Aujourd’hui32 événements

A Place To Bury Strangers + Rape Blossoms à l’Aéronef

Confortablement installés, debout, à 3 mètres de la scène, une pinte à la main, mes sympathiques camarades et moi-même observons Rape Blossoms se mettre en place sur scène. Ils nous envoient calmement un son lourd et saturé. Au fil des morceaux, le rythme s'accélère offrant une ambiance années 80, presque Indus ! Le batteur est impressionnant, c’est lui qui porte le groupe, à la force de ses bras musclés et ses pieds nus. Ce qui donne aussi cette ambiance Eigthies, c’est ce chanteur adulte dans un corps d’adolescent qui bouge comme à sa première surprise party. Le batteur est vraiment hypnotisant, habité. Il ne fait qu’un avec son instrument. Au bout de quelques chansons, le chanteur s’essaye à la communication avec le public en nous remerciant de nous être déplacé un « lundi matin », petit sourire. Sur la dernière chanson, il se libère complètement et ose descendre de sa scène située à 50cm de hauteur pour terminer sur la chanson la plus saturée du set avec nous. Nos oreilles saignent mais en redemandent…

Malheureusement, heureusement, c’est au tour de A Place to Bury Strangers de venir faire le show. On discute et échange nos avis positifs sur cette très agréable première partie. Tout à coup, un gros son de gratte fait sursauter le mec placé devant moi. Son très saturé mais un poil plus fin que Rape Blossoms. Une pensée pour mon confrère David qui est en charge des photos ce soir, pénombre, fumée, contre-jour, ambiance stroboscopique, le rêve pour un photographe... Tiens, il lève le poing à la fin de la chanson, c’est qu’il doit apprécier malgré tout. J’apprécie aussi… on sent la température monter au fil du concert, on commence à faire un peu plus que secouer la tête, le groupe nous emmène doucement avec lui. A peine les morceaux terminés, la foule assoiffée réclame la suite ! Moment magique au milieu du concert, le chanteur et le batteur rejoignent le public et s’installent avec nous, avec un « chariot  laser électro », accompagnés de leur talentueux bassiste. Après trois chansons, ils retournent terminer leur incroyable set. Câlin collectif dans le public, slams… les rockeurs New-Yorkais pètent leurs instruments, rappel impossible. Une expérience à revivre, encore et encore !

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
338 queries in 1,601 seconds.