Aujourd’hui9 événements

La remise du prix littéraire « Les Bleuets » au Théâtre du Nord

Le 12 juin dernier, la maison d’édition Ravet-Anceau, spécialisée dans les livres historiques depuis peu, remettait le prix « Les Bleuets » au lauréat du concours initié cette année au Théâtre du Nord. Bernard Leturcq a en effet été récompensé pour son roman historique Le Destin d’Hermann.

La maison Ravet-Anceau est une maison d’édition qui publie des ouvrages qui se déroulent dans le Nord – Pas-de-Calais, une occasion pour les habitants de la région de retrouver des lieux qu’ils connaissent par le biais de la fiction ou simplement de témoigner de la richesse de son patrimoine culturel, dont « nous pouvons être fiers » comme le souligne l’auteur de l’ouvrage gagnant.

Au printemps 2013, l’idée d’un concours littéraire pour le centenaire de la 1ère Guerre Mondiale émerge dans l’esprit des équipes de la maison d’édition et du Furet du Nord. Ils s’associent pour ce projet, qui lancera le concours « Les Bleuets » au mois d’octobre de la même année. Proposant à des volontaires d’écrire une fiction qui se déroule dans la région pendant la 1ère Guerre Mondiale, il suscite l’attention d’écrivains amateurs dont Bernard Leturcq, qui explique avec un petit sourire en coin que le sujet de son œuvre s’est imposé à lui « de façon presque divine ».

Début janvier, cet ancien professeur roubaisien, passionné par la littérature et le théâtre autant que par l’histoire, découvre l’existence du concours trois semaines avant sa clôture. Inspiré, il se lance dans l’écriture intensive de son roman dont l'histoire lui vient « d’une idée fulgurante ». Pari risqué mais réussi puisqu’il gagnera le premier prix, à l’avis unanime des membres du jury. Annie Degroote, écrivain originaire de la région et présidente du jury, a rédigé la préface du livre qui l’a particulièrement touchée. Elle explique que « sur les quatre concurrents, il y avait énormément de qualité, mais [qu’ils ont] délibéré assez vite ». Le jury, composé de cette dernière, de deux écrivains et de deux libraires, expliquent la motivation de leur choix. Par sensibilité ou intérêt pour l’angle sous lequel était abordé le récit, ils se sont laissé convaincre par les mots d’un écrivain qui se révèle.

Le destin d’Hermann, c’est l’histoire d’un jeune allemand de 26 ans envoyé en France pour la guerre. Après avoir été sur le front et assisté à des bombardements de villes complètes, il se retrouve en mai 1915 à la surveillance de l’entrée de la Commandenture dans la ville de Cousolre (dans l’Avesnois). Kurt, un soldat plus âgé, l’accompagne au quotidien. Ce dernier, qui intervient comme un père pour Hermann, se retrouve entre son protégé et Yvette, une jeune femme qui passe tous les matins devant eux et dont Hermann tombe sous le charme…

Ce qui est original dans ce récit et a marqué les membres du jury, c’est l’angle sous lequel il est abordé. C’est, comme l’écrit Annie Degroote dans la préface, « l’occupation vue par l’occupant ». L’auteur souligne son intérêt pour les questions de compréhension de ceux qui se sont retrouvés du « mauvais côté » et il insiste sur l’histoire d’amour qui est au cœur du contexte terrible de la guerre. « Ce qui était important ici, c’était d’analyser l’amour », explique-t-il. Dans ce choix, il montre la découverte de la région sous un regard nouveau, presque poétique. Ouvrant à des réflexions humaines et philosophiques, cet ouvrage permet de comprendre le désarroi, le désenchantement des soldats enrôlés dans la machine infernale de la Grande Guerre… Un message universel, qui, comme l’histoire, ne meurt jamais et se répète.

> Retrouvez Bernard Leturcq pour une séance de dédicace le samedi 28 juin de 15h à 18h au Furet du Nord de Villeneuve d'Ascq.

Revenir aux Actus
À lire aussi
187 queries in 0,174 seconds.