Aujourd’hui18 événements

DJ Melkas – Être DJ à Hong Kong en période de Covid-19

DJ Melkas – Être DJ à Hong Kong en période de Covid-19

DJ Melkas

Site Web

Dj Melkas nous raconte son expérience à Hong Kong, entre un DJ set et autre. Originaire de Lille, il se trouve actuellement à Hong Kong, après avoir joué partout dans le monde. Il nous partage aussi ses réflexions et ressentis sur la crise sanitaire et économique qui a durement affecté le secteur de la musique.

De Lille à Hong Kong, les voyages de DJ Melkas

Parle-nous un peu de toi, tu es originaire de Lille et tu as voyagé dans le monde comme DJ, puis tu as choisi de vivre à Hong Kong, pourquoi ce choix ?

J'ai d'abord évolué dans pas mal de clubs lillois et belges puis l'Allemagne, l'Espagne, le Maroc tout en étant basé à Lille. En 2017, j'ai fait le choix de m'expatrier aux Émirats Arabe Unis dans la ville de Dubaï, puis le Qatar et aujourd'hui Hong Kong depuis bientôt un an.

Comment s’est passé ton confinement à Hong Kong ?

Nous n'avons pas été confiné à Hong Kong. En janvier et février, le nombre de cas à Hong Kong était très faible (environ 200). Le club où je travaille est resté ouvert même si beaucoup de gens portaient des masques. Ensuite, Hong Kong qui n’avait fermé ses frontières qu'avec la Chine, s'est retrouvée avec une augmentation instantanée de cas venant d'Europe. Suite à ça, les frontières ont été fermées, aucun touriste n'était autorisé à entrer (seuls les Hong-Kongais et titulaire de Visa étaient autorisés à entrer à Hong Kong jusqu'à aujourd'hui avec une quarantaine obligatoire de 14 jours ainsi qu'un test Covid-19 imposé à l'aéroport).

Concernant la nuit, il est vrai qu’en France, nous subissons pas mal de lois, restrictions et nous sommes souvent pointés du doigt

DJ Melkas

Le Covid-19 et la crise du secteur culturel à Hong Kong

Partout dans le monde, des festivals et des concerts ont été annulés, comment tout ça a été géré à Hong Kong ?

De gros rassemblement ont été annulés. J’aurais dû mixer aux côtés de DJ Snake en février ainsi que Black Coffee. Tout a été annulé. Le Art Basel Hong Kong, un des plus gros évènements de l'année, a lui aussi été annulé et aucun festival ni rassemblement massif n'est envisageable pour l'instant. Même si la crise a bien été gérée à HK et que le virus ne circule plus dans la rue, les autorités restent très vigilantes. Nous avons repris l'activité (Clubs & Bar) début mai avec quelques restrictions. Aujourd'hui, tout revient à peu près à la normale.

Quelles solutions ont été adoptées à Hong Kong pour faire vivre le secteur culturel ?

La majorité des grands rassemblements ont été déplacés à des dates ultérieurs. Une indemnisation a été mise en place pour les secteurs du monde de la nuit qui se sont retrouvés fermés du jour au lendemain pour aider à combler les pertes. Après je pense que beaucoup de secteurs passent en priorité. Les écoles sont fermées depuis plus de 3 mois et le secteur du tourisme vit un véritable cauchemar en ce moment.

Quels sont tes ressentis par rapport à la crise globale qui a gravement touché le secteur de la culture ?

La crise actuelle a réussi à pointer du doigt les problèmes des beaucoup de gens dépendant de ce secteur. Beaucoup d'artistes et notamment de chanteurs... sont auto entrepreneurs donc sont dépendants des établissements sans pour autant être employés.  Se retrouver du jour au lendemain sans revenu est une expérience assez traumatisante j'imagine. Concernant la nuit, il est vrai qu’en France, nous subissons pas mal de lois, restrictions et nous sommes souvent pointés du doigt. Je pense qu'il faudra penser ou repenser le système et les relations des clubs avec les artistes dans le futur.

Le futur des DJs, entre lives et restrictions ?

Par rapport à ton métier de DJ, comment as-tu vécu cette situation ?

C’est compliqué de se retrouver sans travailler du jour au lendemain. Moi, j'ai la chance de travailler pour une compagnie qui prend soin de ses Dj. La plus grande frustration est de n'avoir aucune visibilité sur le futur. Le secteur de la nuit, il est vrai génère beaucoup de revenus, est le premier à subir une crise et le dernier à revenir à la normale. J'imagine à quel point les patrons de clubs et les staffs sont impatients et inquiets.

Nombreux DJs ont organisé des sessions live sur les réseaux sociaux pendant le confinement, tu penses que ça peut être une solution à adopter pour le futur ? 

J'espère que non. Je pense qu'une nouvelle façon de partager est née. Il était essentiel de maintenir du lien, l'activité sur les réseaux et les live sont une très bonne idée. Je me souviens d'avoir été un des Dj d'un projet ambitieux à l'époque, qui s'appelait MYEDEEJAY. Un jeune entrepreneur lillois proposait des live en direct d’un studio à Roubaix et broadcastait en live sur des écrans dans des bars & chez les particuliers. Ça peut être une nouvelle façon de partager, mais je crois que les gens ont besoin de se rassembler, de se rencontrer et de voir un DJ dans un club.

Selon toi, comment changera le métier de DJ dans le futur ?

J'espère beaucoup plus de professionnalisation. Malheureusement, beaucoup de personnes pensent qu'être Dj est accessible à tous. Aujourd'hui beaucoup se prétendent dj sans mesurer le travail et les sacrifices. Bien sûr, tout le monde peut s'essayer à la pratique et tant mieux, mais ce n'est pas parce que je joue au foot avec mes amis de temps en temps que j'ambitionne de postuler au Barça. Je ne pense pas que beaucoup de choses changeront, j'espère juste que l'aspect professionnel passera avant l'aspect financier. Un DJ devrait être pris pour ce qu'il peut apporter au club plutôt que ce qu'il va coûter.

La playlist de DJ Melkas en exclusivité pour Lille la Nuit

Little Dragon ft Kali Uchis - Are You Feeling Sad?
G-Eazy ft Tyga & Tory Lanez - Still Be Friends
Angie Martinez ft Kelis - Take You Home
Snoh Alegra - Whoah
Don Toliver - After Party
Koffee - Rapture
Sarz - Get Up
Emmanuel Jal FNX OMAR - Kuar
Nas ft Amerie - Rule
Da Capo - Afrika

ou choisissez un nom
* Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, recopiez le code ci-dessous Anti-Spam Image
  1. Mokh

    Enfin je tombe sur une bonne nouvelle ce soir, celle de savoir un peu sur le parcours artistique de DJ Melkas. On n'y arrive à ce que l'on souhaite que si l'on croit profondément à la justesse de notre choix. Tenter des expériences un peu partout dans le monde ne fera que renforcer la qualité de notre travail et au final, c'est toute l'activité qui profitera de ce choix.

Revenir au Mag Interviews
À lire aussi
235 queries in 0,614 seconds.