Aujourd’hui19 événements

Hyphen Hyphen + June Bug au Métaphone

Ce soir, on fête le début du week-end au Métaphone pour le concert très attendu de Hyphen Hyphen. La salle de Oignies affiche complet sans surprise puisque le groupe français est très apprécié du public et a déjà été sollicité par des médias connus et des gros événements comme les Victoires de la Musique. En attendant la première partie assurée par le groupe lillois June Bug qu’on vous a déjà présenté à plusieurs reprises sur LillelaNuit, on apprécie vraiment l’accueil de l’équipe du Métaphone, la configuration de cette salle récente, et l’enthousiasme des spectateurs. Si vous n’êtes pas encore allé au Métaphone, sachez que ce n’est qu’à vingt minutes de Lille, que cette salle est implantée sur un lieu historique, et que la programmation est variée.

C’est devant un parterre très attentif que le duo June Bug fait donc (re)découvrir sa musique, un cocktail d’électro, de rock, de folk… Au fil des morceaux, les spectateurs très concentrés bougent la tête et semblent réceptifs aux sons originaux de June et Beryl qui se complètent bien. On aime particulièrement quand ils chantent ensemble. Ils nous le confirment avec la belle reprise de “The Partisan” de Leonard Cohen. A chaque fois qu’on les voit jouer, on se rend compte du travail accompli et de leur envie d’avancer. Ce soir, le défi était de conquérir ce public impatient de voir Hyphen Hyphen en live.

Dès la première chanson “I cry all day”, on est frappé par la voix incroyable de Santa, la chanteuse. Pieds nus, le groupe semble déjà comme à la maison. Il avoue d’ailleurs dès le morceau suivant avoir un problème technique. Il ne se laisse pas déborder et enchaîne avec le très entraînant “I see myself”. On voit que le problème n’est pas réglé mais le groupe continue à assurer comme si de rien n’était ! Il fait de plus en plus chaud dans la salle : le batteur fait peu à peu  tomber sa salopette… Hyphen Hyphen veut faire danser la salle et s’en donne les moyens avec “Cause I got the chance”.  Il n’y a pas beaucoup de surprises dans la setlist qui contient la plupart des morceaux de leur album “Times. La chanteuse annonce comme souvent “We light the sunshine”, son “moment préféré du concert”. On comprend pourquoi lorsqu’on découvre sur cette chanson la communion entre le groupe et son public. Entre deux échanges avec la salle, les quatre Niçois parviennent à alterner de manière fluide entre morceaux plutôt calmes et morceaux plus dynamiques pour danser. Comme à la maison, la chanteuse maquille les 1ers rangs comme elle avec deux traits d’union (Hyphen en anglais) et donne rendez-vous aux autres après ce concert. Elle transforme pour finir le Métaphone en un grand dancefloor sur lequel le public hétéroclite s’en donne à cœur joie. Le batteur a profité de ce moment pour échauffer encore plus les spectateurs avant le rappel de leur single “Just need your love”. Et une fois de plus comme à la maison, la chanteuse est descendue dans le public pour aller chercher leur ingénieur du son qui fêtait son anniversaire ce soir là. Une fois monté sur scène, il a eu le droit à une pluie de confettis et nous a un final qui conclut un concert plein d’énergie et de sincérité.

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
265 queries in 0,756 seconds.