Aujourd’hui12 événements

Royal Blood + Snayx à l’Aéronef

Dans une période où l'on a plus que jamais besoin que la musique vienne adoucir les mœurs, rendez-vous est pris du côté de notre chère Aéronef pour une bonne dose de Rock made in UK avec Royal Blood. A peine le temps d'une petite flânerie au merch que les lumières s'assombrissent dès 20h pétantes pour accueillir Snayx, triplette ouvrant le bal british avec son Rock alternatif sans fioritures.

Snayx, 30 minutes joyeusement foutraques pour entamer la soirée

Dans une configuration basse / batterie / chant, nos voisins d'Outre-Manche nous sautent à la gorge dès les premiers riffs, nous envoyant tout droit dans l'ambiance d'une rue ouvrière où les comptes se règlent au poing. Image d'autant plus cocasse que le trio est natif de la chic Brighton (tout comme la tête d'affiche d'ailleurs, pour le point géographie).

Face à un public déjà nombreux mais étonnement emprunté, Snayx (dont on ne risque pas d'oublier le nom tant ils l'auront épelé durant ce court set) enchaîne avec brio quelques-uns de ses titres les plus punchy. Le tout, bien aidé par son bassiste aux faux airs de Flea des Red Hot, son chanteur aux accents d'un Damon Albarn énervé sans oublier sa batteuse qui fait plus que bien le job.

Et même si l'absence de guitare se fait sentir sur certains titres, le trio séduit par son rock franc et arrivera malgré tout à lancer un conséquent mosh pit parmi lequel s'immisce avec malice le frontman. 30 minutes joyeusement foutraques donc pour entamer cette soirée, de quoi préparer le public lillois à une suite toute aussi musclée.

Royal Blood, 1h30 d'une prestation de Haut Rang

Le temps d'un ravitaillement liquide qu'il nous faut rejoindre le cœur du volcan pour accueillir les très attendus Royal Blood (pour rappel le concert fut sold out en à peine quelques jours). Premier à faire son apparition, Ben Thatcher ne se fait pas prier pour pilonner ses fûts avant d'être rejoint par son comparse Mike Kerr qui assène les riffs d'un Out of the Black donnant le ton de la soirée. Avant la fin du titre, Ben demande déjà aux premiers rangs de se séparer... pour tranquillement faire un tour dans la fosse ! Le flegme britannique sans doute.

Mais une chose est sûre, les Royal Blood ne sont pas là pour s'assoupir et vont livrer pendant près d'1h30 une prestation de Haut Rang. L'enchaînement dès le premier quart d'heure du triptyque Come on Over / Boilermaker / Lights Out suffirait à convaincre les plus récalcitrants tant le duo impose sa patte et son énergie. On sent parfois du Muse, du Placebo chez ces gars-là bref tout ce qui fait l'essence même du Rock UK. Et ce carburant-là est clairement ce dont on avait besoin en ce début d'été troublé.

Dès lors, la soirée ne cesse de monter en intensité, rendant encore un peu plus déchaînés les premiers rangs de la fosse lilloise. Rejoints sur certains titres par un clavier, l'alchimie Royal Blood fonctionne à ravir, et ce grâce au magicien Kerr qui arrive à nous donner l'illusion des guitares alors même qu'il ne se produit qu'à la basse. Sacré pari et pour le coup plus que réussi.

La tornade Royal Blood emporte tout sur son passage

Les titres se succèdent ensuite dans la même hystérie collective, alors même que le public autour de nous semble être de tous âges. C'est dire si la tornade Royal Blood emporte tout sur son passage (rien de plus normal quand l'une des meilleures illustrations en est le titre Typhoons).

Trouble's Coming nous fait nous demander si Royal Blood n'a pas pris du Daft Punk au petit déjeuner ? Une chose est certaine, le duo sait savamment doser le mélange rock / électro pour nous offrir un show digne de sa stature. Quelques morceaux un peu plus dark viennent encore ponctuer le set avant de conclure par les efficaces Limbo ou encore How Did We Get so Dark ? qui a tant fait leur renommée. L'audience en redemande et va être servie pour 3 derniers rappels résonnant comme une ultime dose de bonheur.

Un concert tout simplement royal

Si jadis Jacques Dutronc avait mis un tigre dans sa guitare, nul doute que Mike Kerr a mis celui qui sert de toile de fond au show du jour dans sa basse. Et cette dernière ne cessera de rugir jusqu'à l'archi-célèbre Figure it Out, véritable apothéose venant couronner un concert tout simplement royal.

Après avoir assisté à cette prestation XXL, l'on comprend tout à fait pourquoi les plus grandes scènes d'Europe (voire plus) déroulent le tapis rouge à ce duo (y compris le Hellfest dernièrement). Alors si vous en avez l'occasion ne les manquez surtout pas, le Rock a de l'avenir avec de tels représentants. God Save Royal Blood !

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
197 queries in 0,517 seconds.