Aujourd’hui6 événements

Holispark

Holispark

Holispark The Harvest Style : Rock

Site Web

Ils sont trois, ils sont musiciens et forment ensemble le groupe Holispark. Formés en juin 2015, ce groupe lillois composé de Manon, Roch et Kévin vient tout juste de sortir un EP de 6 titres nommé The Harvest. Pleins de peps et de bonne humeur, ils se sont confiés à Lille La Nuit sur leur formation, leurs projets et leur personnalité. À écouter sans modération !

Les premières informations sur votre groupe datent de mai 2015, comment est né Holispark ?

Roch : Avec Kévin et Manon, on a fait partie d'un précédent groupe qui s'est séparé en mars 2015. Suite à cette séparation, on s'est rendu compte qu'on avait encore envie de faire de la musique ensemble, c'est comme ça qu'est né Holispark. Au début du mois de juin, on a lancé la page Facebook du groupe et c'était parti !

Votre EP comporte six titres, comment s'est-il réalisé ?

Roch : Il y a certains titres qui ont été écrits au sein de notre dernier groupe en janvier 2015. D'autres sont nés au fil du temps, surtout cet été pendant la tournée que Kévin et moi avons fait. D'autres titres se sont rajoutés juste avant l'enregistrement à la fin du mois de septembre.

Comment se passent la composition et l'écriture des titres entre vous ?

Roch : La majorité du temps, les chansons sont basées sur des riffs de guitare que Kévin compose. On garde ceux que l'on préfère et on les améliore ensemble. Tous les textes ont été écrits par Manon et moi j'apporte ma patte à tout ce travail. On a terminé d'arranger les morceaux directement au studio. La dernière chanson de The Harvest est la plus récente, on l'a écrite et composée au studio. On savait qu'il fallait qu'elle figure sur cet EP mais on n'avait pas encore trouvé l'arrangement qu'il nous fallait mais les idées sont venues très rapidement.

Cet EP est-il auto-produit ?

Manon : Pour l'EP, nous avons tout fait nous-mêmes. Quand on est sorti de notre ancien projet, on a tout de suite décidé de reformer quelque chose ensemble. Quand on a formé Holispark, on s'est dit qu'il était obligatoire d'enregistrer quelque chose, même si on n'avait pas trop les moyens et qu'on allait galérer. À savoir que l'on s'est formé début juin et qu'au début du mois de novembre on avait déjà tout enregistré. Mais mis à part ça, oui, tout est auto-produit !

Est-ce que vous vivez de votre musique ?

Manon : Non, on ne vit pas encore de notre musique. Mais c'est notre projet. Comme tous les groupes on a envie de faire des belles salles, de faire des tournées, de rencontrer plein de gens et de voyager partout. Mais c'est de plus en plus compliqué avec le nombre de groupes qui existent aujourd'hui.

Holispark

On a vraiment beaucoup aimé la pochette de votre EP, qui l'a réalisée ?

Kévin : La pochette de l'EP est en relation avec notre vécu et le nom du groupe. Holispark a plusieurs significations. La Holi est une fête indienne qui représente l'avènement du printemps, c'est celle où on jette plein de poudre de toutes les couleurs. Cette idée de couleurs, d'énergie et d'étincelles, on la retouve dans notre groupe. Le cerisier qui est sur l'EP représente le fruit de notre travail, toutes les expériences que l'on a eu ensemble depuis notre rencontre, l'évolution de tous nos morceaux et l'aboutissement de notre travail.

Manon : On a collaboré avec un ami à moi : François Matus qui habite Los Angeles mais qui est originaire de Lens. C'est lui qui a fait notre pochette, elle s'est faite très vite et on est très content du résultat. Elle a un petit côté hipster qui le représente bien.

Comment s'est passée la réalisation de votre clip "Tonight" ?

Roch : C'est le deuxième clip que l'on a sorti. Il n'y a pas vraiment d'histoire. C'est une espèce de melting pot de tous les bons moments que l'on a passé ensemble depuis le début de Holispark. On a pu jouer dans de belles salles dès le début grâce aux contacts que l'on s'était fait avec notre ancien groupe. C'était vraiment grisant de pouvoir tout de suite faire de beaux concerts donc on filmait absolument tout ce qu'on faisait. Toutes ces prises d'images collaient bien avec l'esprit de notre chanson donc on en a fait un clip.

Faites-vous partie d'autres groupes ?

Roch : Oui chacun de nous fait partie d'un autre groupe. Moi je joue avec Alabasterds, un groupe lillois qui fait du grunge et avec un groupe montpelliérain The Electrics Ducks, c'est du gros rock qui s'inspire un peu d'ACDC.

Manon : Moi j'ai un duo avec Kévin, qui s'appelle The Beauty and The Bear où l'on fait pas mal de covers de musiques du moment qui passent à la radio : du Rihanna, du Ed Sheeran.. Et un duo avec un ami, qui s'appelle de The Shiny Deers avec qui on fait de la folk.

Vous avez joué au Casino Barrière, comment avez-vous vécu cette expérience ?

Kévin : C'était une expérience assez nouvelle pour nous. On a joué avec plein d'artistes qui ont le vent en poupe en ce moment : Vianney, Amir, les Trois Mousquetaires... On a partagé un plateau avec eux et c'était un univers tout nouveau, on n'a pas l'habitude de jouer des grosses scènes comme ça. Il y avait plus de mille personnes ! Le public était très motivé et très cool. On avait aussi fait la première partie de Louis Bertignac l'année dernière, c'était un peu dans la même continuité au niveau de l'ambiance. On espère faire d'autres belles scènes comme ça. Le Casino Barrière nous a très bien accueilli !

Quel est votre programme pour cet été ?

Roch : On est assez chargé : le 30 juillet on joue à un festival à la Gare Saint Sauveur. C'est un événement rock avec quatre groupes de la région. On part ensuite en tournée, il y a 19 dates dont 16 en Corse. Après ça, on revient le 27 août à Saint-Omer au Roots Mission Festival et le 28 août au Petit Wood Festival à Sémeries. On a une vingtaine de dates donc on est très content pour une première vraie tournée ! On a aussi l'ambition de sortir un nouveau single cet été, accompagné d'un clip que l'on ferait en collaboration avec le studio C&P à Sequedin. Et pour finir, en rentrant de la tournée, on aimerait enregistrer des nouveaux morceaux que l'on a en préparation. Avec Holispark, c'est la première fois qu'on se sent aidé et soutenu. D'habitude, on a l'impression de se débattre seuls et là on a la chance d'avoir été accueilli par Mona FM par exemple. Ce sont de superbes opportunités que l'on a eu ! Ça nous donne envie de faire encore plus de projets. C'est la première fois que j'ai l'impression de faire la promotion de notre EP !

Manon : C'est vrai que depuis la sortie de l'EP, on est plus vivant que l'on ne l'a jamais été. On ne s'en rend peut-être pas forcément compte de l'extérieur, mais c'est très dur d'avoir une actualité car à côté de tout ça on a une vie totalement banale. Ça fait plaisir de pouvoir sortir du quotidien et de montrer que l'on s'amuse.

ou choisissez un nom
* Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, recopiez le code ci-dessous Anti-Spam Image
Revenir au Mag Interviews
À lire aussi
166 queries in 1,557 seconds.