Aujourd’hui17 événements

Tété + Alexandra Gatica au Grand Mix

Voilà trois ans que Tété avait plus ou moins disparu de nos radars. Quelques collaborations ici et là (Fréro Delavego, Leeroy du Saïan Supa Crew), quelques passages à la télé (Hero Corp, Cut !), un parrainage au Mondial du Tatouage 2014 mais rien au niveau musique. Alors forcément, on attendait son dernier opus Les Chroniques de Pierrot Lunaire avec impatience. Et tout autant sa venue au Grand Mix ! Dix ans qu’il n’y avait pas mis les pieds…

Si la date n’affiche pas complet, il y a malgré tout beaucoup de monde (des familles avec des enfants, des jeunes et des moins jeunes) qui déambule dans la salle en écoutant la première partie : Alexandra Gatica. Sa voix est fraîche et douce. Un peu lunaire. Elle est uniquement accompagnée d’une guitare ou d’un ukulélé. Ses chansons, écrites dans la langue de Molière, parlent d’amour et nous racontent des scènes de vie. Tutoyant le public, elle nous invite dans son univers personnel aux couleurs chaudes, comme le Chili d’où elle vient. La traversée passe vite mais on n’en gardera pas malheureusement un souvenir impérissable.

Lors du changement de set, on observe la scène. Et ce qui frappe c’est son dépouillement. Deux portes en bois l’encadre, et seulement deux micros y sont posés. Derrière une image de pleine lune qui défile. Il n’en faut pas plus pour nous intriguer. Avec ce dernier album Tété a voulu revenir à ses racines : la musique de rue, de bars comme il le dit lui-même. Se mettre à nu, accompagné d’un instrument ou deux sans amplifications. Ceci explique surement cela, et l’on n’est donc pas surpris de le voir arriver, seul et se mettre à chanter. Vêtu, comme souvent d’une chemise blanche et d’un gilet sans manches et accompagné comme toujours d’un chapeau.

Il commence avec « La réalité » et après « L’Air de rien », un bassiste le rejoint. Si la voix chevrote un peu au début, elle s’affirme rapidement et on se laisse embarquer par son timbre si particulier. Tété communique beaucoup avec son public, n’hésitant pas à plaisanter ou à raconter des petites histoires pour illustrer ses morceaux. Et c’est un bonheur à écouter ! Lorsque quelqu’un lui crie à plusieurs reprises de changer ses cheveux, Tété répond avec beaucoup d’humour « Mais vous avez des actions chez un coiffeur ?! ». Une ambiance détendue et joyeuse qui plait vraiment beaucoup au public qui crie, chante (avec plus ou moins de justesse il faut bien le dire…) et applaudit à tout rompre. L’artiste est visiblement très ému de l’accueil qui lui est réservé, il s’arrête même plusieurs fois pendant la soirée en posant sa main sur son cœur. Et il nous lance également un très doux « Il y a beaucoup d’amour à Tourcoing ! »

Niveau musique, la setlist fait bien sûr, la part belle au dernier album, mais on rencontre également pas mal de morceaux des anciens opus. Citons par exemple « Fils de Cham », « A la faveur de l’Automne », « Persona non Grata », « Madeleine Bas de Laine » ou encore « L’Envie et le Dédain ». A peine le temps d’y penser et d’en profiter que déjà le rappel arrive, et c’est seul que Tété se présente. Il s’assoit au bord de la scène et chante sans micro. Un silence quasi-religieux s’installe et ne quittera pas la salle jusqu’à la fin. Tété se ballade accompagné de sa guitare et va jusqu’à grimper sur le bar, situé au fond de la pièce. Lorsqu’il rejoint la scène c’est la fin. Les lumières ne tardent pas à se rallumer et nous pouvons quitter la salle. Le sourire aux lèvres.

Merci Tété ! Tu nous as fait passer une bien belle soirée…

 

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
246 queries in 1,828 seconds.