Aujourd’hui17 événements

Mogwai + Sacred Paws à L’Aéronef

La salle de l’Aéronef est quasiment vide lorsque les demoiselles de Sacred Paws entrent en scène. Peut-être à cause de l’avancement d’horaire annoncé sur Facebook en début d’après-midi, le public arrivera cependant au cours du set des écossaises. Rachel Aggs et Eilidh Rogers ont repris les chemins des salles de concerts avec ce duo, créé sur les cendres de Golden Grrrls. Elles ont sorti en début d’année leur premier album, Strike a Match, sur le label Rock Action qui se trouve être le même que... Mogwai. Ceci peut expliquer leur présence en première partie du groupe mythique. Car au niveau musical, tout ou presque les sépare... La pop enjouée, sautillante et aux sonorités très afro-jamaïcaine de Sacred Paws n’a pas grand-chose à voir avec l’univers de Mogwai.

La bonne humeur et les sourires sont de rigueur sur scène. On se laisse vite entraîner par leur univers joyeux et spontané. Les gens présents apprécient, ceux qui arrivent ensuite sont rapidement mis dans l’ambiance de Sacred Paws. Les morceaux sont courts et le temps passe vite. Malheureusement, on regrette une rythmique similaire du début à la fin. Qui à la longue devient lassante.

Le temps du rapide changement de set, on remarque que le public est bel et bien arrivé. La salle est quasiment pleine. Cela promet une belle ambiance. Il faut dire que le groupe qui arrive fait partie de ces évènements qu’on attend avec impatience. Dès leurs débuts, les Écossais ont su s’imposer comme une influence majeure en matière de post-rock. Entre leur premier album (Young Team) en 1997 et le petit dernier Every Country’s Sun, en 2016, les comparses ont sorti sept albums, ont participé à des bandes originales de films (The Fountain de Darren Aronofsky) ou de séries (Les Revenants). Et se sont produit sur les scènes du monde. La dernière fois qu’ils ont foulé les planches de l’Aéronef c’était en avril 2014. Trois ans c’est long et on comprend encore mieux l’enthousiasme des fans de les retrouver…

Une ovation accueille les musiciens qui après un salut rapide démarrent sur "20 Size" issu de leur dernier album. A peine les premières mesures entamées qu’on est embarqués dans leur univers. Les Écossais sont réputés pour jouer fort. Ce soir ne faillira pas à la tradition ! Mais peu nous importe. Les morceaux vont en s’intensifiant tout comme l’ambiance qui s’électrise de plus en plus. Arpèges de guitare, clavier obsédant, batterie imposante. Sonorités hypnotisantes et fiévreuses.

Les titres s’enchainent et ne se ressemblent pas. Instrumental et morceaux « chantés » se mêlent. Le titre "Cody" s’écoute dans un silence quasi religieux alors que "2 Rights make 1 Wrong" ou "Remurdered" font se mouvoir le public. Seulement quelques « Merci beaucoup ! Thank you » seront prononcés par le groupe. Le public lui est plus expressif et on entendra même un magnifique « I love you ! » venant de notre droite. Le set se finit sur l'énergique "Old Poisons", morceau bien adapté au live et livré sans concessions. On sent que la fin est proche et on en profite à fond. Le groupe quitte la scène le sourire aux lèvres. On attend de voir si les lumières se rallument. Mais non ! Mogwai revient pour deux morceaux. "New Paths to Helicon, Pt. 1" d’abord. Morceau planant. Et puis "We’re no here", hypnotisant, et qui vient clôturer de manière magistrale ce concert. Il ne nous reste qu’à reprendre notre souffle avant de quitter la salle.

Tension palpable. Ambiance électrisée. Frissons, sourire aux lèvres. Voilà qui pourrait en quelques mots décrire ce qui s’est passé ce soir. Mogwai a clairement été à la hauteur de sa réputation et à peine sortis, on a déjà hâte de les rencontrer de nouveau.

See you soon !

 

 

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
351 queries in 0,472 seconds.