Aujourd’hui16 événements

Présentation de la saison 2023-2024 du Théâtre du Nord

Pour sa deuxième année à la tête du Théâtre du Nord (Centre Dramatique National), David Bobée et son équipe ont réussi à faire vivre la grande salle plus que jamais avec un taux de remplissage à 103%. Le spectacle de la saison qui aura marqué les esprits est sans nul doute Dom Juan remportant un franc succès national avec quarante-six dates de tournée. Créée au sein du théâtre avec des décors fabriqués dans la région, la pièce made in Hauts-de-France continuera de ravir les spectateurs partout en France jusqu’en 2026. Les nordistes pourront profiter à nouveau du spectacle du 13 au 19 novembre à l’Idéal de Tourcoing.

LE THÉâTRE DU NORD SE REFAIT UNE BEAUTÉ

L’équipe du CDN est en train de refaire le hall d’accueil du théâtre et de rendre visible sa billetterie. Combien d’habitants de la métropole lilloise ne savent pas que derrière ce beau bâtiment de la Grand'Place se cache le Théâtre du Nord. Accueillir tous les publics et faire du théâtre un art accessible, tel est le credo de David Bobée. Cette année plus de mille places à un euro ont été vendues aux personnes en situation de précarité (étudiants et bénéficiaires du RSA). Cet hiver c’est la façade et l’isolation qui feront peau neuve.

UN ESPRIT COLLÉGIAL ENTRE LES STRUCTURES CULTURELLES DE LA RÉGION

Depuis quelques années les structures culturelles ne sont plus en adversité dans leur programmation mais s’allient dans une logique dynamisante pour la région. Les spectacles ne sont plus exclusifs et peuvent tourner plusieurs fois dans des lieux différents de la région. Cette émulation profite aux publics.

LA PROGRAMMATION 23-24

Délibérément politique dans le choix de sa programmation, le directeur semble cependant moins encarté pour la saison 23-24. Et ça fait du bien ! Car quoiqu’on le veuille, monter sur un plateau de théâtre reste politique même si le sujet ne l’est pas forcément. Certains fondamentaux ne sont en revanche pas négociables pour le directeur : la parité homme-femme, onze artistes programmés sont des hommes et tout autant sont des femmes. Un quart des spectacles seront portés par des artistes perçus comme non-blancs.

Des monstres sacrés seront mis en lumière dans des textes du répertoire et dévoileront le visage tyrannique de leurs personnages éponymes. Nous retrouverons Œdipe Roi de Sophocle mis en scène par Éric Lacascade, le Caligula d’Albert Camus porté par Jonathan Capdevielle et le texte Liliom ou la vie et mort d’un vaurien de Ferenc Molnar célèbre auteur hongrois du début du XXème siècle.

Je rêvais d’un autre monde : penser le monde de demain nécessite-t-il de faire la révolution ? Welfare rend visible les sans-abris de New York en 1973. Le spectacle se jouera la toute première fois cet été au Festival d’Avignon et la metteuse en scène Julie Deliquet est la troisième femme à créer une pièce pour la cour d’honneur du Palais des Papes. Virginie Despentes, artiste associée du Théâtre du Nord, présentera avec Julien Delmaire, Anne Pauly et Paul B.Preciado Quatuor Oddity dont nous avions pu voir un work in progress en mai 2022. Elle nous fera également entendre un manifeste Rien n’a jamais empêché l’histoire de Bifurquer interprété par Anne Conti, comédienne de la Région. Philippe Quesne que nous avions découvert avec son installation Fantasmagoria présentée à la Condition Publique en cette fin de saison proposera dans le cadre du Next Festival, Le jardin des délices, un tout autre univers avec cette fois un nombre important d’acteurs au plateau.

Les récits manquants donnent la parole aux oubliés de la grande histoire victimes de la colonisation. Le spectacle très attendu de la saison par LillelaNuit est Saigon de Caroline Guiela Nguyen qu’il ne faudrait, parait-il, rater sous aucun prétexte. Nous découvrirons le spectacle de Salim Djaferi Koulounisation et le Théâtre du Nord accueillera les plus grands poèmes anti-racistes déclamés par JoeyStarr dans Black-Label.

Qu’est ce qui pourrait sauver l’amour ? Yuval Rozman, metteur en scène israélien ouvrira la saison avec Ahouvi «amour » en hébreu. Il s’intéresse à l’usage de la violence qu’elle soit au sein d’un couple ou entre les peuples. Autre artiste très attendue de la saison par LillelaNuit, Emma Dante qui fera tournoyer sur le plateau du Théâtre deux vieux amants. Nous remonterons tout en danse et en chansons l’histoire de leur couple. Pour finir, Live de Stéphanie Aflalo questionne le rapport entre les fans et leur idole.

L’école est finie. C’est la dernière année d’apprentissage pour le studio 7 de l’École du Nord avant d’intégrer le milieu professionnel. Les seize comédien.nes et les quatre auteur.rices de la promo auront la chance de travailler avec les mentors de David Bobée : Pascal Rambert avec la pièce seizeaucentre et Éric Lacascade dans Tragédie co-mis en scène avec le directeur lui-même. L’École du Nord fête ses vingt ans et en fin de saison prochaine un nouveau concours s’ouvrira pour accueillir sur trois ans le studio 8. Le Théâtre proposera les nouveaux spectacles de deux anciens élèves de l’École du Nord :  Némésis de Tiphaine Raffier et Extinction de Julien Gosselin.

Les contes. Fraîchement implantée dans le nord, la metteuse en scène Alice Laloy à l’esthétique singulière présentera deux spectacles, A poils, pièce jeune public présentée au Grand Bleu et Pinocchio (live)#3 que LilleLaNuit vous recommande, une performance avec des acteurs et des enfants s’adressant plutôt à un public d'adultes. Dans un dispositif sonore la metteuse en scène Muriel Imbach questionne la notion du genre dans les contes qui ont bercé notre enfance dans Lectures de contes pour les enfants.

Vous pourrez retrouver l’ensemble de la programmation ce mercredi 21 juin et commencer à réserver vos billets dès le vendredi 23 juin sur le site du Théâtre du Nord.

Crédit photo : © Jean-Louis Fernandez, Saigon de Caroline Guiela Nguyen 

Revenir aux Actus
À lire aussi
187 queries in 0,194 seconds.