« Soleil Vert » : Classique de la science-fiction, prophétique, humaniste, écologiste !

Cette semaine, l'actu Ciné-VOD de Lille la Nuit fait le choix de Soleil Vert. Ce classique de la science-fiction - pour être précis : d’anticipation -  réalisé par le grand Richard Fleischer, n’a jamais été autant d’actualité. Il l'est peut-être même davantage, hélas, que lors de sa sortie française, le 26 juin 1974. Une œuvre sacrément prophétique, à (re)découvrir toutes affaires cessantes !

Richard Fleischer : géant d'Hollywood

Richard Fleischer (1916-2006) fut longtemps mal considéré. Les critiques et cinéphiles les plus sectaires lui ont longtemps refusé le qualificatif « d’auteur » - que cela veut-il bien dire au juste ? - et de grand cinéaste. Sans doute parce qu’à l’image d’un Robert Wise, il se plaisait à se balader d'un genre cinématographique à un autre.

Fils de Max Fleisher, précurseur du cinéma d’animation auquel on doit Betty Boop et Popeye, Richard Fleischer navigue durant toute sa carrière entre polar, science-fiction, drame criminel, film biblique, western, cinéma d’horreur, heroïc-fantasy...

Fleischer a signé des merveilles du 7ème Art : Les Vikings, Le Génie du Mal, Le Voyage Fantastique, L’Étrangleur de Boston (avec un hallucinant Tony Curtis), L’Étrangleur de Rillington Place, 20.000 Lieues sous les Mers, Les Flics ne dorment pas la Nuit (film matriciel de toutes les séries policières US modernes), …

Le vieux briscard adaptait ses mises en scène en fonction de ses sujets, de leurs genres, des stars qu’il dirigeait (Anthony Quinn, Kirk Douglas, James Mason, Orson Welles, Charlon Heston, …). Il « fonctionnait » en artisan du cinéma, ne sacrifiant jamais son expression personnelle, mais avec cette pleine conscience de travailler pour une industrie.

L'époque à laquelle Charlton Heston tournait des films progressistes et engagés.

La Fin du Flower Power

Quand il réalise Soleil Vert (adapté d’un roman de Harry Harrison), les idéaux du mouvement hippie ont pris un sacré coup dans l’aile. Les Etats-Unis s’enlisent dans la guerre du Viêt-Nam, Richard Nixon est un président pathétique, l’affaire des écoutes du Watergate est au bord de l’explosion. La bannière étoilée n’a jamais parue si terne. On prend également conscience des menaces que l’homme fait peser sur notre planète bleue, de sa course un peu folle au profit et au progrès. La nature, la flore, l’environnement en prennent pour leur grade. La société est gangrénée par une violence grandissante et désordonnée. Le racisme est plus que jamais d’actualité.

Toute une série de films abordant ces sujets débarquent sur les écrans : La Planète des Singes, Orange Mécanique, Le Survivant, Génération Proteus, Silent RunningRollerball, Mondwest…). A cette époque, le cinéma montre plus que jamais son acuité à traiter de problèmes sociaux, politiques, économiques et environnementaux par le biais des films de genres (fantastique, anticipation, science-fiction, horreur, polar, …) qui en disent long sans avoir l’air d’y toucher. Le film de genre est un bon « véhicule » pour faire passer des messages engagés auprès d’un large public, tout en proposant un cinéma divertissant de qualité.

Soleil Vert : la vision d'un monde terrifiant.

 

Soleil Vert

En adoptant la structure classique du polar et du film noir (un policier va mener une enquête), Fleischer livre l’un des films les plus sombres, violents et engagés des seventies.

Le film s’ouvre sur un générique présentant le montage d’une série de photos de l’agence Magnum. On y découvre l’inexorable progression de notre société vers davantage de consommation, de pollution, d’autoroutes embouteillées. L’évolution de la société du XIXème siècle à nos jours est résumée en quelques secondes. C'est édifiant ! Fin du générique. L’histoire peut commencer.

Dans un futur proche, en 2022, le monde est invivable.  Ses ressources naturelles ont disparu. La planète est surpeuplée, les homme se nourrissent de tablettes appelées Soleil jaune ou Soleil vert - nouveau produit très prisé car extrêmement rare -. Les plus riches peuvent payer le prix fort pour se procurer des aliments rarissimes tels du bœuf, ou une petite cuillère de confiture au prix stratosphérique de 150 $ !

A l’image du Metropolis réalisé en 1927 par Fritz Lang, Soleil Vert présente une société à deux vitesses : celle des riches opposée à celle des miséreux.

Fleischer signe un film d’une puissance telle, qu’il tient toujours la route 47 ans après sa réalisation ! Des images effrayantes impriment durablement la rétine : des milliers de gens se massent pour obtenir de la nourriture, les récalcitrants sont embarqués par la police à l’aide de camions-tracteurs - la Shoah est clairement évoquée -, des femmes appelées « mobilier » sont la propriété d’hommes de pouvoir pervers et cupides, les scènes finales sont d’une telle noirceur qu’on se demande si elles seraient validées de nos jours par un studio (comme ce fut le cas à l’époque par la Metro- Goldwyn-Mayer). Sans parler de la terrifiante révélation finale ...

Deux personnages forts incarnés par deux légendes du grand Hollywood : Charlton Heston et Edward G. Robinson.

Dans le rôle du détective Frank Thorn, Charlton Heston impressionne. Pour les amnésiques, rappelons que l'acteur tourna dans les années 70 des films progressistes et engagés qui prônaient un discours tolérant, contre la xénophobie (La Planète des Singes, le Survivant). Heston ne fut pas toujours le vieux réac aigri militant au sein de la plus puissante organisation pro-armes des Etats-Unis: la National Rifle Association (NRA).

Des scènes cultes

Par ailleurs, Soleil Vert contient son lot de scènes cultes. Comment oublier Edward G. Robinson, bouleversant dans le rôle de Sol Roth, un vieil homme réclamant l'euthanasie ? Au moment de sa mort, lui sont projetées les images d'une terre au temps de sa splendeur, sur fond de la Symphonie N° 6 « Pastorale » -1er mouvement- de Ludwig van Beethoven-. Clamons le haut et fort : voilà l'un des moments les plus poétiques de l’Histoire du cinéma !

Ne passez pas à côté de Soleil Vert. Il est des classiques que l'on se doit de voir au moins une fois dans sa vie. Surtout lorsqu'ils posent des questions pertinentes. Qui demeurent d'une actualité troublante et brulante.

Le film est disponible en HD, VF et V.O.S.T.F.  sur les plateformes de VOD : Orange, My Canal ,   La Cinetek FilmoTVUniversCiné

Les Infos sur Soleil Vert

Synopsis : En 2022, les hommes ont épuisé les ressources naturelles. Seul le soleil vert, sorte de pastille, parvient à nourrir une population miséreuse qui ne sait pas comment créer de tels aliments. Omniprésente et terriblement répressive, la police assure l'ordre. Accompagné de son fidèle ami, un policier va découvrir, au péril de sa vie, l'effroyable réalité de cette société inhumaine.

Soleil Vert de Richard Fleischer
Scénario : Stanley Greenberg d'après le roman de Harry Harrison
Directeur de la photographie : Richard Kline
Musique : Fred Myrow

Avec : Charlton Heston (Detective Thorn), Edward G. Robinson (Sol Roth), Joseph Cotten (Simonson), Chuck Connors (Fielding), Leigh Taylor-Young (Shirl),  Whit Bissel (Gouverneur Santini)

Film-annonce, photos et affiche © Warner Bros

Revenir aux Actus
À lire aussi
143 queries in 0,169 seconds.