Aujourd’hui9 événements

La Ligue d’Impro de Marcq en déconfinement – Emmanuel, le Directeur artistique nous raconte

La Ligue d’Impro de Marcq en déconfinement – Emmanuel, le Directeur artistique nous raconte

La Ligue d'Impro Style : Impro

Site Web

LillelaNuit et La Ligue d'Impro sont partenaires depuis plusieurs années. Après plusieurs mois à échanger sur les spectacles annulés ou reportés, on a pris le temps de discuter de cette drôle de fin de saison, mais aussi des créations en cours, des spectacles programmés à la rentrée et du festival à venir. Tout un programme pour le public, mais la Ligue a une autre facette, elle propose des formations pour les entreprises. Emmanuel Leroy, le Directeur artistique nous raconte tout le travail de la Ligue avec passion.

La Ligue d'impro, une histoire qui dure depuis 28 ans...

Pour ceux qui ne connaissent pas encore la Ligue d'Impro, Emmanuel nous a résumé son histoire en quelques mots. "J'ai découvert les matchs d'improvisation au Québec en 1984. J'ai commencé à pratiquer ces matchs d'improvisation dans le cadre d'un théâtre école municipal à Marcq-en-Baroeul. En 1991, on a organisé un championnat de France junior. Mon idée était de créer une ligue professionnelle mais il fallait que je rencontre des comédiens qui avaient envie de faire ça. Lors de cet événement, il y a des comédiens professionnels qui sont venus voir. On a alors constitué une équipe de six comédiens professionnels et on s'est entraîné. Le 3 octobre 1992, on a créé le premier match d'improvisation professionnel dans la région. Ce jour a marqué le début de l'histoire de la Ligue d'Improvisation de Marcq-en-Baroeul". Une histoire qui dure depuis 28 ans donc et qui a connu comme nous tous une drôle d'année 2020.

Emmanuel Leroy, le Directeur artistique nous raconte le confinement de la Ligue, les spectacles en cours de création, les dates à venir...

Comment avez-vous vécu le confinement à la Ligue d'Impro ?

C'était évidemment une période très difficile. On avait des contrats pendant le confinement et pendant cet été. Tous les contrats ont été au mieux reportés, au pire annulés. Nous avons pu en reporter une bonne partie mais parfois un an après ! C'est très loin ! La difficulté maintenant, c'est que pour l'instant, les programmateurs sont encore timides parce qu'ils ne savent pas quand ils vont pouvoir rouvrir les salles avec la jauge habituelle. D'un point de vue économique, acheter un spectacle mais ne pas pouvoir remplir son théâtre parce qu'il y a des normes sanitaires, ce n'est par moment pas rentable. On ne sait donc pas du tout si on va pouvoir aller dans les théâtres avec des jauges complètes, ou si ce sera limité. Il y a des mairies qui sont frileuses, et qui ne programment pas pour l'instant. Il y a des mairies qui annulent, et d'autres qui essaient de programmer. Il y a vraiment tous les cas de figure !

Vous avez organisé des spectacles en extérieur début juillet dans la cour du théâtre de la Rianderie, comment ça s’est passé ? 

Quand le confinement s'est arrêté, on a voulu terminer la saison et retrouver le public. On a donc fait deux spectacles début juillet. Les deux étaient programmés en plein air, mais il a plu pour le deuxième. Celui en plein air a été beaucoup plus simple à gérer en terme de normes sanitaires. Mais nous avons quand même eu l'autorisation de faire le deuxième dans le Théâtre car nous avions des mesures sanitaires suffisantes. Les spectateurs devaient se déplacer avec leur masque. Un siège doit rester libre entre les groupes de spectateurs qui se connaissent.

Vous pourriez donc faire d'autres spectacles en plein air ? 

Oui, on pourrait renouveler cette expérience. Au moment de la fête de la musique à Marcq-en-Baroeul, on a aussi fait un spectacle en plein air. La mairie nous avait demandé de préparer un spectacle en plein air pour l'occasion. La difficulté dans le nord, je ne vous apprends rien, c'est la météo ! (Rires) On a adapté nos spectacles, on peut donc les faire en plein air. Il n'y en a pas de programmer pour le moment, mais les programmateurs savent que c'est possible depuis la fin du confinement.

Est-ce que vous avez réfléchi à l'organisation d'événements en ligne comme les musiciens ont pu le faire ? 

On s'est posé la question, mais on s'est vite rendu compte que ce n'était techniquement pas possible ! C'est compliqué parce que l'improvisation est très dynamique. On a donc un problème de prise de vue. Il faudrait plusieurs caméras qui pourraient nous prendre en direct. Et à mon avis, le plus difficile est le problème du son parce que dès qu'on est plusieurs à parler, ça va très vite. Il faudrait qu'on soit tous super bien équipés. Et pendant le confinement, comme on était tous séparés, on n'avait pas la possibilité de se retrouver dans un lieu avec des moyens techniques.

Le public pourra soutenir la Ligue en revenant voir les spectacles et surtout en participant au festival en fin d'année. Ce sera vraiment très très important pour nous !

Emmanuel Leroy, Directeur artistique de la Ligue d'Impro

Comment la Ligue d'Impro se prépare à la reprise en salle ? 

Sur le plateau, en tant que comédien, on continue bien sûr à travailler de la même manière. Dans notre relation avec le public, dans la mesure où dans beaucoup de spectacles, on demande des thèmes au public, on se rend compte quand même qu'il va y avoir une espèce de besoin cathartique de parler du confinement. On l'a déjà vu dans l'un des deux spectacles de juillet où des thèmes étaient en rapport avec ce qui s'est passé ces derniers mois. On essaye aussi de réfléchir à l'avenir. On travaille d'un côté pour le tout public et de l'autre côté pour les entreprises. On a donc travaillé aussi sur des idées de formations qu'on peut proposer aux entreprises. On va lancer ça tout doucement pour qu'au moment où les entreprises vont reprendre ce type d'activités, elles puissent penser à la Ligue d'Impro. On a plusieurs formations. Certaines ont pour objectif la communication et les relations inter-personnelles. On va alors développer l'écoute, la prise de parole par exemple ou encore la gestion d'une situation de crise ou de conflit. Tout ça bien sûr en utilisant des techniques d'improvisation. D'autres ont pour objectif de développer l'imaginaire et la créativité. Il faut savoir que 4/5ème de nos activités sont en entreprise.

Quels sont les événements prévus pour la Ligue à la rentrée ? 

On va intervenir pour la réouverture du Forum des Sciences à Villeneuve d'Ascq le 12 septembre 2020. Il y aura trois expositions [Tous sportifs !, Mon dodo, l'Energie des étoiles] auxquelles le public pourra accéder. Nous allons faire une visite imaginaire de ces trois expositions. Ensuite, nous avons plusieurs événements lors des Journées du patrimoine les 19 et 20 septembre 2020. Sur ce week-end, nous seront présents dans trois lieux différents à quatre moments différents :
- aux archives de la MEL
- à la Couple à Saint-Omer (le 19 septembre à 20h)
- au Jardin Minorelle (l'ancien Carré Saint-Joseph) à Marcq-en-Baroeul.
Le spectacle qu'on va jouer à la Coupole est d'ailleurs sorti du confinement. Mes deux fils sont aussi comédiens et font aussi partie de la Ligue d'improvisation. Comme nous étions à trois, nous avons créé un spectacle dans le jardin qui s'appelle "Sous les étoiles". On s'est amusé à improviser des contes et des histoires. Il y a le fait de raconter et d'inventer des histoires, mais aussi aussi tout un rapport de complicité avec le public.

Quand vous dites, on a préparé un spectacle mais en même temps, il y a de l'improvisation, ça veut dire que vous adaptez le spectacle en fonction des réactions du public ? 

En fait, tout ce qu'on joue, tout ce qu'on raconte est improvisé, mais le spectacle a une certaine forme. On l'a donc travaillée, on a choisi par quel type d'improvisation on commençait, par quel autre type on enchaînait... On a travaillé ici sur un type d'improvisation un peu longue qui est un peu une improvisation à tiroirs. C'est à dire qu'on commence une histoire, et à partir d'un personnage qui intervient on démarre une autre histoire et ainsi de suite... Un peu comme dans les contes des Mille et Une Nuits.

Et quels sont les temps forts de votre prochaine saison culturelle ?

Notre gros temps fort sera au moment des vacances de Noël. Notre festival a lieu d'habitude fin juin, mais avant le confinement, on avait décidé cette année de le décaler en décembre. C'était une bonne idée ! (Rires) On est donc en train de préparer toute la programmation. Ce festival aura lieu sur trois villes dont Marcq-en-Baroeul. On s'est endu compte que la période de Noël est une période festive pendant laquelle les gens ont envie d'aller au spectacle en famille ou avec des amis. Ils ont le temps. C'est les vacances, c'est l'hiver, c'est donc un bon moment pour proposer des spectacles. On a aussi un spectacle en préparation au Colisée de Roubaix. Il devait avoir lieu en décembre mais en concertation avec l'équipe de cette salle, on l'a reporté au mois de mars 2021. Cette création a comme titre "L'Histoire du Monde". On va donc s'amuser à improviser sur des époques différentes.

En attendant, comment peut-on aider la Ligue d'Impro ?

Le public pourra soutenir la Ligue en revenant voir les spectacles et surtout en participant au festival en fin d'année. Ce sera vraiment très très important pour nous ! Et les personnes qui s'occupent des ressources humaines dans les entreprises peuvent nous contacter soit pour des spectacles soit pour des formations et là, ça peut vraiment nous aider !

Photo : Sous les étoiles - © Jérôme Dufresne

Revenir au Mag Interviews
À lire aussi
168 queries in 0,523 seconds.