Aujourd’hui19 événements

Ahmed Sylla avec un grand A

Ahmed Sylla avec un grand A

Ahmed Sylla Avec un grand A Style : Humour Date de l’événement : 19/05/2015

Site Web

Le festival Rire en Mai accueille du 17 au 24 mai 2015 une quinzaine d'humoristes sur les différentes scènes lilloises. Entre les grands noms de l'humour comme Patrick Timsit ou Michel Boujenah, plusieurs artistes montants sont à l'affiche, comme Ahmed Sylla ! Connu du grand public grâce à l'émission "On n'demande qu'à en rire", le jeune nantais vient présenter au public du Nord son nouveau spectacle le 19 mai à la Comédie Solférino, et compte bien le conquérir !

Peux-tu nous présenter ton spectacle en quelques mots ?

Mon spectacle s’appelle « Ahmed Sylla avec un grand A », et ça pourrait aussi s’appeler « Le Fabuleux destin d’Ahmed Sylla » ! Dans ce spectacle, je raconte mon parcours, ce qui m’a donné envie de monter sur scène. Je passe par différents personnages pour raconter ce parcours très alambiqué, notamment mon parcours scolaire qui est un petit peu chaotique, mais très drôle, et j’en garde un très bon souvenir ! Je raconte mes parents, et mon père qui, au départ, n’était pas du tout d’accord pour que je fasse ce métier, et maintenant, depuis qu’il a vu ma dernière fiche d’impôts il m’a dit « il faut continuer » ! Je raconte aussi certains points de la société, par exemple j’aborde le racisme, mais sans rentrer dans quelque chose de blessant ou de moralisateur. J’aime bien rester dans la rêverie.

A quel âge as-tu commencé ce métier ?

J’ai commencé par du théâtre, j’en ai fait pendant 7 ans au collège et au lycée. Ensuite j’ai posté une petite vidéo sur internet, où j’imitais l’ancien président, Nicolas Sarkozy, ce qui m’a valu un mini-buzz. Donc je suis monté faire des scènes ouvertes, et par la suite j’ai tout de suite intégré l’émission « On n'demande qu’à en rire », et c’est là que ça a vraiment commencé. Cette émission m’a permis de faire un premier spectacle qui s’appelait « A mes délires », où je racontais aussi mon petit parcours mais c’était encore très prématuré. Le spectacle que je présente aujourd’hui, c’est un peu mon n°1 bis ! Pour tout vous dire, j’ai commencé le 10 mars 1990, date à laquelle je suis sorti du ventre de ma mère ! Mais plus sérieusement, ça va faire 4 ans que je fais ce métier.

Comment es-tu entré dans « On n'demande qu’à en rire » ?

Par casting, mon ancien producteur avait fait une demande. C’était au tout début de l’émission, il n’y avait pas encore énormément de demande donc ça s’est fait très rapidement. J’ai fait une petite vidéo que je leur ai envoyée, et ils m’ont rappelé dans la foulée. En plus je n’avais jamais écrit avant, je ne savais pas ce que c’était, donc je suis arrivé très naïvement ! Jamais je n’ai eu l’idée ou la motivation pour en faire mon métier. Pendant ma scolarité, au moment des projets d’orientation, je n’ai jamais mis « artiste » ou quoi que ce soit d’autre ! C’est pour ça que j’aime autant ce métier aujourd’hui parce que ça m’est clairement tombé dessus.

Depuis quand tournes-tu avec ce spectacle « 1 bis » ?

Depuis le mois d’octobre, c’est très récent ! On en est encore au tout début de l’exploitation, donc j’espère que les gens vont kiffer ! Je pense revenir à Lille, parce que je fais une petite salle pour le festival, parce que les producteurs craignent qu’on ne remplisse pas, donc ils nous mettent à la Comédie de Lille, mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que la semaine prochaine, je suis au Sébasto ! Je suis content de commencer par une petite salle, et j’aime bien revenir dans la ville parce que ça veut dire qu’il y a eu un engouement et qu’il y a des gens qui m’ont suivi, qui ont apprécié le spectacle. Je suis assez pressé de revenir à Lille parce que c’est un public que j’aime bien, j’étais Maubeuge il y a peu. Le public du Nord, c’est LE meilleur public de France !

Le public du Nord, c’est LE meilleur public de France !

Ahmed Sylla

Qu’est-ce qui a évolué entre ce spectacle et le précédent ?

Au niveau de l’écriture, j’ai écrit le premier spectacle essentiellement avec mon grand frère, il y avait beaucoup de lacunes. J’ai eu un bon retour public, mais au fur et à mesure que j’évoluais dans le métier, je sentais qu’il y avait des lacunes. Donc plutôt que d’essayer de modeler ou de reconstruire, j’ai tout mis à la poubelle pour repartir sur quelque chose de totalement neuf. J’ai aussi changé de metteur en scène, pour découvrir autre chose. Mais ce qui a essentiellement changé, c’est la maturité.

 

As-tu des premières parties ?

Il y a un petit qui me suit sur les réseaux sociaux, et qui m’a demandé s’il pouvait faire ma première partie. Pour moi, il n’y a pas de souci, ce sont les producteurs qui gèrent ça mais c’est avec grand plaisir si je peux donner un petit coup de pouce ! A la Comédie, je crois qu’il y aura une centaine de personnes, si on peut s’amuser tous ensemble, il n’y a pas de souci !

Ça s’est donc fait via les réseaux sociaux, tu les utilises beaucoup ?

Je les utilise énormément, c’est une révolution ce truc ! Je lisais une interview de Catherine Deneuve qui disait qu’aujourd’hui, il n’y avait plus de stars. A son époque, les stars étaient rares, on ne pouvait pas les voir, il y avait un côté très secret. Maintenant avec les réseaux sociaux, on est plus en lien avec le public, on est beaucoup plus proche.

ahmed sylla insta

Compte Instagram d'Ahmed Sylla

 

Pour les artistes, vous pouvez aussi plus facilement nous faire découvrir ce que vous faites ?

Exactement ! Je fais beaucoup de vidéos sur Internet maintenant, et ça a énormément augmenté ma « fanbase », c’est un outil incroyable ! Ça va tellement vite, c’est génial mais il faut aussi avoir cette petite crainte de l’outil. Parfois ça peut devenir très intrusif ! J’ai eu Snapchat pendant un moment, et pour l’instant je l’ai mis un peu de côté parce que les gens ont l’impression d’être chez toi ! Il n’y a plus cette distance qui existait auparavant, c’est très ambigu.

ou choisissez un nom
* Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, recopiez le code ci-dessous Anti-Spam Image
Revenir au Mag Interviews
À lire aussi
248 queries in 1,520 seconds.