« Copyright Van Gogh © » : L’histoire de Xiaoyong Zhao, le peintre aux 100.000 toiles

L'Actu Ciné de LillelaNuit s’intéresse cette semaine à un documentaire : Copyright Van Gogh © ! Le film, réalisé par les Chinois Haibo Yu et Kiki Tianqi Yu, nous fait découvrir Xiaoyong Zhao, dans sa ville aux centaines de peintres, tout en posant des questions sur la globalisation, l’art, la définition que nous en avons, et la façon dont il peut changer notre vie. Emouvant et passionnant !

Une ville chinoise peuplée de centaines de peintres

Les réalisateurs Haibo Yu et Kiki Tianqi Yu nous plongent à Dafen, où des centaines de paysans se sont reconvertis en peintres. Leur travail : faire des copies, quasi parfaites, d’œuvres des plus grands artistes, à destination du marché européen. Quand le film s’ouvre, on est tenté, avec notre regard d’occidental, de porter un jugement péremptoire sur la Chine et ses conditions de travail. Les peintres, que nous découvrons dans un atelier rudimentaire, copient jour et nuit (ils mangent et dorment sur place) des toiles de Van Gogh. Les commandes, destinées principalement, ironie du sort, à Amsterdam, se comptent par dizaines de milliers. Les questions s’entrechoquent. Assistons-nous à une forme d’esclavage ? Peut-être… Mais si ces Chinois travaillent de façon acharnée, au-delà de ce qui est tolérable, si les nerfs craquent (un peintre refuse de refaire une toile, que son supérieur considère comme imparfaite), notre vision se décale petit à petit. Ces femmes et hommes travaillent pour gagner leurs vies, subvenir aux besoins de leurs familles.

A Dafen, la peinture, jour et nuit.

Xiaoyong Zhao, peintre de 100.000 Van Gogh

Xiaoyong Zhao, le personnage central du film, peint des Van Gogh depuis vingt ans. Il a initié son épouse à la peinture. Depuis, elle copie aussi le fameux peintre hollandais. Une scène marque particulièrement : quand Xiaoyong Zhao invite les peintres à découvrir chez lui La vie passionnée de Vincent Van Gogh, sublime biographie (on ne disait pas encore biopic) de Vincente Minnelli, avec Kirk Douglas dans le rôle-titre. Haibo Yu et Kiki Tianqi Yu captent les émotions sur des visages d'hommes, en admiration devant ce génie, qu’ils considèrent comme un dieu. Les regards, étonnés, fascinés, nous chavirent. D’autres moments forts nous font découvrir le quotidien de Xiaoyong Zhao, et de sa famille. Nous les suivons dans un parc d’attraction étonnant, reconstituant tous les pays du globe (la France y compris, avec Tour Eiffel de pacotille). Une façon pour ces gens simples, et pauvres, de voyager à faible coût. C’est tout autant un portrait de la Chine actuelle, que le quotidien d'une famille chinoise, qui se joue ici.

A Amsterdam, Xiaoyong Zhao réalise son rêve.

tutoyer le maître

Xiaoyong Zhao, homme attachant (auquel les études furent interdites), rêve de partir à Amsterdam, au grand dam de sa femme, qui craint pour les finances de la famille. Xiaoyong Zhao veut découvrir de ses propres yeux le travail de Van Gogh, comparer les couleurs des œuvres originales à celles de ses reproductions. Son but : les améliorer. S’approcher au plus près du travail du maître. Tuons le suspense dans l’œuf : le voyage se fera. Avec quelques désillusions (les reproductions de Xiaoyong Zhao, vendues une misère, sont revendues dix fois le prix ; la galerie d’art pour laquelle il pensait peindre, s’avère être une boutique banale de souvenirs), et de grands moments comme lorsqu’il découvre, enfin, Les Tournesols au Van Gogh Museum. Le film, pose des nombreuses questions, sans avoir l’air d’y toucher. Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ? Qui en décide ? Ces copistes ne créent-ils pas, eux aussi, des œuvres d’art ?

Ne sont-ils pas, eux aussi, des artistes ?

On est impressionné par le travail méticuleux de ces peintres autodidactes. On hallucine devant cette ville transformée en une multitude d’ateliers, générant 65 millions de chiffre d’affaire. On est ému d’assister à l’éclosion d’artistes qui, de « plagiaires », ambitionnent de devenir auteurs leurs propres œuvres. Filmé avec grand respect, ce film qui ne porte aucun jugement, interroge en creux le marché de l’art (ses abus et aberrations), la globalisation, l’hyper-consommation, les injustices sociales. Sur bien des aspects, Copyright Van Gogh ©  s'avère passionnant.

Les Infos sur Copyright Van Gogh ©

Synopsis : Jusqu’en 1989, le village de Dafen dans la province de Shenzhen en Chine était légèrement plus grand qu’un hameau. Il y a maintenant plus de 10 000 habitants dont des centaines de paysans reconvertis en peintres. Dans les ateliers, appartements et même dans les rues, les peintres de Dafen produisent des milliers de répliques de peintures occidentales mondialement connues. Une commande de 200 Van Goghs ne choque personne. En 2015, le chiffre d’affaires de la vente de ces peintures dépassait les 65 millions de dollars. Les réalisateurs Haibo Yu et Tianqi Kiki Yu ont suivi l’un de ces peintres, Xiaoyong Zhao. Lui et sa famille ont peint environ 100.000 Van Goghs. Après toutes ces années, Zhao sent une affinité profonde avec Van Gogh. Il décide d’aller en Europe pour voir les œuvres originales au Musée Van Gogh et rendre visite à l’un de ses plus gros clients, un marchand d’art d’Amsterdam.

Copyright Van Gogh © de Haibo Yu & Kiki Tianqi Yu

Durée : 84 minutes
Sortie le 22 décembre 2021

Visuels © ASC Distribution

Revenir aux Actus
À lire aussi
156 queries in 0,210 seconds.