Aujourd’hui10 événements

Strawberry Fest : Holy Wave + Ulrika Spacek + Wild Racoon + June & Lena à la Ferme d’en Haut

Le soleil nous accompagne pour cette journée un peu particulière. En effet nous avons rendez-vous, dès 15h00, à la Ferme d’en Haut pour la troisième édition du Strawberry Fest. Après deux éditions à la Péniche et suite à la fermeture de la salle, l’équipe du festival a dû se délocaliser à Villeneuve d’Ascq. Lieu un peu atypique et très agréable : de la verdure, un préau, un estaminet, bref un lieu de vie d’artistes de tous horizons fort sympathique !

Des artistes locaux pour ouvrir le Strawberry Fest

Et c’est à Magic Mathias que revient la tâche de nous ouvrir l’appétit musical en ce début d’après-midi. Son DJ Set nous fait patienter agréablement jusqu’à l’arrivée de June & Lena. Ce duo, créé spécialement pour l’occasion, est composé de June Bug et Lena Deluxe. Deux figures féminines bien connues dans le Nord. Elles nous enchantent de leurs voix cristallines et le temps passe bien trop vite à notre goût.

De la musique, mais pas seulement !

En attendant le « Tournoi des Bouffons », spectacle d’impro de la Ligue Royale Strandovie Improvisation, on se ballade parmi les petits plus proposés : un vide dressing et un stand de vente de vinyles. Après le spectacle, Magic Mathias revient. A 19h, les portes de la salle, située à côté de la ferme s’ouvrent. Pour nous faire attendre avant Wild Raccoon, on écoute les disques passés par Sir Keith, un lillois et Fred Bodysway, un belge. On en profite aussi pour se désaltérer et pour déguster un hot-dog. Merci Francis Co HotDog ! Ses hot-dogs sont tellement au gout de certains qu’ils y retourneront plusieurs fois dans la soirée...

Wild Racoon au milieu du public...

Lorsque les lumières s’éteignent dans la salle, on découvre Wild Raccoon, installé tranquillement avec sa guitare, sa grosse caisse et ses pédales, non sur la scène mais au milieu du public. Un public bien présent qui réagit rapidement à la bonne humeur contagieuse et aux rythmes enjoués de ce lillois, originaire d’Amérique. Maniant le français aussi bien que l’anglais, ce représentant de l’espèce des ratons laveurs nous emmène dans son univers punk ou garage. Sauvage comme son nom, un peu crado comme on s’y attendait, à grand renfort de guitare, la musique de Wild Raccoon nous transporte sans problème et l’on est déçu lorsqu’il nous annonce son dernier morceau.

La prestation sonore et visuel d'Ulrika Spacek

Le temps est doux et on profite de la nuit tombante pour patienter avant l’entrée en scène d’Ulrika Spacek. Ces Anglais ont sorti leur troisième album (un EP précisément) en avril 2018. Et la prestation qu’ils nous offrent est autant sonore que visuelle. Des effets de lumières et un écran placé au fond de la scène dévoilant des images, des clips, des ombres, accompagnent parfaitement la voix et les instruments des musiciens. On sent un peu de Black Rebel Motorcycle Club (BRMC) dans la voix, un peu des Dandy Warhols dans les entrées de morceaux et pas mal de The Brian Jonestown Massacre dans le reste. Bref, c’est un délice que de les écouter et de les voir !

Le public ne s’y trompe pas, la salle est quasiment pleine et les gens présents apprécient la prestation, les applaudissements sont fournis et les mouvements de corps bien réels. Le groupe quant à lui est content d’être là, c’est eux même qui le disent... Encore une fois le temps passe bien trop vite et lorsque l’on retrouve les lumières du bar on est un peu désorientés mais contents.

Holy Wave en clôture...

Pour bien finir la soirée, on découvre les Américains d’Holy Wave. Ces cinq comparses originaires d’Austin (Texas) distillent leur rock psychédélique à grands renforts de guitares et de rythmes planants et résolument entêtants. Holy Wave joue fort, un peu trop peut être car on ne profite pas de leur musique comme on le devrait. Pourtant l’écoute des morceaux nous avait laissé avec l’envie de les découvrir en live. On passe un bon moment, n’en doutez pas, mais on reste un peu déçus car on en attendait plus. On retournera les voir s’ils reviennent poser leurs instruments dans le coin pour savoir si notre impression est fondée... Ou pas.

Encore un Strawberry Fest au top !

Alors, on ne va pas vous mentir, Ulrika Spacek est LA révélation de ce Strawberry Fest. Leur univers nous plait beaucoup et on a hâte de les retrouver dans les salles du Nord, ou d’ailleurs... Et puis, parce il ne serait pas juste de ne pas en dire un mot... Merci à l’organisation du Strawberry Fest ! Aucune fausse note (joke...) n’est venue gâcher cette belle journée...

A l’année prochaine !

 

Revenir aux Live report Festivals
A lire et à voir aussi
208 queries in 0,687 seconds.