Aujourd’hui15 événements

Girls in Hawaii + Fabiola au Métaphone

Quand on arrive à Oignies, deux chevalements nous surplombent, ceux des fosses 9 et 9 bis. Ce site chargé d’histoire et de renouveau culturel, nous invite à entrer dans la salle du Métaphone pour le concert de Girls in Hawaii et Fabiola.

Fabiola, Follow up

La fosse et les balcons se remplissent doucement, lorsque le set de Fabiola commence. Le chanteur et guitariste Fabrice Detry, nous annonce qu’un membre du groupe n’est pas présent ce soir. En effet, Antoine Pasqualini a eu quelques ennuis de transport. Nous avons donc Fabiola amputé de son batteur. Fort heureusement, le staff des Girls in Hawaii est venu à la rescousse du quartet et a prêté deux batteurs. Ouf, le concert est sauf.

Fabiola, c’est ce genre de groupe qui nous sert de la pop aux antipodes de la niaiserie. Cette musique qui ne ressemble qu’à elle-même. Les morceaux sont charmants par la mélodie et l’harmonie des voix de Fabrice et de sa claviériste Lucie Rezsöhazy. Les lignes de basse d’Aurélie Muller donnent un rythme plus profond et parfois surprenant à la composition. Quant aux textes, je vous laisserai en juger avec le clip de “Shit is coming back”

Le set de 30 minutes se finit et on ne demande qu’à les réécouter. Fabiola et son album "Check my spleen" sont à retrouver sur le site de de Dear.deer.records et sur toutes les plateformes d’écoute en ligne. Check my spleen : des démons baudelairiens ainsi que les fréquences sonores d’une pop inclassable et plaisante. 

Girls in Hawaii, etoiles dans la nuit

Après une courte pause, les stars de la soirée arrivent sur scène. Le groupe s’installe simplement comme s’il se posait dans notre salon.

Le set commence avec la chanson “9.00 am”, introduction de l’album “From here to there” qui date de 2004. Un morceau résolument pop and chill. On sait d’ores et déjà que la soirée va traverser les albums du groupe aux traits pop, rock et électro.

Girls in Hawaii est un groupe belge qui a su se renouveler aux fils des années, des albums et des aléas de la vie. En effet, le batteur et aussi frère du chanteur décède tragiquement dans un accident de voiture en 2010. Le groupe prend une pause, et se laisse le temps de peaufiner leur EP “Misses”. L’émotion est à son comble lorsque les premières notes de ce morceau retentissent dans l’enceinte du Métaphone.

Le concert se poursuit et monte en puissance. On n’a pas fini d'être étonné, tour à tour, la salle danse sur des compositions électro telles que “Walk”,  l’adaptation plus rock de “Switzerland” chauffe le public. Par la suite, on sera suspendu aux lèvres du duo Lionel Vancauwenberghe et Antoine Wielemans quand retentit le morceau “Plan your escape” sombre et résolument acoustique avec l’arrangement guitare-voix- glockenspiel (oui oui, ce petit carillon dans son étui bleu que l’on peut prendre pour un jouet).

On vagabonde entre pop intimiste, bonnes grosses guitares, piano et sons synthétiques. Les “girls”, comme le crie le public, nous ont régalé toute la soirée. Le rappel se finit sur une improvisation totalement folle du batteur, qui achève la soirée en lançant ses baguettes dans le public.

Les fans du groupe sont satisfaits. Quant à, ceux qui ont découvert ce soir, ils auront de quoi réécouter en se plongeant dans la discographie.

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
250 queries in 1,649 seconds.