Aujourd’hui10 événements

Rock Baby Fest : Dead Astropilots + Issue de secours + Cheshire Cat au Bar Live

Troisième édition déjà du Baby Rock Fest, organisé au Bar Live de Roubaix. Aucun problème pour trouver et l'accueil se fait en douceur. Aujourd'hui le public n'est pas celui habitué des fouilles musclées : la plupart des spectateurs ont entre quelques mois et dix ans, accompagnés d'un ou plusieurs parents. Tous découvrent aussitôt des stands adaptés : les enfants peuvent se faire offrir des vêtements rock en petites tailles ou des créations en tissus et notamment des doudous. A l'opposé du stand goûter on trouve également des jeux flamands à essayer et ceux qui le veulent peuvent tenter leur chance à la pèche aux canards.

Les enfants et leurs parents sont aussi là pour le rock et tous se dirigent à 14h45 vers le Bar Live alors que Cheshire Cat - soit le chat d'Alice - démarre. Un groupe batcave au démarrage était un pari osé, mais en un sens une bonne introduction ; les maquillages des deux musiciennes intriguent les enfants. Elles en rajoutent en miaulant alors que les plus petits s'asseyent devant elles, tandis que les "grands" restent plutôt au fond. Le son a été adapté pour les oreilles sensibles et des protections auditives sont mises à la disposition gratuitement au bar.

Les enfants ne restent pas forcément assis. Si certains restent très attentifs et silencieux devant le spectacle, d'autres vivent leur vie, à l'instar de bon nombre d'adultes dans les concerts. Ainsi, certains se tournent vers leurs parents, communiquent. D'autres se lèvent, s'approchent ou dansent. Les ballons volent, aussi, et les tout petits apprennent à applaudir. Et quand on demande aux enfants s'ils aiment la musique, ils sont plutôt positifs. "Elle chante bien, la dame", explique une petite blonde d'environ cinq ans. Dur de garder leur attention pendant plus de vingt minutes, mais l'expérience leur plaît. Après une demi-heure d'un concert assez génial, tout ce beau monde ressort. S'il ne fait pas froid à l'intérieur, le thermomètre affiche plus de vingt-sept degrés à l'extérieur. Si les plus courageux partent chasser les canards au soleil, les autres envahissent les bords où les prix sont doux, comme à l'entrée.

Retour à l'intérieur avec le deuxième groupe, Issue de secours, qui va également jouer une demi-heure. Encore une fois, il n'a pas été question de présenter aux enfants un groupe "adapté à leur âge" mais bel et bien d'ouvrir ce nouveau public à de nouveaux horizons musicaux. Là le son et les textes sont bruts, les petits découvrent le punk. Et ils ne semblent pas particulièrement effrayés, leurs oreilles "neuves" n'ayant pas de goûts préconçus. L'opération semble couronnée de succès. Côté groupe, les trois garçons s'accomodent du public particulier et présentent plusieurs morceaux, dont une tentative au chant de JB, Rire et pleurer ou encore Ptit Gars.

Les enfants sont un peu timides et n'osent pas beaucoup répondre mais restent très attentifs la plupart du temps. Lors d'un interlude dû à une corde cassée, ils participent pour chanter Une souris verte, un peu poussés par les parents que le concept du festival semble enchanter. Un peu plus tard, certains dépassent leur timidité et demandent à essayer des instruments, comme la batterie, avec un succès certain pour des enfants n'y ayant jamais touché. Et en profiter pour donner quelques conseils au batteur : "tu tapes trop fort, voyons !" Les enfants n'ont pas leur langue dans une poche et ailleurs, une petite fille explique qu'elle veut deux tatouages, "un scorpion ici et un tribal là" tandis qu'une autre est partie discuter avec la chanteuse de Cheshire Cat.

Les enfants reviennent encore pour Dead Astropilots, aux sonorités electro couplées à des guitares qui se veulent aussi douces que possible tout en restant très électriques. Il est difficile à cette heure pour le jeune public de rester attentif alors Rachel descend de scène et le fait participer. Les enfants trouvent une médiation avec des bulles de savon. Le contact est passé. Durant tout le set, la chanteuse va leur porter une attention particulière et, malgré la chaleur et la fatigue, une bonne poignée se prend vraiment au jeu. A la fin, Simon laisse les enfants essayer une machine electronique. Le Rock Baby Fest est un franc succès et on espère que le festival se reproduira d'année en année, porteur d'un concept un peu novateur lancé avec des goûters concerts dans plusieurs salles de la région et d'ailleurs et qui fonctionne à plein.

Revenir aux Live report Festivals
A lire et à voir aussi
194 queries in 0,293 seconds.