Aujourd’hui14 événements

The Asteroid No.4 + Magic Shoppe à la Bulle Café

La Bulle Café de la Maison Folie Moulins peine à se remplir en début de soirée alors même que la date est fantastique, ne serait-ce que pour la présence des trop rares de The Asteroid No.4 en France.

Magic Shoppe

Des groupes se compactent heureusement en dernière minute alors que Magic Shoppe démarrent. Loin d'être une première partie, le groupe prouve rapidement qu'il s'agit bel et bien d'un double plateau états-unien. Le groupe est plus jeune, certes, formé en 2014, et marche sur les traces des seconds qu'ils admirent. En moins de dix ans, ils ont accumulé plusieurs albums, de multiples EPs et singles et même un album live à Londres où ils sont actifs (l'un des membres le porte jusque sur son t-shirt).

On ne les compare pas à My Bloody Valentine par hasard puisqu'ils se délectent dans l'étalage de réverb. Côté lyrics et style, on a affaire à un showgaze assez dark, s'éloignant du Velvet dont ils s'inspirent pour mieux loucher vers le drone. Sur scène, ils sont sympathiques même si Josiah Webb au chant a vraiment du mal à se lâcher, visiblement de stress puisqu'il est ensuite bien plus souriant comme spectateur. Pas facile de jouer avant un groupe qu'on aime beaucoup.

The Asteroid No.4

Arrivent The Asteroid No.4, plutôt rares sur scène, et extrêmement rares tout court en France. De par leur réseau de production lié au Brian Jonestown Massacre, on n'était pas surpris de les voir au Psych Fest d'Austin puis au Levitation en France, mais cela fait déjà plusieurs années. On est donc absolument ravis que Bains de Minuit aient choisi de les faire venir, et de fait réussi. Si les deux groupes tournent partout sous ce format de double plateau, le choix s'avère cohérent d'un point de vue spectateur. Dans le monde psychédélique, les Asteroid No.4 se situent aussi complètement du côté reverb de la force, mais avec un côté plus doux à la Spacemen 3.

En ce moment, ils tournent à quatre sans clavier et restent remarquablement soudés alors que Scott fait face à des problèmes techniques, se faisant aider par Gregg. "You don't care!" crie une personne dans la foule face au problème. "I like your way of thinking", répond Scott, qui doit se passer de la plupart de ses pédales jusqu'au rappel. En face le public est compréhensif et soutenant, chantant même sur la très connue The Windmill of the Autumn Sky. Face à l'accueil chaleureux, le groupe revient pour un rappel non prévu, résout les soucis connectiques et nous offre encore un titre avant de repartir, prouvant une fois de plus leur générosité sur scène.

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
313 queries in 0,494 seconds.