Aujourd’hui10 événements

Loïc Nottet + Julien Granel à l’Aéronef

Sold out depuis plusieurs semaines, la venue de Loïc Nottet à Lille était très attendue ! Nombreux étaient les fans à attendre tôt le matin devant l’Aéronef pour être aux premières loges d’un show d’exception. Déjà très conquise par sa prestance scénique dans l’émission Danse avec les stars en 2015 et par la sortie de son premier album Selfocracy en début d’année 2017, j’avais hâte de le découvrir sur scène.

L’ambiance a été chauffée tranquillement en première partie avec un set de 5 titres de Julien Granel, artiste bordelais très content de fouler sa première scène lilloise.  Le public, assez réceptif, n’était qu’au début de ses capacités ! En effet, dès le changement de plateau, l’impatience se fait ressentir, ça tape dans les mains, ça crie « Loïc, Loïc, Loïc », ça promet de belles retrouvailles entre les fans franco-belges et l’artiste.

Lumières éteintes, place au premier tableau de ce concert. Une introduction qui nous met directement dans l’univers très cinématographique de Loïc, sa grande source d’inspiration pour la composition et l’écriture. On voit sur scène les deux musiciens devant un écran où seront projetées durant la totalité du concert des animations très abouties, autant dans la recherche de sens que de design et de fil conducteur entre les morceaux. L’introduction est accès sur un jeu de labyrinthe (qui fait référence au film), on y voit Loïc essayant de s’échapper, puis il arrive sur scène pour le premier titre « Mud Blood », où un jeu de miroir est mis en place avec un danseur qui l’accompagne.

Le point fort de Loïc Nottet est véritablement l’intelligence d’associer au gramme près le mélange du chant, de la danse et du visuel. Le spectacle a été pensé et travaillé de bout en bout et la succession des morceaux nous étonne dans leur visualisation et dans leur interprétation. On peut cependant comparer les costumes à Jain et les danses à Sia, mais la comparaison s’arrêtera à ça. La danse contemporaine avec les deux danseurs qui accompagnent Loïc sur la tournée, vient un peu plus combler l’univers, déjà très riche.

Dès le troisième titre « Team 8 » Loïc fait participer le public, qui n’a guère besoin d’être titillé pour réagir. Une effervescence incroyable qui nous surprend tant la carrière de ce jeune artiste ne fait que débuter. Le single révélation « Million eyes » interprété de manière très pure et juste, sans danse est dédié ce soir, à la disparition de Johnny Hallyday. Puis s’enchaîne une séries de tableaux visuels très intéressants sur « Poison » (utilisation d’une animation sur l’écran reproduite à l’identique par Loïc, son ombre avec laquelle on joue),  « Cure » (où une sorte de miroir transparent réfléchis le public, mais par transparence on voit Loïc derrière, avec recherche d’illusion), ou encore « Wolves » (où une projection de jeu de lumières avec la lune comme animation, derrière Loïc et Sandra (la danseuse), sublime encore un peu plus cette idée de dualité). On sent néanmoins que l’association de la danse et du chant, demande un gros travail pour tout un set.

Le concert se termine sur les titres « Peculiar » et « Mirror », où le conseil à suivre est de briser le miroir en face de nous et d’être nous-même. C’est d’ailleurs durant ce dernier titre que les fans lèvent une affichette pendant ce morceau, avec inscrit « you helped us to break the mirror » (tu nous as aidés à briser le miroir), moment très touchant pour Loïc, qui n’était guère au courant de cette surprise organisée par les internautes sur les réseaux sociaux pour cette date lilloise. En guise de rappel, Loïc Nottet nous interprète « Doctor », un nouveau titre sorti en octobre dernier, accompagné par un petit garçon Maël, qui a été repéré avec son costume de clown, dès le début du concert. Il joue, il danse avec lui et ses danseurs, un moment rare qui nous a tous ravis. Puis « Rythm inside » clôture le set. Acclamations du public, cette date lilloise a été à la hauteur du talent de Loïc Nottet et nous ne manquerons pas d'aller de nouveau l’applaudir !

Merci aux parents du petit Maël qui nous ont donné l'autorisation de publier ces photos !

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
198 queries in 0,369 seconds.