Aujourd’hui5 événements

La Condition Publique en confinement – Jean-Christophe le Directeur nous raconte

La Condition Publique en confinement – Jean-Christophe le Directeur nous raconte

Jean-Christophe Levassor, Directeur de la Condition Publique

Site Web

LillelaNuit continue de s'informer sur la situation dans les lieux culturels locaux durant cette période très particulière d'état d'urgence et de confinement. Nous nous sommes entretenus avec Jean-Christophe Levassor, le directeur de la Condition Publique, un établissement public de coopération culturelle à Roubaix.

la condition publique en confinement

Jean-Christophe, comment vivez-vous le confinement ? 

Je ne sais pas (rires). Ça va, c'est une période un peu exceptionnelle à vivre, assez incroyable. Mais à titre personnel, je ne me plains pas. J'ai des conditions de confinement qui sont tout à fait décentes, on a de la chance ! Franchement, je n'ai pas à me plaindre ! Il y a plein de gens qui doivent vivre ce confinement de manière bien plus dure.

Depuis quand vous êtes directeur de la Condition Publique, pour resituer un peu pour nos lecteurs ?

Je suis directeur depuis le 1er janvier 2016.

Et qu'est-ce qui vous tient particulièrement à cœur dans le projet de la Condition Publique ?

C'est la volonté d'en faire un espace où on réinvente la relation entre un territoire et les propositions artistiques et culturelles. C'est de placer l'équipement culturel pas seulement comme un lieu de diffusion et de présentation d’œuvres ou de création d'artistes, comme ce qui aurait pu se faire ailleurs, mais d'en faire aussi un espace où les habitants peuvent se former et où on partage des compétences de manière assez horizontale. Un lieu où on favorise l'émergence d'une communauté créative avec laquelle on multiplie les interactions. Le tout en se nourrissant de la richesse, de la culture, de la diversité du territoire et de ses enjeux afin de contribuer à sa construction.

la situation concrètement : les travaux de rénovation, les salariés, les activités en cours...

On espère vraiment retrouver les gens avec qui on travaillait sur des projets pour le printemps à l'automne, à la buvette du Beau Repaire !

Jean-Christophe Levassor

Vous êtes fermés depuis le début du confinement ?

Oui, on a fermé la Condition Publique depuis le 15 mars.

Comment vivez-vous le confinement ?

A la Condition Publique nous étions déjà de toute façon sur une activité très réduite avec les travaux de rénovation en cours, il n'y avait pas de projet majeur qui était prévu sur cette période. De ce point de vue là, on peut s'estimer heureux. Nous n'étions que sur une programmation régulière le vendredi et une relation au quartier via nos activités, mais ce n'est pas une grosse partie de la programmation qui a été annulée. On espère vraiment retrouver les gens avec qui on travaillait sur des projets pour le printemps à l'automne, à la buvette du Beau Repaire ! Je pense que de ce fait là nous ne pouvons pas nous estimer trop impactés sur cette période du printemps, puisque les travaux de rénovations nous obligeaient déjà à réduire la programmation...

Quels étaient les projets prévus pour cette saison ? 

C'était donc le Beau Repaire qui fonctionnait avec des petits concerts le vendredi ; des propositions musicales sur petite jauge. Nous étions aussi censés proposer une exposition avec le groupe Per Aspera Adastra qui a été annulée, mais avec qui nous espérons pouvoir refaire des choses après le confinement. Et sinon c'est l'Espace Croisé qui avait déjà ouvert son exposition, le centre d'art contemporain attenant.

Durant le confinement qu'en est-il des travaux de rénovation ?

Pour le moment les travaux de rénovation sont interrompus, ça s'est arrêté au début du confinement. Les choses se sont décidées assez vite. Le chantier n'est pas piloté par nous mais par la Métropole Européenne de Lille. Ils ont décidé d'arrêter le chantier mais on espère qu'il pourra reprendre rapidement. Ils sont en train d'examiner les conditions dans lesquelles il pourrait reprendre, ce qui nous permettrait d'avoir une fin de chantier vers l'automne.

Hall d'entrée de la Condition Publique, Braderie de l'art 2018

Et qu'en est-il des salariés de la Condition Publique, est-il possible de continuer de travailler à distance pour l'équipe ? 

Pour ce qui est des salariés de la Condition Publique, on a pu renvoyer tout le monde à la maison ! Et réussir le télétravail, je dirais que ça s'apprend car il y a aussi tout l'automne à préparer. Par ailleurs, il y a des activités qui continuent en ce moment malgré le confinement. Tout n'est pas stoppé !

Ah oui, lesquelles ? 

Avec notre Labo 148, le projet média qu'on développe avec des jeunes de Roubaix et en partenariat avec l'ESJ de Lille. Ce projet journalistique reste actif par visio-conférence durant cette période ! De ce fait, il y a tout de même des contenus qui sont produits, des ateliers qui sont réalisés avec des masques. On a aussi lancé un appel à contribution qui s'appelle "Nouvelles Cartographies" pour des artistes puissent réagir sur la situation actuelle à leur manière. Vous pouvez retrouver des contributions qui sont mises en ligne sur le site du Labo 148 avec une très grande richesse de propositions qui viennent du monde entier, puisqu'on s'appuyait sur un collaboration avec un commissaire ghanéen avec qui on devait développer sur la saison "AFRICA 2020" ! Ce projet là est assez vivant, on a ainsi plein de choses qui sont rassemblées et certainement que ça méritera d'être présenté lorsqu'on pourra ré-ouvrir ! Donc ça c'est pour ce qui continue. Après on a aussi à cœur de garder un peu de visibilité sur les réseaux sociaux en postant des souvenirs par exemple ou en faisant des Facebook Live aussi le vendredi, sur les concerts qui auraient normalement dû être programmés au Beau Repaire.

C'est donc sur votre page Facebook que ça se passe ? 

Oui ! En plus des Live Facebook, on revient sur des œuvres qui ont été exposées et puis il y a aussi Cyprien, notre fab-manager (la personne en charge du fab-lab créatif de la Condition Publique), qui poste régulièrement des tutos créatifs à faire depuis chez soi. Donc il y a encore une petite actualité pendant ce confinement ! Mais nous travaillons avant tout à distance pour préparer la rentrée maintenant !

Pour votre festival participatif Pile au RDV qui a lieu chaque année le long du canal de Roubaix, est-ce qu'un report est envisagé ?

C'est annulé complètement malheureusement. C'est impossible d'organiser ce festival dans les conditions actuelles et puis de toute façon depuis les dernières annonces, le verdict est assez clair !

Rendez-vous à l'automne 2020

La prochaine édition de Pile au RDV aura donc lieu en 2021 ?

Oui ce sera en 2021 pour la future édition de Pile au rendez-vous ! Mais d'ici-là on se retrouve à l'automne pour la réouverture de la nouvelle saison de la Condition Publique !

Pour les lecteurs de LillelaNuit, comment est-il possible de soutenir la Condition Publique durant cette période particulière ? 

Je pense que s'il y a des lecteurs de LillelaNuit qui veulent soutenir la Condition Publique ce dont on a besoin c'est que les gens "likent" notre page Facebook et qu'ils aient ainsi bien accès à toute l'information. Ce qui compte c'est aussi qu'au moment où l'on redémarre, on retrouve le public. Je pense que c'est ça le plus important ! Qu'ils viennent voir ce qu'on fait, notamment avec l'appel à projets "Nouvelle Cartographie" du Labo 148. La meilleure façon de nous soutenir c'est de revenir à l'automne pour découvrir les projets qu'on sera capables de produite à ce moment-là. Mais aussi de rester confinés on va dire, enfin je veux dire ne pas relâcher la pression aujourd'hui car si on une deuxième vague qui a rrive, c'est l'automne qui va être condamné à nouveau... Donc finalement la meilleure façon je pense de soutenir les lieux de culture pour l'avenir c'est d'être très sérieux sur la distanciation sociale en ce moment !

Le portrait culturel du directeur

- Si vous étiez un groupe culte ?
Crosby, Stills, Nash & Young

- Un album culte ?
Screws de Nils Frahm

- Quel projet rêvez-vous de mener à la Condition Publique ?
Le prochain

- Quel artiste rêvez-vous de voir venir y jouer ?
Prince (quitte à rêver, autant réveiller les morts)

Crédit photo : Ph.Tailliez - LillelaNuit - Braderie de l'art

Les maisons Folie en confinement – Olivier, le Directeur nous raconte

ou choisissez un nom
* Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, recopiez le code ci-dessous Anti-Spam Image
Revenir au Mag Interviews
À lire aussi
150 queries in 0,511 seconds.