Ad Alta, un spectacle-déambulation pour (re)découvrir l’Opéra de Lille

Lors des Journées du Patrimoine 2022, l’Opéra de Lille ouvrait ses portes et nous faisait découvrir ses salles et ses couloirs labyrinthiques méconnus des spectateurs. La déambulation est guidée par deux danseuses interprétant Ad Alta, fantaisie chorégraphique de Julie Desprairies. Ad Alta est une belle façon de découvrir l’Opéra de Lille sous un jour nouveau. A voir ou à revoir du 7 au 16 octobre 2022.

Ad Alta, un spectacle-déambulation

Ad alta per artes, autrement dit « Au sommet par les arts » est la devise qui surmonte le grand plateau de l’Opéra. La chorégraphe axe son travail sur l’architecture des bâtiments. Les mouvements sont dépourvus de toute psychologie et de dramaturgie conventionnelle. Comment l’architecture peut influencer nos gestes ? Comment un corps résonne-t-il l’espace, comment vibre-t-il avec un autre corps ? Comment perçoit-il les couleurs, les matières, les matériaux, les textures créés par une architecture ? Julie Desprairies s’amuse avec la répétition, le tempo, les formes et les réponses kinesthésiques dans des chorégraphies uniques puisqu’elles ne sont destinées à chaque fois qu’à un seul espace.

l’histoire de l’Opéra de lille

Le public est divisé en deux groupes mais chacun aura le même parcours puisque l’aile gauche et l’aile droite du bâtiment sont symétriques. L’attribution de costumes de l’Opéra aux spectateurs rend le parcours ludique. Le public a eu la chance d’accéder au toit-terrasse et à la salle de stockage de la technique où une technicienne va nous partager son quotidien dans la structure. Deux chanteurs lyriques du conservatoire de Lille vont nous raconter l’histoire de l’Opéra : en avril 1903, un incendie ravage l’Opéra inauguré en 1787. La construction du théâtre Sébastopol sera une solution provisoire en attendant l’édification d’un nouveau bâtiment. En 1907, la ville de Lille lance un appel à projets anonyme pour la reconstruction de l’Opéra. Louis-Marie Cordonnier, architecte de la chambre de commerce au style néo-flamand propose un projet au mêmes lignes architecturales que sa construction précédente. La ville reconnaît immédiatement l’architecte derrière ce projet et afin de diversifier les bâtiments et leur style dans la ville, celle-ci refuse la proposition. Un projet au style néo-classique retient leur attention et l’ingénieur qui se cache derrière cette ébauche n’est autre que Louis-Marie Cordonnier dont l’audace a été de présenter plusieurs esquisses différentes. En 1914 et en 1940, les Allemands s’approprient le Théâtre et donnent des centaines de spectacles. Bien que la charpente en béton et la construction du bâtiment soient, pour l’époque très modernes, en 1998, l’Opéra ferme ses portes pour se moderniser et rouvre en 2003. Ad Alta est une belle façon de découvrir l’Opéra de Lille sous un jour nouveau.

Revenir aux Live report Evénements culturels
A lire et à voir aussi
260 queries in 0,618 seconds.