Aujourd’hui22 événements

Des Nouvelles de la Planète Mars : Comédie drôlement barrée avec Damiens et Macaigne

Synopsis : Philippe Mars, ingénieur informaticien divorcé, essaye tant bien que mal de mener une vie tranquille, entre un fils collégien devenu subitement végétarien, une fille lycéenne obsédée par la réussite, une sœur artiste peintre aux œuvres terriblement impudiques et une ex-femme qui bosse à la télé… L’irruption accidentelle de Jérôme, un collègue légèrement perturbé, achève de transformer son existence en chaos. Mais dans un monde qui a perdu la raison, la folie est-elle vraiment si mauvaise conseillère ?

Planète Mars2

Des Nouvelles de la Planète Mars : Non, ce n'est pas un biopic sur Vincent Van Gogh !

Critique : Beaucoup de pseudo-cinéphiles rabâchent la même rengaine depuis des décennies : on ne voit  dans le cinéma français que des films pour dépressifs neurasthéniques racontant les problèmes sentimentalo-marivaudesques de petits-bourgeois du XVIème arrondissement de Paris. Ou alors des comédies ultra vulgos avec des personnages qui éructent, vomissent, pètent et ont la turista.

C’est en partie vrai. Mais aussi totalement faux. Ceux qui adressent ces critiques au cinéma hexagonal sont en général ceux qui ne voient jamais de films français ou les choisissent mal. Le spectre de la production française est très large. Il est même l’un des plus variés au monde. La preuve une fois de plus avec le film que nous avons sélectionné cette semaine sur Lille La Nuit : Des Nouvelles de la Planète Mars !

Réalisé par Dominik Moll le talentueux cinéaste du flippant Harry un ami qui vous veut du bien, écrit avec Gilles Marchand et produit par Michel Saint-Jean - ses complices habituels - Des Nouvelles de la Planète Mars est bien la preuve que le cinéma français peut lui aussi être totalement barré sans pour autant tomber dans la posture.

On connaît le cinéma noir, légèrement surréaliste de Dominik Moll, sa façon de vous amener vers des ambiances fantastiques mais on ne s’attendait pas à découvrir un tel objet filmique non identifié.

Des Nouvelles de la Planète Mars commence comme un drame français lambda - « Encore !» diront les tristus -  avec un pauvre gars, Philippe Mars, qui subit sa vie, son divorce, ses enfants (qu’il aime), son voisin qui refuse de ramasser les crottes du chien et même l'ancien chauffeur de Giscard.

Jusqu‘au jour où il fait la connaissance de Jérôme, un nouveau collègue de travail. Barré, lunatique, se promenant avec un hachoir - qui servira - Jérôme va peu à peu s’immiscer chez Philippe et dynamiter sa vie de l’intérieur. On s’arrête là…

Planète Mars1

Un hachoir au bureau, ça peut toujours servir.


Dominik Moll est un réalisateur qui tourne peu. Il lui faut du temps.
Il fait partie de ce type de cinéastes qui peaufinent leurs scripts, dialogues, avant de passer à la mise en scène. Nous n’avions pas eu de nouvelles de lui depuis Le Moine, avec Vincent Cassel. Il avait néanmoins écrit pour son ami Gilles Marchand (également réalisateur) et tourné des épisodes de la série TV Le Tunnel. Mais Moll n’a pas le rythme trépidant d’un Woody Allen. Perfectionniste, il peut se laisser aller jusqu'à tourner trente-cinq prises.

Avec Des Nouvelles de la Planète Mars, il explore un nouveau genre : la comédie ! Sauf qu’avec Dominik Moll, le genre ne ressemble pas à la dernière réalisation de Fabien Onteniente.

S’il a toujours pimenté d’humour ses films les plus inquiétants, Moll ne s’était jamais approprié la comédie comme il le fait avec Des Nouvelles de la Planète Mars. L’humour nait du décalage entre les deux personnages principaux. Le calme et rangé Philippe est confronté au bouillonnant et dérangé Jérôme (on est gentil). Il fallait trouver les deux spécimens capables d’incarner de tels zigotos. L’association entre François Damiens - grandiose - et Vincent Macaigne - de mieux en mieux - fait des merveilles.

En plaçant les deux comédiens au cœur de son récit, Dominik Moll n’a plus qu’a déployer sa science de la mise en scène, du découpage, du rythme. Il y ajoute une pincée de son univers décalé (juste ce qu’il faut) et c’est parti pour 1h41 de délire.

Dominik Moll

Dominique Moll, cinéaste rare et précieux.

Des Nouvelles de la Planète Mars évoquent des sujets brûlants de notre époque : l’écologie, le végétarisme, la souffrance animale, le spécisme, l’altérité, la tolérance, la place du père, celle des enfants, la violence du monde de l’entreprise, la difficulté de rencontrer l'amour, la solitude, la sexualité, … Des thèmes que Moll traite non pas comme une tragédie mais bel et bien une comédie décalée, étrange, qui flirte avec le fantastique et le film d'angoisse - l’apport de la musique de Adrian Johnston, compositeur pour le cinéaste Michael Winterbottom, y est pour beaucoup -.

Du coup, le spectateur n’a aucune possibilité d’avoir un coup d’avance sur les évènements. Nous sommes pris au piège de la « toile d’araignée » que nous tend le cinéaste. Et on va vous dire un truc : c’est vachement réjouissant ! Réjouissant de se sentir manipulé, emmené dans un univers un chouïa barré à mille lieues des produits formatés pour être diffusés le dimanche soir à 20h50 à la TV.

Mais ce qui est encore plus fort, c’est que Des Nouvelles de la Planète Mars n’est jamais un film abscons. Tout est clair, limpide, à la portée de chacun. Voilà un film qui s’adresse à tout le monde mais avec intelligence.

Si on osait faire une comparaison, on dirait que le film de Moll rappelle les grandes heures de Caro et Jeunet (les filtres jaune pipi en moins).

Mais comparaison n’est pas raison car Dominik Moll a des obsessions toutes personnelles. Elles concernent notamment les animaux qu’on retrouve dans presque tous ses films : singes dans Harry un ami qui vous veut du bien, lemmings dans Lemming, poules, poussins, grenouilles, chiens et quelques autres bestioles dans ce dernier long-métrage.

Planète mars3

Des Nouvelles de la Planète Mars : du cinéma décalé, drôle, à la lisière du film fantastique.

Pour terminer, on tient à citer le nom les excellents seconds rôles qui gravitent comme des satellites autour de François Damiens et Vincent Macaigne : Veerle Baetens, Michel Aumont, Catherine Samie, Olivia Côte, Jeanne Guittet et Tom Rivoire – formidables de naturel dans le rôle des enfants de Philippe Mars -, Philippe Laudenbach et Léa Drucker.

En général, quand les personnages secondaires sont soignés à ce point  - c’est devenu rare dans le cinéma français - et interprétés par de tels stradivarius, c’est une indication sur la bonne qualité du film. Bingo ! C’est le cas avec Des Nouvelles de la Planète Mars. Et puis un film faisant référence aux Marx Brothers ne peut de toute façon être mauvais.

Des Nouvelles de la Planète Mars est la comédie la plus originale et drôle que vous puissiez voir en ce moment dans les salles obscures. Rire au cinéma ce n’est pas si fréquent de nos jours. Et comme Dominik Moll ne reviendra peut-être pas avant quelques temps, on en profite fissa !

Des Nouvelles de la Planète Mars
Réalisation Dominik Moll
Scénario Dominik Moll et Gilles Marchand
Produit par Michel Saint-Jean
Co-produit par Patrick Quinet
Image Jean-François Hensgens
Décors Emmanuelle Duplay
Musique originale Adrian Johnston
Montage Margot Meynier
Avec François Damiens, Vincent Macaigne, Veerle Baetens, Jeanne Guittet, Tom Rivoire, Catherine Samie, Michel Aumont, Philippe Laudenbach, Olivia Côte, Julien Sibre et Léa Drucker
Durée : 1h41
Sortie le 9 mars 2016

Affiche, photos, film-annonce © Diaphana Distribution

 

Revenir aux Actus
À lire aussi
271 queries in 1,475 seconds.