Aujourd’hui15 événements

« Pierre, Feuille, Pistolet » : nos sœurs et frères Ukrainiens

L'Actu Ciné de LillelaNuit fait le choix d'un documentaire :  Pierre Feuille, Pistolet ! Dans ce film, le jeune réalisateur polonais Maciek Hamela se charge de transporter des Ukrainiens, femmes, enfants, hommes, fuyant leur pays, l’Ukraine, pour être mis à l’abri de l’invasion Russe, de ses engins de morts, et de la destruction. Fort et éclairant.

Le dispositif de réalisation de Pierre, feuille, pistolet, est simple. La caméra est placée à l’avant du van que Maciek Hamela conduit. Durant 1h25, le cadre ne bouge presque pas, à part pour filmer quelques décors détruits, des protagonistes, ou des véhicules à l’abandon. Durant 1h25, ce road movie nous fait rencontrer les passagers qui se succèdent dans le van. Sasha, Sonia, Safia, Sifa, Tanya, Natasha, Olya, Ewelina, Natasha, se racontent. Les Ukrainiennes et Ukrainiens évoquent leurs vies, autrefois ordinaires, qui ont basculé dans l’extraordinaire, au sens le plus atroce du terme.

Une bulle loin du fracas

A d’autres moments, la caméra filme un protagoniste pensif, ou qui s’endort, pendant que l’une ou l’un de ses camarades parle. Épuisés, brisés, perdus, tous ont un avenir incertain. Pourtant, Maciek Hamela filme des êtres humains qui n’ont pas abdiqué. Le rire, l’humour, l’espoir de retrouver des proches, de se retrouver, de pouvoir retourner chez soi, dans sa ville, son appartement ou sa maison (s’ils n’ont pas été détruits), subsistent. Le van est une petite bulle, s’apparente à un ventre, loin du monde, de ses fracas et atrocités.

Des séquences, poignantes, sans aucun pathos, laissent exsangues. Des enfants parlent de la guerre comme d’une normalité. Oui, pour eux, c’en est une. Leur grand-mère a peur de recevoir une bombe, disent-ils. Une petite fille évoque la mort comme une information banale. Sont-ce des pensées et conversations d’enfants ? Pour les petits Ukrainiens, elles le sont devenues. La force de Pierre, feuille, pistolet (en référence à un jeu que l’on retrouve dans le film) est de nous mettre face à une réalité crue, rendue, de façon involontaire sans doute, irréelle et irrationnelle, par les chaînes d’infos en continue. Dans notre monde globalisé, où la guerre est devenue un spectacle comme un autre, un sujet chasse l’autre. On parle moins de l’Ukraine, de la guerre, de Poutine et de ses abjections. Seule LCI continue de parler du conflit, de façon régulière, avec des sujets fouillés que, l’on peut, certes, commenter et critiquer.

Humanité

Pierre, feuille, pistolet replace l’Humain au cœur de l’échiquier. Nous écoutons ces personnes, les regardons, sans que ne nous sentons jamais voyeurs. L’abjection n’est jamais filmée. Mais film semble nous regarder également. Aussi, des questions sur notre altérité, notre humanité, notre inhumanité, notre égoïsme, s’entrechoquent dans nos têtes. Ces Ukrainiens sont nos sœurs, nos frères, nos parents.

Quand le film de Maciek Hamela s’achève, la noirceur, souvent présente, cède place à la joie. Le van arrive à destination. Des gens retrouvent les leurs. C’est beau et simple. Sans artifice de mise en scène. Pierre, feuille, pistolet atteint une dimension universelle.

Les infos sur Pierre, feuille, pistolet

Synopsis : Un van polonais sillonne les routes d’Ukraine. A son bord, Maciek Hamela évacue des habitants qui fuient leur pays depuis l’invasion russe. Le véhicule devient alors un refuge éphémère, une zone de confiance et de confidences pour des gens qui laissent tout derrière eux et n’ont plus qu’un seul objectif : retrouver une possibilité de vie pour eux et leurs enfants.

Réalisation : Maciek Hamela

Sortie le 8 novembre 2023
Durée : 1h25

Visuels : New Story Distribution

Revenir aux Actus
À lire aussi
193 queries in 0,195 seconds.