Aujourd’hui11 événements

« Le Lauréat » : Film mythique sur la jeunesse, avec Dustin Hoffman et la musique de Simon and Garfunkel

Cette semaine dans l’Actu Ciné de Lille La Nuit, focus sur un film dont la reprise nous comble de bonheur : Le Lauréat ! Comment Lille La Nuit aurait pu passer à côté de cet hymne à la jeunesse et la liberté signé de Mike Nichols - Oscar du meilleur réalisateur - ? Retour sur ce classique avec Dustin Hoffman, Katharine Ross et Anne Bancroft...

le-laure%cc%82at-05

Le Lauréat de Mike Nichols : Le cinéaste décrit avec une vraie liberté de ton, la vie d’un jeune homme issu de la bourgeoisie américaine.

Critique : Lorsqu’il reçoit l’Oscar du meilleur réalisateur en 1968 pour Le Lauréat, Mike Nichols vient seulement de réaliser son deuxième film ! Ce fils d’émigrés russes - né Michael Igor Peschkowsky à Berlin le 6 novembre 1931 -  est d’abord comédien, avant de passer à la mise en scène de théâtre.

C’est d’ailleurs avec une adaptation théâtrale, Qui a peur de Virginia Wolfe ? - interprété par le couple infernal de Hollywood, Elizabeth Taylor et Richard Burton - que Nichols inaugure sa carrière au cinéma. Le film reçoit pas moins de cinq Oscars (dont celui de la meilleur actrice pour Taylor) !

Mike Nichols devient ainsi le nouveau Roi de Hollywood. On lui propose la réalisation d’un script écrit par Buck Henry et Calder Willingham : Le Lauréat (The Graduate en v.o.). Il est le premier cinéaste à obtenir le salaire de un million de dollars pour réaliser un film.

On ne s’en rend peut-être pas bien compte aujourd’hui, mais Le Lauréat fait l’effet d’une véritable « bombe » auprès du public lors de sa sortie en 1967 ! Il dépeint l’histoire d’un jeune homme de 22 ans, Benjamin, et notamment sa relation avec une amie de ses parents Mme Robinson, âgée de deux fois son âge.

Le Lauréat va créer le scandale. Notamment à cause de la différence d’âge entre ces deux personnages mais, aussi, car cette relation amoureuse décrite dans le film, n’est « que » sexuelle. En vérité, Dustin Hoffman qui interprète Benjamin est déjà âgé de 30 ans, alors que Mme Robinson jouée par la divine Anne Bancroft n’a que six ans de plus que lui.

le-laure%cc%82at-04

Le Lauréat de Mike Nichols : Anne Bancroft et Dustin Hoffman, qui deviendra une star avec la sortie du film !

Plus de 40 millions de dollars sont enregistrés au box-office U.S. lors de la sortie du film. Un énorme succès pour l’époque, surtout pour un film que personne ne voit venir. Ce n’est pas le scandale qui fait le succès du Lauréat, c’est sa qualité et le fait qu'il réussisse à saisir l’air du temps ! Le film ouvre la voie au "Nouvel Hollywood" qui fera triompher George Lucas, Steven Spielberg, Brian de Palma, Francis Ford Coppola, ...

Dans Le Lauréat, Mike Nichols décrit avec une vraie liberté de ton, une finesse, une intelligence la vie d’un jeune homme issu de la bourgeoisie américaine.

Les premières scènes sont mythiques : on y découvre Dustin Hoffman - qui, décidément, a toujours fait moins que son âge véritable - à bord d’un avion. On le retrouve ensuite de profil, avançant sur un tapis roulant d’aéroport. Le plan demeure célèbre aujourd’hui, au point d’être souvent plagié (notamment par Tarantino dans son meilleur film Jackie Brown). Le tout sur une chanson restée mythique : The sound of silence  de Simon and Garfunkel.

Dans Le Lauréat on entend également Mrs. Robinson qui demeure aujourd’hui l’un des plus célèbres titres de la musique pop. Il fut également écrit par Paul Simon, et interprété par le duo que ce dernier forme avec Art Garfunkel : Simon and Garfunkel.

Rarement une chanson aura autant servi le propos d’un film. Mrs. Robinson n’est pas qu’illustrative : elle soutient Le Lauréat de façon dramatique, cocasse ou légère, comme le ferait une bande originale de film plus classique.

Paul Simon propose d’ailleurs dans Le Lauréat différentes orchestrations de la même chanson, avec des variantes qui vont de la légèreté, à la plus poignante des mélancolies, exactement les sentiments que Nichols fait passer à travers son long-métrage. On y retrouve une autre chanson culte du célèbre duo The Sound of Silence.

le-laure%cc%82at-06

Le Lauréat de Mike Nichols : Hoffman incarne à merveille ce jeune homme attendrissant, fou amoureux de la fille de Mrs. Robinson : Elaine (Katharine Ross).

 

Dans Le Lauréat, Dustin Hoffman apporte à Benjamin, son personnage, la fougue, le mélange d’insouciance et d’inquiétude qui font toute la jeunesse.

Hoffman incarne à merveille ce jeune homme, à la fois arrogant, timide, attendrissant et  fou amoureux de la fille de Mme Robinson, Elaine (incarnée par Katharine Ross). Le final - que nous ne dévoilons pas pour les chanceux qui n’ont pas encore eu la joie de voir le film - est l’un des plus célèbres de l’Histoire du cinéma. Du jour au lendemain, Dustin Hoffman devient une star.

Nichols signera d’autres films excellents comme Ce plaisir qu’on dit charnel (1971) avec Jack Nicholson, ou La guerre selon Charlie Wilson (2007) - satire corrosive de la politique américaine - qui sera son dernier film (le cinéaste meurt à l’âge de 83 ans en 2014).

Le Lauréat demeure, à juste titre, le film le plus célèbre de son auteur.

Voilà un long-métrage qui n'a pas pris une ride. Le Lauréat est l’un des films les plus tendres et justes jamais réalisés sur le passage de l’adolescence à l’âge adulte. Une œuvre quasi parfaite sur l’initiation amoureuse d’un jeune homme. Ce classique est à découvrir ou redécouvrir en salles toutes affaires cessantes.

Synopsis : Benjamin Braddock vient d’achever ses études couvert de diplômes. Au cours d’une réception organisée par ses parents, il rencontre Mme Robinson, une amie de ces derniers. Elle séduit le jeune homme, lui faisant découvrir les plaisirs de l’amour. Les parents de Benjamin, qui ignorent tout de cette relation, incitent bientôt leur fils à sortir avec Elaine, la fille des Robinson. Réticent au début, il s’attache rapidement à l'étudiante…

Le Lauréat de Mike NICHOLS
Scénario : Calder WILLINGHAM et Buck HENRY, d'après l'oeuvre de Charles WEBB
Avec : Dustin HOFFMAN, Anne BANCROFT et Katharine ROSS
Musique : Dave GRUSIN, Paul SIMON
Montage : Sam O'STEEN
Directeur de la photographie : Robert SURTEES
Décors : Richard SYLBERT
Producteurs : Mike NICHOLS, Lawrence TURMAN

Comédie dramatique | États-Unis | 1967 | 106mn | Couleurs
Reprise le 12 juillet 2017

Affiche, photos, film-annonce © Carlotta Films / Studio Canal

Revenir au Mag Actus

À lire aussi

194 queries in 0,642 seconds.