Jessica93 + Bryan’s Magic Tears au Splendid

On avait quitté Jessica93 un soir de janvier 2016 à la Condition Publique à Roubaix, après un concert en ouverture de Hint dans le cadre des Children Of New Noise. A l'époque, ce one-man band de Geoffroy Laporte se produisait déjà sous la forme d'un duo sur scène et avait marqué les esprits par une performance intense, empreinte de sonorités cold wave et shoegaze lancinantes. On était donc plutôt séduit de revoir Jessica93 au Splendid dans le cadre de La Vague, afin de porter son nouvel effort, Guilty Species, sorti en cette fin d'année.

Après une première partie assurée par Bryan's Magic Tears, on retrouve donc Jessica93 dans une salle qui s'est progressivement remplie. Première surprise, le duo s'est sacrément étoffé et est devenu un quatuor, où la basse et une seconde guitare viennent compléter la formation initiale. Si la boîte à rythme est toujours aussi présente et marque les morceaux par son aspect entêtant, on notera également la présence d'un percussionniste pour accompagner celle-ci. Au delà du pur aspect scénique, ce changement de line up offre une autre dimension au groupe, beaucoup plus rentre dedans, tout en conservant son esthétique cold wave. On craint toutefois qu'à force de nourrir cette attitude désabusée et nonchalante, le groupe en vienne à s'autoparodier, mais on espère se tromper. Aux oubliettes les boucles et les ambiances qui prennent le temps de se poser, le set démarre sur les chapeaux de roues et sera très imprégné de l'esthétique du dernier album en date. Si ce changement d'orientation aura de quoi surprendre, on reste toutefois conquis par la performance du groupe, insufflant une énergie bien plus directe là où ses prédécesseurs prenaient le temps de poser leur ambiances (le titre d'intro, RIP in Peace en est un parfait exemple). Mieux, on sera surpris par la complexité de certains arrangements et l'efficacité des riffs qui ressortent de certains titres (Mental Institution), un point qui ne ment pas quand on sort de la salle en fredonnant ce petit air entendu quelques minutes plus tôt.

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
227 queries in 2,336 seconds.