Aujourd’hui20 événements

Arnaud Rebotini – La BO de « 120 battements par minute »

Arnaud Rebotini – La BO de « 120 battements par minute »

Arnaud Rebotini 120 battements par minute Style : Electro Date de l’événement : 23/08/2017

Site Web

Arnaud Rebotini a composé la bande originale de "120 battements par minute". Le dernier film de Robin Campillo représentera la France aux Oscars. Avant de connaître ce résultat, on a rencontré le compositeur pour discuter de la création de cette musique, des années 90 et de ses projets...

Ce n’est pas la première bande originale que vous composez. Vous avez déjà fait celle de “Eastern Boys” du même réalisateur. Comment avez-vous travaillé ensemble sur ce nouveau projet ?

Arnaud Rebotini : On est reparti sur les mêmes bases que le premier projet. Il y avait toujours en référence le projet Zend Avesta sur lequel j’ai travaillé en 2000. Robin voulait faire un peu comme dans “Eastern Boys” avec une partie électronique et une partie plus acoustique. Mais il m’a demandé quelque chose de plus House pour “120 battements par minute”.

Comment la musique a-t-elle été imaginée ? Par rapport à l’histoire ou plutôt indépendamment des images ?

Arnaud Rebotini : Le plus gros de la musique a été écrit après la lecture du scénario, sous les instructions de Robin. Il avait une idée très précise de ce qu’il voulait. Je suis allé sur le tournage pour les scènes de club.

C’est une belle période musicale.

J’imagine peut-être qu’avec un sujet sur l’explosion de la House, vous avez eu envie de vous replonger dans certains morceaux de cette période ?

Arnaud Rebotini : J’avais une mémoire assez précise et la musique n’a pas tant évolué que ça. On a discuté avec Robin, et il est venu en plus avec quelques références musicales qui ont donné la direction musicale. J’ai juste réécouté quelques morceaux pour me remettre bien dans les années car on a tendance parfois à compresser le temps. C’était agréable. C’est une belle période musicale.

Et comment avez-vous choisi les remix ?

Arnaud Rebotini : C’est Robin qui a choisi précisément les morceaux de Mr Fingers et de Bronski Beat. Il a voulu que je les remixe dans l’esprit de la musique du film avec un côté House des années 90.

Par rapport à ce que j’ai entendu de la BO et à ce que j’ai lu si j’ai bien compris : le but était de faire des compositions originales, tout en leur donnant la couleur de la musique des années 90 ? Même si comme vous le disiez, cette musique n’a pas tellement changé. Et c’est vrai que dans les scènes de club, on a l’impression que c’est nous en 2017. Il y a un petit côté intemporel.

Arnaud Rebotini : Oui, l’idée était vraiment de refaire la musique comme à cette époque. Et c’est vrai que ça n’a pas tellement changé. Même au niveau des looks, c’est incroyable de voir à quel point ça a peu changé. Alors que dans les années 90 quand on regardait un film d’une vingtaine d’années, les looks et la musique des années 70 étaient complètement différents.

Aviez-vous proposé beaucoup de morceaux ?

Arnaud Rebotini : Assez peu en fait. L’élément clé autour de la bande originale et du travail avec Robin qui n’était pas tout à fait prévu est le mélange de la partie acoustique et de la partie électronique. Dans “Eastern Boys”, les deux sont séparés. Pour “120 battements par minute”, les deux s’imbriquent l’un dans l’autre. Les morceaux club finissent ou ont un passage un peu onirique par l’intermédiaire du piano, des cordes, des vents que j’ai utilisés. C’était un peu imprévu car Robin trouvait que les morceaux de House étaient un peu trop froid. Il avait gardé en mémoire des morceaux avec des chansons, des voix… Et comme on n’avait pas fait ce choix des voix, j’ai décidé de faire une mise en abyme : d’avoir cette musique qui est vraiment refaite avec les instruments des années 90 et de mettre tout d’un coup cette musique acoustique qui n’était pas prévue. Ce mélange a donc redonné de l’émotion et de la chaleur aux morceaux, ce qui a plus à Robin qui cherchait une émotion.

La bande originale a reçu le Grand Prix Soundtrack à Cannes. Et maintenant, le film est sélectionné pour représenter la France aux Oscars ! (Sourires)

Arnaud Rebotini : Oui, mais en fait, le Grand Prix Soudtrack, c’est comme le Grand Prix du Jury. Mais ce n’est pas un prix officiel du Festival de Cannes. C’est plutôt off. Des gens se battent pour que la musique soit primée à Cannes. Mais oui, le film est sélectionné pour représenter la France aux Oscars, on verra...

Quel est la suite pour vous ? Vos projets ?

Arnaud Rebotini : Je travaille sur un nouvel album avec lequel je vais revenir à une écriture plus acoustique que mes albums précédents qui étaient uniquement électroniques. Rendez-vous sûrement l’année prochaine...

Photo : Facebook Arnaud Rebotini

ou choisissez un nom
* Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, recopiez le code ci-dessous Anti-Spam Image
Revenir au Mag Interviews

À lire aussi

252 queries in 0,323 seconds.