Aujourd’hui31 événements

No One Is Innocent, Naive New Beaters & more au festival Mix’Cité

Mix’Cité, un festival qui porte bien son nom pour cette 9ème édition où différents styles étaient représentés sur la scène installée sur le Campus de Lille 1. C’est devant un public composé en majorité d'étudiants que Romain Lefevre a lancé cette soirée de concerts gratuits. Il a pu faire découvrir aux spectateurs les morceaux de son nouveau projet « Bubble Gum ». Changement d’ambiance avec la musique métissée de HK & les Saltimbanks. HK n’est pas inconnu du public lillois qui avait déjà pu le voir au sein de M.A.P. Comme avec ce groupe, HK réchauffe l’atmosphère en donnant envie aux spectateurs de chanter et de danser. HK et ses Saltimbanks communiquent leur énergie et leur humour au public qui reprend avec eux « On lâche rien » ou encore « Citoyen du monde ». « Niquons la planète » conquit la foule devant la scène. Le concert était court mais HK rappelle que le lendemain, ils jouent à la Maison Folie Wazemmes pour Wazemmes L’Accordéon.

L’arrivée d’As De Trêfle fait grimper encore d’un cran l’ambiance devant la scène. « Mieux vaut se taire » est tout de suite repris par le public qui se réchauffe au fil des concerts. Les mouvements de foule devant la scène sont de plus en plus intenses. De véritables fans chantent et dansent sur la musique festive d’As de Trêfle. Les crash barrières commencent à montrer des signes de faiblesse face à la force de la foule qui s’agite. Et l’arrivée de No One Is Innocent ne va rien arranger.

Les « Combattants Virtuels » (« Révolution ») essayent de faire oublier qu’il fait froid. Le groupe dégage une énergie qui pourrait faire exploser les crash barrières. Un vent de révolution souffle sur le campus de Lille 1 où résonne « Nous gagnerons même si tu ne le crois pas » (« Chile »). Après plusieurs piques sur le Président, Kémar présente les différents musiciens du groupe. No One Is Innocent a provoqué une vague de chaleur ce soir. La vision du leader torse nu n’étonne pas malgré le froid. Leur concert se finit sur le terrible morceau « Drugs ». Les crash barrières ne résistent pas au pogo et au slam de Kémar qui se laisse porter par la foule.

Les membres de la sécurité ont passé une bonne partie du concert des Naive New Beaters à renforcer les crash barrières afin que les spectateurs puissent danser en toute sécurité sur les morceaux de « Wallace ». Eurobélix entre le premier sur scène avec ses bougies étincelantes sur les épaules, suivi par Martin Luther BB King et enfin David Boring vêtu comme d’habitude d’un pull kitsch. Le trio commence tout simplement avec « L.A. Trumpets ». David nous offre de belles chorégraphies chaloupées du bassin. « Malgré le froid de l’été » on a « chaud dans le cœur » grâce aux Naive New Beaters. Les pouces et les autres doigts se rejoignent pour former des cœurs sur « Get Love ». David lance un « Big Up au tramway aérien ». A l’occasion du festival, Transpole a prolongé le dernier métro à 1h. Les Naive New Beaters offrent un tour de magie… L’éclairage de leur logo NNBS ! L’équipe de sécurité semble aussi avoir besoin d’un sortilège pour régler définitivement le problème des crash barrières. Mais juste en face de la scène, la pression est très forte et ne s’atténue pas sous l’effet de « Janeiro ». « Just Another Day » laisse un peu de répit puisque David demande aux garçons de porter les filles sur leurs épaules. Les morceaux s’enchaînent, l’atmosphère du Campus de Lille 1 s’est réchauffée encore un peu plus. Pour le rappel, la chanson « Can’t Choose » est très attendue. Le suspens dure jusqu’au dernier moment. Le clavier de Eurobélix et la guitare de Martin Luther BB King lancent les premières notes. La pluie commence à tomber, mais le public continue à danser. Si vous avez raté le passage des Naive New Beaters, ils sont de retour à la Halle de Glisse de Lille samedi 26 juin à l’occasion du Focus Festival avec Oxmo Puccino !

Après une programmation de ce cru, que va nous réserver l'équipe de Mix'Cité pour les 10 ans du festival ?

Revenir aux Live report Festivals
A lire et à voir aussi
336 queries in 1,918 seconds.