Aujourd’hui19 événements

La Rose des Vents – Une nouvelle saison riche et intense

La Rose des Vents – Une nouvelle saison riche et intense

Marie Didier, Directrice de la Rose des Vents

Site Web

La Rose des Vents a fait sa rentrée avec _jeanne_dark_ Un nom de spectacle écrit sous la forme d'un pseudo de compte Instagram. Un spectacle en avant-première à Villeneuve d'Ascq. Entre le théâtre, la danse et la performance, multiformes et frais à l'image de cette saison 2020/2021 qui commence avec des nouvelles mesures sanitaires. Marie Didier, la Directrice revient avec nous sur cet été un peu particulier, sur les moments forts du début de cette saison, et sur la fin de cette année 2020 hors les murs...

Un été un peu particulier

Vous aviez mis en place une programmation estivale, comment s’est passé cet été un peu particulier à la Rose des Vents ?

On s'est déconfinés assez vite. Dès le mois de mai, on a accueilli des compagnies en résidence. En juillet, on a mutualisé notre équipe technique avec celle du Théâtre du Nord pour finir les répétitions de Tiphaine Raffier. Cet été, on a fait beaucoup de choses en plein air, des petits trucs mais on a pu sortir pas mal. C'était des choses qu'on a un peu improvisées et qu'on a faites dans des espaces en plein air, c'était agréable. Il n'y avait pas beaucoup de monde, mais c'était une façon de dire qu'on était encore là. On a bossé pas mal avec des artistes qui étaient soit dans la saison qui se terminait, soit dans la prochaine. Ils avaient donc des choses à présenter en rapport avec leur création en cours. Ils étaient contents de pouvoir montrer sans pression où en étaient leurs projets. Par exemple, Arnaud Anckaert, qui est installé à Villeneuve d'Asq avec sa compagnie du Théâtre du Prisme, prépare sa création pour le jeune public. Cet été, il a fait des lectures avec deux comédiens dans les jardins de la médiathèque. Ça lui a permis de voir avec le public ce qui fonctionnait de manière à pouvoir retravailler le texte. Pour le coup, on a vraiment fait du spectacle vivant. On n'a donc pas l'impression d'une reprise.

C'est une saison qu'il ne faudra pas comparer. On va faire les choses bien pour que les gens ne perdent pas l'envie de revenir !

Marie Didier, Directrice de la Rose des Vents

L'annonce et les débuts de cette nouvelle saison

Les annonces de la nouvelles saison ont été chamboulées par la crise sanitaire. Est-ce que les nouveaux formats de présentation que vous avez proposés comme les vidéos, les présentations à domicile ou dans un bar vous ont permis de communiquer aussi bien que vous le vouliez avec votre public ?

On ne le sait jamais en fait, mais on a vu une première vague d'abonnement suite aux vidéos. Là, il y a une deuxième vague suite aux présentations à domicile, dans les cafés... On voit que ça fonctionne, mais on n'a plus vraiment de possibilités de comparer les choses entre elles surtout qu'on a dû réduire le nombre de places. C'est une saison qu'il ne faudra pas comparer. On va faire les choses bien pour que les gens ne perdent pas l'envie de revenir ! Il y aura une présentation d'une sélection de spectacles de la saison et de la 13ème édition du festival NEXT mercredi 7 octobre à 19h.

Vous avez dû mettre en place beaucoup de mesures sanitaires pour accueillir le public en toute sécurité. Qu’est-ce qui a été ou est le plus difficile à gérer pour vous ?

C'est que les choses sont changeantes. Ce n'est pas tellement les choses à mettre en place, car c'est assez simple et c'est du bon sens. Le plus difficile, c'est que ça change tous les jours. On a appris par exemple que dans un périmètre de 50 mètres autour des salles de spectacles etc le port du masque est obligatoire. Qu'est-ce qu'on fait de ça ? Sachant que dans la rue, tout le monde porte déjà le masque autour de la Rose des Vents. On a des exemples comme ça qui nous tombent dessus, on se demande donc si ça porte sur les files d'attente, mais tout le monde a compris qu'on ne devait pas s'agglutiner. C'est donc compliqué de se situer en terme de responsabilité. Cet été, c'était compliqué de savoir si on pouvait rassembler 25 personnes en plein air puisque les rassemblements au dessus de 10 personnes n'étaient pas autorisés mais on voyait pourtant les gens au terrasse des cafés. Tous les gens du secteur du spectacle vivant ne comprennent pas bien pourquoi certains parcs d'attraction étaient ouverts, pourquoi les trains et les avions accueillaient les gens normalement, pourquoi les terrasses de café pouvaient être remplies, et les théâtres non.

Quelques temps forts de cette saison 2020/2021

Malgré les conditions, la programmation de la Rose des Vents est quand même bien dense, quels sont les temps forts du début de cette saison culturelle ?

C'est bien de parler de la création de Arnaud Anckaert et du Théâtre du Prisme qui est une compagnie de la région. Le spectacle est destiné au jeune public. Arnaud a commandé un texte à un dramaturge anglais. C'est donc un texte qui a était écrit pour le spectacle, ce n'est pas du répertoire. C'est une histoire d'amour contrarié entre deux enfants, une fable qui tourne mal. Les parents s'en mêlent, et ce qui était une anecdote un peu pénible devient un fait divers du fait de la surinterprétation que les parents font des actes de leurs enfants. C'est une réflexion vraiment intéressante sur la façon dont les adultes peuvent surprotéger, surinterpréter et s'accaparent finalement des situations pour en faire autre chose que ce qu'elles sont. C'est important de défendre le théâtre pour le jeune public. C'est bien que les gens viennent voir cette création, même s'ils sont adultes, s'ils n'ont pas d'enfants ! (Rires)

Il y a la création de Tiphaine Raffier qui est une jeune metteuse en scène, auteure de la région, extrêmement brillante. Elle a vraiment cette ambition de raconter des histoires contemporaines. Avec son prochain spectacle, elle met la barre très haut avec les Œuvres de miséricorde. C'est un peu l'opposé des Dix Commandements dans lesquels c'est tu ne tueras point, tu ne voleras pas, c'est tout ce que tu ne feras pas. Les Œuvres de miséricorde, c'est tout ce que tu feras pour être bon. C'est plus positif. Tu donneras à manger à celui qui a faim, tu accueilleras l'étranger, tu aideras la création... Et la question qui est posée ici, c'est comment ces Œuvres de miséricorde qui sont tirées de la Bible aujourd'hui prennent un sens dans le monde contemporain ? C'est 15 histoires dans un spectacle un peu fleuve avec quatre musiciens sur scène, une dizaine de comédiens, de la vidéo, de la mise en scène... Pour moi, c'est un peu un incontournable du trimestre qui sera en partenariat avec le Théâtre du Nord. Ce spectacle sera hors les murs puisque c'est pendant les travaux.

https://www.facebook.com/Festival.NEXT/videos/640705269972193

Le festival Next va occuper trois bonnes semaines de ce début de saison. Comme d'habitude, la programmation sera internationale. Dans cette édition, il ne faut vraiment pas manquer la chorégraphe Marlene Monteiro Freitas. Elle vit au Portugal mais elle vient du Cap Vert. Elle va faire l'ouverture du festival à Courtrai le 12 novembre. Je pense que ça va être un très grand moment car avec elle c'est toujours extravagant, très visuel... On devrait encore en prendre plein les yeux ! A la Rose des Vents, on accueille notamment la chorégraphe catalane Aina Alegre. Il y aura même un double programme lors de cette soirée du 15 novembre, avec dans la petite salle, le jeune Belge Cassiel Gaube. Ce sera l'occasion dans la même soirée de découvrir deux univers.

Est-ce que vous avez des inquiétudes pour l'accueil des artistes internationaux ?

Certains artistes devaient venir, mais ne pourront pas. On l'a su suffisamment tôt pour s'organiser. Il y a des pays comme l'Iran, Israël... où ce n'est pas facile. On a encore un spectacle pour lequel on n'est pas sûr à 100% qu'il puisse se faire. Ça bouge tous les jours car les conditions pour passer les frontières changent et qui rendent les choses compliquées. Il y a beaucoup d'Européens donc a priori ça devrait bien se passer. Certains artistes ont réussi à s'adapter. Pour la création Métamorphoses, la metteuse en scène chilienne Manuela Infante est déjà arrivée depuis fin août en Belgique. Elle répète donc à Bruxelles. Elle a pu faire son casting sur place. Elle prépare donc sa création avant de venir à la Rose des Vents.

la Rose des Vents hors les murs à la fin de l'année

Oui, j'allais vous en parler justement. Pendant la rénovation du théâtre, vous allez donc organiser vos événements dans des lieux partenaires c’est ça ?

Des spectacles seront co-réalisés grâce à des partenariats sur toute la métropole. Il y a des lieux comme la Ferme d'en haut à Villeneuve d'Ascq dans lesquels on pourra faire des petites créations, et d'autres plus importants comme le Théâtre du Nord, la Condition Publique etc qui permettront scéniquement de faire plus de choses. La Rose des Vents sera donc hors les murs à partir de décembre 2O2O. On va quand même essayer de rester beaucoup sur Villeneuve d'Ascq grâce à plusieurs petites formes qu'on pourra jouer dans les maisons de quartier, les collègues... On pourra en reparler à la fin de l'année !

Découvrez la programmation complète de cette saison 2020/2021

Photo : © S. HUBIN / VDN

Revenir au Mag Interviews
À lire aussi
244 queries in 0,547 seconds.