Aujourd’hui11 événements

« Otez-moi d’un doute » : Petite merveille avec François Damiens, Cécile De France et Esteban des Naive New Beaters

Cette semaine Lille La Nuit a craqué dans son Actu Ciné pour le film de Carine Tardieu : Otez-moi d’un doute. On y retrouve une belle distribution - Cécile de France et François Damiens, André Wilms, Guy Marchand, Esteban (connu par les aficionados des Naive New Beaters sous son le pseudo de David Boring), … -, mais aussi une histoire émouvante et drôle, une justesse de ton qui rappelle de belles heures des cinémas italien et français. Lille La Nuit vous dit tout sur Otez-moi d’un doute.

Otez-moi d'un doute de Carine Tardieu : François Damiens et Cécile de France y sont épatants comme toujours

Critique de Otez-moi d'un doute

Carine Tardieu a de la suite dans les idées. C'est à dire qu'elle s’intéresse à des sujets, thèmes récurrents, semble avoir de véritables obsessions.

C'est ce qui nous fait penser à Lille La Nuit que la réalisatrice est en train de passer du côté des cinéastes. A savoir de ce qui sépare un technicien compétent d’un auteur qui creuse un même sillon afin de l’approfondir, le peaufiner.

Les thèmes de prédilection de Carine Tardieu sont les rapports familiaux, qu’elle avait déjà explorés dans La tête de maman (2007) et Du vent dans mes mollets (2012). Si sa première réalisation cumulait les défauts classiques des premiers longs, son deuxième film dévoilait une belle sensibilité.

L'histoire de Otez-moi d'un doute

Ainsi, avec Otez-moi d’un doute, le cinéma de Tardieu prend une autre dimension. Elle raconte dans son film l’histoire d’un grand gaillard, démineur, qui découvre que son père n’est pas son père, et que la femme dont il vient de tomber amoureux est peut-être sa demi-sœur.

Il est vrai que raconter ainsi, l’histoire peut faire légèrement peur. Mais l’écriture du script et des dialogues sont si justes - co-écrits par Carine Tardieu, Michel Leclerc, Raphaële Moussafir - qu’on y croit de bout en bout.

On rit, on est ému, on verse sa petite larme durant les 100 minutes que durent le film. Ce petit miracle est certainement dû principalement au fait que Carine Tardieu ne se protège plus autant qu’avant en terme de mise en scène. Elle se couvrait davantage dans ses précédents longs avec la technique.

Otez-moi d'un doute de Carine Tardieu: une mise en scène au service de l'histoire et des acteurs (François Damiens, Alice de Lencquesaing)

 

Dans Otez-moi d’un doute, la cinéaste se « dénude », va au cœur des choses. A part quelques travellings délicats, elle fait le choix du champ contre champ, de plans moyens et de gros plans pour filmer ses acteurs. C’est d’autant plus étonnant que ce dépouillement (cher à de grands réalisateurs japonais) arrive souvent dans la vie artistique d’un(e) cinéaste quand il (elle) prend de l’âge. Avec le temps, on aspire souvent à davantage de simplicité. On a moins envie de « tricher ».

François Damiens et Cécile De France épatants comme toujours

La proximité qu’installe Tardieu avec ses comédiens est l’une des clés de la réussite de son film : François Damiens et Cécile de France nous émeuvent comme jamais. A tel point qu’on en viendrait presque à dire comme boutade que les meilleurs comédiens français sont belges.

Mais les autres acteurs et actrices sont tout aussi importants. Ils occupent une place capitale dans un film qu’on ne peut cependant pas qualifier de choral. André Wilms et Guy Marchand rappellent à ceux qui ne s’en souviennent pas qu’ils sont de vrais trésors nationaux du cinéma français. Comme on aimerait les voir davantage. Avec de petits riens, un sourire, un regard, un geste, ils bouleversent. Alice de Lencquesaing, touchante, sensible et délicate nous fait tomber immédiatement amoureux d’elle.

Esteban des Naive New Beaters : une révélation

Et puis, il y a Esteban (le David Boring du groupe Naive New Beaters et fils du réalisateur de comédies Philippe Clair) !  Avec sa voix à la Bart Simpson, Il emporte le « morceau » dès son apparition à l’image et convainc dans le rôle d’un jeune homme souffrant d’un léger handicap mental. Un comédien est né !

Otez-moi d'un doute de Carine Tardieu : Esteban, belle révélation du film

 

En posant des questions sur la paternité, la filiation, l’amour, la vieillesse, l’abandon, Carine Tardieu signe l'un des beaux films de cette rentrée. Pas étonnant que l’une des références de la réalisatrice soit le cinéma de Claude Sautet ( Les Choses de la vie, César et Rosalie, Mado, Nelly et Monsieur Arnaud, …) qui savait si filmer mieux que personne milieux sociaux, tourments de l’âme, profondeur des sentiments.

A cette référence revendiquée, nous ajouterons celle du cinéma italien des années 60 et 70 - auquel Otez-moi d’un doute fait souvent penser -. pour sa capacité à faire côtoyer le rire et les larmes.

Décidément, Otez-moi d'un doute, est un bien joli film.

Synopsis : Erwan, inébranlable démineur breton, perd soudain pied lorsqu’il apprend que son père n’est pas son père. Malgré toute la tendresse qu’il éprouve pour l’homme qui l’a élevé, Erwan enquête discrètement et retrouve son géniteur : Joseph, un vieil homme des plus attachants, pour qui il se prend d’affection. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, Erwan croise en chemin l’insaisissable Anna, qu’il entreprend de séduire. Mais un jour qu’il rend visite à Joseph, Erwan réalise qu’Anna n’est rien de moins que sa demi-sœur. Une bombe d’autant plus difficile à désamorcer que son père d'adoption soupçonne désormais Erwan de lui cacher quelque chose…

Otez-moi d’un doute de Carine Tardieu
Scénario : Carine Tardieu, Michel Leclerc, Raphaële Moussafir avec la participation de Baya Kasmi
Avec : François Damiens, Cécile de France, Guy Marchand, André Wilms, Alice de Lencquesaing, Esteban.

Durée 1h40

Sortie le 6 septembre

Affiche, film-annonce, photos © SND

Revenir au Mag Actus

À lire aussi

193 queries in 0,268 seconds.