Aujourd’hui3 événements

Hollysiz + R.O x Konoba + Edgär à l’Aéronef

Se remémorer le concert de Hollysiz dans une Aéronef version Club pleine comme un œuf, c'est retrouver instantanément d'heureux souvenirs. C’est donc avec une certaine impatience que nous nous apprêtons à retrouver la belle Cécile et son double mêlant électro pop fougueuse et danse énergisante. Après un premier opus incitant clairement à se remuer, celle-ci prit le parfait contre-pied avec un album aux ambiances et aux styles multiples. Il nous tardait donc de voir comment la parisienne réussirait à traduire tout cela scéniquement avec l’application qu’on lui connait.

Le duo de guitaristes amiénois Edgär

Mais avant cela c’est le duo de guitaristes amiénois Edgär, déjà croisé avant Feu ! Chatterton, qui ouvre le bal devant une assemblée qui patiente dans le hall pour accéder à la fosse. Rythmes syncopés, pop chaloupée empreinte de références folk et électro, le binôme a le mérite d’attirer l’attention. Les nappes synthétiques aidant à constituer une ambiance relaxante, voilà une vingtaine de minutes agréablement dépensées. Choix discutable toutefois d’avoir placé les deux comparses dans un espace à la résonance parfois trop exacerbée.

Les Belges R.O x Konoba

L’Aéronef devenue désormais spécialiste des triples plateaux, c’est au tour des belges R.O x Konoba de fouler la scène lilloise accompagnés de leurs guitares, synthés et autre boite à rythmes. Voyageant allègrement entre acoustique et électronique, le duo a récemment décidé de se lancer dans un pari fou. Celui d’un tour du monde musical de dix mois où chaque pérégrination accouchera d’un titre mais aussi de découvertes et rencontres diverses et variées. Durant les quarante minutes de leur set, ces derniers nous offrent un mélange des genres, oscillant entre pop planante et électro sombre façon Editors. Un moment intéressant hélas un peu desservi par endroits par une trop grande quantité de basses.

Hollysiz défend son nouvel album

Dès 21h pétantes, les miroirs se tournent et les lumières s’estompent afin d’accueillir la bande au son d’Unlimited. Sweat à capuche sur le dos façon Rocky, Hollysiz est prête à en découdre et à faire resurgir le feu de la danse qui brûle en elle. Cela se traduit dès le single Fox, ultra punchy et accompagné d’une chorégraphie dont elle seule a le secret.

Après les remerciements chaleureux à un public venu en masse pour applaudir la parisienne, l’ambiance ne va guère retomber. L’enchaînement de deux titres anciens en la personne d’Ok et du dynamique Tricky Game suffit à conquérir la foule, Hollysiz nous gratifiant au passage d’un déhanché que n’aurait pas renié Nicki Minaj. Place alors à une petite incartade house au travers de Love is a Temple et d’un The Fall au départ timide mais au final vrombissant, nous transportant d’un seul coup dans un set de Carpenter Brut, imparable.

L'Aéronef conquise

L’Aéronef déjà bouillante, c’est le moment que choisit Hollysiz pour remercier avec émotion son producteur et sa meilleure amie, présents dans la salle pour découvrir le set en même temps que nous. Émotion qui fera d’ailleurs bafouiller la miss lors d’A shot façon piano / voix mais on ne lui en tiendra pas rigueur tant le sourire de la belle traduit son bonheur de se produire en terre lilloise.

Boy termine de calmer les esprits avant de retourner sur le ring dansant, Hollysiz nous assénant deux uppercuts avec le disco I Will et un Best Enemy limite tribal. Mais de ces coups-là on en redemande malgré les Don’t Come Closer répétés frénétiquement (phrase que l’on aurait en revanche volontiers utilisé quant à la promiscuité de nos voisines...). Nul besoin de réclamer très longtemps, emportés que nous sommes par la vague humaine se formant sur un High Tide des plus rentre-dedans et un Karma tout aussi rythmé, nous baladant entre Inde et Orient. Entrecoupé par un Cuban Mood mettant nos déhanchés à contribution, nous expédions nos dernières forces dans la bataille avec Roll the Dice et son flow électro. Rather than Talking, enfin, termine d'user nos cordes vocales en reprenant à tue-tête les Oh oh, la chanteuse scindant la foule tel un Moïse au féminin pour mieux mêler à nouveau les voix et les âmes.

Un set savoureux et diablement efficace

Il est désormais temps de se faire mettre K.O par le hit Come Back to Me. Jouissif à souhait, le public exulte littéralement, ce qui incitera la parisienne à effectuer son traditionnel bain de foule. Grimpée sur la sono, cette dernière harangue l'audience qui le lui rend bien et qu’elle achèvera avec une dernière dose de Hangover.

All About Now réunissant tout le groupe autour d'un micro 50's viendra clore sur une note de poésie un set encore une fois savoureux et diablement efficace. Il n'y a qu'à observer les mines réjouies pour s'en convaincre, voilà une douceur pop dont nous nous souviendrons longtemps. Désormais plus besoin de se faire un prénom avec un niveau d'une telle qualité, cette performance nous l'ayant encore prouvé ce soir.

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
158 queries in 1,830 seconds.