Aujourd’hui3 événements

Tristan Lopin est de retour à Lille avec « Dépendance affective »

Tristan Lopin est de retour à Lille avec « Dépendance affective »

Tristan Lopin Dépendance affective Style : Humour Date de l’événement : 04/04/2019

Site Web

Tristan Lopin est de retour à Lille avec une nouvelle version de son spectacle. De ses vidéos diffusées sur YouTube, Facebook, ou encore Instagram, il n'a gardé que quelques éléments. Dans son spectacle "Dépendance affective", à découvrir jeudi 4 avril 2019 au Splendid de Lille, il ne propose "que de l'inédit". Tristan Lopin nous raconte sa rupture, ses déboires amoureux, ses potes casés… Loin d’être déprimé, il nous fait rire et sourire de sa situation, mais aussi de notre société qui “voudrait tous nous faire rentrer dans le moule”.

Tu avais déjà eu l’occasion de présenter ton spectacle à deux reprises au Spotlight de Lille. Il y a eu quelques changements…

Oui, “Dépendance affective” est une nouvelle version du tout premier spectacle. Il a vraiment beaucoup changé. Même le titre et l’affiche sont différents.

J’imagine que tu fais évoluer ce spectacle avec tes expériences et l’actualité ? Et que tu vas plus loin sur les travers de notre société ?

Exactement ! Plus on a d’expérience, plus on observe les petits travers. En tant qu’humoriste, on a l’oeil plus affûté, il y a donc des choses que j’ai ajouté sur les travers de notre société.

Tu publies régulièrement des vidéos sur le web. Est-ce qu’il y a des liens entre ces vidéos et ton spectacle ?

Les textes sont différents. Mais dans le spectacle, on peut retrouver le personnage, le ton, l’énergie, la thématique des relations amoureuses et même de la rupture que j’aborde parfois dans les vidéos Instagram plus légères. C’est d’ailleurs le thème central du spectacle vu qu’il s’appelle “Dépendance affective”. Ce n’est donc que de l’inédit !

Les deux facettes du spectacle sont d’ailleurs bien représentées sur l’affiche : le titre “La dépendance affective” évoque le sujet délicat que tu vas aborder, et ton visage souriant et lumineux nous prépare à rire avec cette thématique.

C’est assez logique car j’ai écrit le spectacle après la rupture dont je parle. A la base, les textes que j’écrivais étaient très tristes. Quand j’ai pris du recul, je me suis dit que j’allais y ajouter cette petite touche de cynisme pour le rendre humoristique. Je voulais quelque chose qui soit pétillant sur un fond de nostalgie.

Tu vas jouer dans des salles plus grandes, tu arrives à garder l’intimité avec ton public ?  

Oui, franchement, ça va ! Même en jouant à Lyon devant 1000 spectateurs ! Je continue à aller dans la salle au début, et à distribuer des bonbons. Pour moi, c’est important et ça fait vraiment partie de la dynamique de ce spectacle là. A Lille et dans les prochaines villes, ce sont des grandes salles mais qui restent abordables, avec maxi 700 places. Si j’ai réussi à Lyon, je le ferai ailleurs (sourire). Et j’essaye aussi de continuer les séances de dédicaces, les discussions à la fin du spectacle.

Tu sors des vidéos régulièrement, tu montes sur scène, tu as même sorti un livre... est-ce qu’aujourd’hui on peut dire que tu as utilisé tous les outils pour t’aider à aller au bout de la thérapie post-séparation (Rires) ?

Oui, on peut dire que j’ai parlé de ma rupture sous tous les formats. Il ne manquerait plus que de faire un long-métrage et la boucle serait bouclée ! (Rires) Le bouquin, c’était pour pouvoir vraiment écrire un texte sur le thème que j’aborde dans le spectacle avec une dimension moins rigolote. Je trouve tout ça assez complémentaire, et j’arrive bien au bout de ce thème, donc pour le prochain spectacle et même mes prochains projets, je pourrai commencer à penser à autre chose.

Revenir au Mag Interviews
À lire aussi
140 queries in 1,319 seconds.