Aujourd’hui33 événements

« Camille » : Récit d’une guerre oubliée et hommage à une jeune photographe disparue

L’Actu Ciné de Lille La Nuit met un coup de projecteur sur Camille de Boris Lojkine. Ce long-métrage s’inspire de la vie de la jeune photojournaliste Camille Lepage, disparue tragiquement en Centrafrique alors qu’elle effectuait son métier. Camille est une œuvre salutaire, portée par une interprète dont on va entendre parler : Nina Meurisse !

Nina Meurisse, remarquable, incarne Camille Lepage.

L'histoire vraie de Camille

Boris Lojkine signe avec Camille son second long-métrage après Hope, sa première fiction réalisée en 2014. Auparavant, il s’était distingué par la réalisation de deux documentaires ayant pour cadre le Vietnam : Ceux qui restent (2001) et Les Âmes Errantes (2005).

Puis, le réalisateur prend connaissance de l’existence de Camille Lepage : « Je ne connaissais pas Camille Lepage. Comme la plupart des gens, j’ai découvert son existence lorsqu’elle est morte. Je me souviens avoir été frappé en découvrant sa photo dans le journal : son visage rieur, ses grosses joues de bébé. Il y avait un contraste saisissant entre ce visage juvénile et les horreurs qui se déroulaient alors dans le pays. D’emblée je me suis senti attiré. Pas par le fait divers mais par elle, Camille, par tout ce que je devinais d’elle. C’est une fille qui a dû partir au bout du monde pour se trouver. Une fille qui s’intéressait à des populations lointaines, comme moi. Elle était partie faire du photojournalisme, mais elle ne voulait pas être comme ces photographes de guerre qui zappent d’un conflit à l’autre et ne passent dans un pays que le strict minimum de temps pour en rapporter des photos choc. Elle voulait vivre proche des locaux, loin des hôtels internationaux et des belles villas d’expatriés. Pour tout cela, je me sens incroyablement proche d’elle. »*

Il suffit parfois à un réalisateur de se sentir proche d’un personnage pour qu'il ait l'envie de raconter son histoire. Bien lui en a pris : Camille est le portrait d’une jeune femme engagée. Pas d’une héroïne. Le film refuse le biopic classique, souvent caricatural, qui réécrit la vie des protagonistes au point d’en faire une légende.

Nina Meurisse lors du tournage d'une scène de lynchage à Bangui.

Nina Meurisse

L’atout majeur du film est son interprète principale : Nina Meurisse, déjà présente dans Hope du même réalisateur ! La jeune comédienne, qui a déjà un beau parcours, n'est pas très connue du grand public. Cela ne saurait tarder. Elle s’engage corps et âme pour incarner Camille Lepage à l’écran (elle lui ressemble d'ailleurs étonnamment). A aucun moment Nina Meurisse n’en fait trop, tente d’imposer son personnage à coups de « trucs » d’acteurs. Elle ne cherche pas le tour de force. Sa voix est souvent douce, ses gestes sont posés. Meurisse rend hommage à la photojournaliste, avec une délicatesse, un sens de la mesure qui forcent le respect. Camille Meurisse n’a pas volé son prix d’interprétation au Festival d’Angoulême.

Tournage sur les lieux des faits

Si Boris Lojkine raconte le destin de Camille Lepage, c'est aussi aborder l’histoire douloureuse de la guerre civile en Centrafrique. Comme il le précise dans le dossier de presse, le réalisateur a fait le choix de tourner en République centrafricaine, sur les lieux même du conflit, alors que le pays est toujours en guerre.

Le cinéaste adopte le regard de la photojournaliste assassinée à l’âge de 26 ans. On découvre d'ailleurs de vraies des photos de Camille Lepage dans le film. Ainsi, le regard du spectateur est lui aussi interrogé. Le questionnement est important à l'heure où, saturé d'images de tous types, notre regard est soumis au danger permanent de la passivité.

Camille ne sombre jamais dans un ethnocentrisme de mauvais goût.

idéologiquement irréprochable

Si le film rend hommage à la jeune femme et une profession admirable, il n'oublie jamais les africains. Ne sombre pas dans un ethnocentrisme de mauvais goût. L’œuvre est idéologiquement irréprochable.

Il est des films sans doute plus fragiles que d’autres, qui ne sortent pas sur 900 copies. Mais ils nous permettent d'ouvrir notre champ de vision, d'approfondir notre ligne d’horizon.

Synopsis : Jeune photojournaliste éprise d'idéal, Camille part en Centrafrique couvrir la guerre civile qui se prépare. Très vite, elle se passionne pour ce pays et sa jeunesse emportée par la tourmente. Désormais, son destin se jouera là-bas.

Camille de  BORIS LOJKINE
Avec NINA MEURISSE, FIACRE BINDALA, BRUNO TODESCHINI, GREGOIRE COLIN, AUGUSTIN LEGRAND, MICHAEL ZUMSTEIN

Scénario BORIS LOJKINE, BOJINA PANAYOTOVA
Image ELIN KIRSCHFINK
Son MARC-O BRULLÉ
Montage XAVIER SIRVEN
Musique ERIC BENTZ

Festival de Locarno 2019, Piazza Grande - Prix du Public
Festival du film francophone d'Angoulême 2019 - Meilleure actrice

Durée : 1h30
Sortie le 16 octobre 2019

L’association Camille Lepage - On est ensemble Fondée en septembre 2014 par la famille proche de Camille, ses parents et son frère, l’association « Camille Lepage – On est ensemble » a pour but de promouvoir la mémoire, l’engagement et le travail de Camille, mais aussi de contribuer à la protection de photojournalistes travaillant dans les zones de conflit. Chaque année, l’association remet lors du festival Visa pour l’image à Perpignan un prix à un photojournaliste dont le travail témoigne d’un engagement personnel fort dans un pays, auprès d’une population ou pour une cause.

* Propos issus du dossier de presse du film

Affiche, film-annonce © Pyramide Distribution
Photos du film © Jean-Baptiste Moutrille ou © Michaël Zumstein

Revenir aux Actus
À lire aussi
354 queries in 2,126 seconds.