, c’est du spectacle. Quand on les a fait jouer au Biplan il y a quelques temps, les gens qui ne suivent pas trop cette scène là se sont demandé ce qu’ils faisaient là les cinq premières minutes, avant de se rendre compte que c’étaient de vrais artistes.
Il y aussi Pharaohs, un jeune groupe plein de talent et d’ambition.
Elodie : C’est vraiment éclectique. C’est une affiche avec des groupes pointus chacun dans leur genre, mais qui propose des choses différentes. 
 

LilleLaNuit : Et les autres objectifs de cette année ?

Guillaume : Sur le label, on va calmer un peu le jeu sur les nombres de sorties. On va se concentrer sur les projets de production, donc il y a plus de travail. On va renforcer la mise en place au niveau de la distribution comme l’a expliqué Elodie. Et on a beaucoup de projets sur l’édition, il y a des gros projets du côté d’Ankama, nous on est derrière en parallèle sur des développements musicaux… Les deux points essentiels sont donc l’édition, et la production des artistes. 2010 sera donc une année chargée et assez excitante. 

Site officiel HipHipHip
Myspace HipHipHip
Facebook HipHipHip

Les artistes HipHipHip :
* Minnaars – Royaume – Uni
* The Patriotic Sunday – Pop - Français
* Pharaohs – Pop / Rock - Royaume-Uni
* Him – USA
* Blackfish – Death Pop – Royaume-Uni
* Marvins Revolt – Pop - Danemark
 

ou choisissez un nom
* Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, recopiez le code ci-dessous Anti-Spam Image
Revenir au Mag Interviews
À lire aussi
271 queries in 3,822 seconds.