Aujourd’hui9 événements

« Madre » : Un thriller intense et bouleversant par le réalisateur de « El Reino »

L’Actu Ciné de Lille La Nuit vous invite à voir Madre de Rodrigo Sorogoyen. Le réalisateur des impressionnants Que Dios nos perdone et El Reino, prolonge avec Madre, un court-métrage qu’il a réalisé. Il y retrouve la magnifique Marta Nieto. L'actrice reprend son rôle d’une mère dont l'enfant a disparu depuis 10 ans. Jusqu'au jour où... Film fort, Madre est la confirmation d'un vrai cinéaste !

Le réalisateur Rodrigo Sorogoyen

Rodrigo Sorogoyen est un réalisateur espagnol des plus talentueux. On l’a découvert en France avec Que Dios nos perdone (2016), film très noir nimbé d’une lumière ocre. Une enquête éprouvante, autour d’un serial killer espagnol, qui n’était pas sans évoquer le Se7en de David Fincher. Mais Rodrigo Sorogoyen réussissait à échapper à son modèle pour atteindre un film personnel.

Puis vint El Reino, l’un des grands films de 2019, thriller politique dans lequel on collait aux basques d’un acteur dément, Antonio de la Torre, dans le rôle d’un homme politique corrompu et pris au piège d’un engrenage infernal, tel un insecte dans une toile d’araignée.

L’une des forces de Rodrigo Sorogoyen, c’est la qualité de ses mises en scène. Madre ne faillit pas. Pour ce film, il prolonge un court-métrage du même titre, réalisé en 2017. Madre s’ouvre sur une scène saisissante, tournée en un long plan-séquence, et dans laquelle Elena, une espagnole, vit en direct, au téléphone, le rapt de son fils. On vous met au défi de ne pas avoir le souffle coupé durant cette séquence d’exposition - le court-métrage d'origine -, grande leçon de mise en scène, de gestion du temps et de l’espace.

Puis, nous voilà plongé dix ans plus tard, sur une plage française des Landes. Nouveau plan-séquence. La caméra s'approche peu à peu, lentement, d’Elena. Le plan n’est aucunement gratuit, ostentatoire. Il s’agit d'aller au plus près de cette femme, dont nous allons vivre le quotidien, les interrogations, les angoisses. Que nous allons apprendre à connaître durant 2h09. Au moment où elle pense avoir retrouvé son enfant, devenu adolescent.

C’est à une véritable enquête psychologique, à laquelle nous fait participer Rodrigo Sorogoyen.

Rodrigo Sorogoyen, réalisateur de Madre.

Quand Elena découvre Jean, elle ressent un séisme intérieur. Cet ado la bouleverse, l’intrigue, la trouble. Qui est-il ? Des relations amicales se nouent, plus ambiguës du côté de Jean, charmé par cette belle femme, mature, mystérieuse, au passé inconnu, qui ne se dévoile pas. Mais pour Elena, un doute s’installe. Qui laisse bientôt la place à une quasi certitude : et si Jean était son fils ?

Grande Comédienne : Marta Nieto

Avec Marta Nieto, Rodrigo Sorogoyen révèle une grande comédienne au public français. De presque chaque plan, elle investit corps et âme le personnage d’Elena. Tout autant que son metteur en scène, on lui doit la création d’Elena, de son tempérament, ses failles, du trouble qu’elle provoque autant chez Jean, que chez le spectateur (elle a reçu le prix d’interprétation à Venise pour son rôle). Qui est cette femme, dévastée par la disparition de son fils ? Elena l'a-t-elle vraiment retrouvée ? Est-elle victime d’une obsession, qui la fait basculer dans la névrose puis, peu à peu, dans la folie ? Marta Nieto suscite l’empathie, la pitié, la violence, l’angoisse, le malaise, tout en maintenant le romantisme noir de son personnage.

Marta Nieto s’investit corps et âme dans la peau d'une mère dévastée par la disparition de son fils.

Grande révélation : Jules Porier

Face à elle, Jules Porier incarne Jean. Il est l’un des jeunes comédiens les plus fins qu’il nous ait été donné de voir, ces derniers temps, sur un écran. Porier, découvert dans Marvin et la belle éducation et Play, donne le change face à Marta Nieto. Charismatique, au même titre que la comédienne, il sème le trouble. Impétueux, révolté, incarnant un jeune trop mûr pour son âge. Le jeune comédien nous bouleverse.

Faire croire à ce « couple » de cinéma, réussir à nous embarquer dans ce thriller psychologique, sans jamais s’abîmer dans le cliché ou l’invraisemblance, voilà le tour de force que réussissent metteur en scène et comédiens.

Anne Consigny et Marta Nieto dans une scène intense de Madre.

 

Un thriller aux accents de mélodrame

Mais Madre, tout autant que suspense élégamment ciselé, se révèle un drame intime puissant et, même, un mélodrame. Le film n’oublie jamais de poser des questions capitales sur la maternité, la filiation, le sentiment d’appartenir à sa famille ou pas - Frédéric Pierrot et Anne Consigny sont parfaits en parents de Jean -, l'altérité, le passage à l’âge adulte. Sur la nécessité, peut-être, d’abandonner ses obsessions, pour ne pas se perdre. Et détruire les autres.

Coproduit par le français Jean Labadie, Madre est la confirmation qu’il faut désormais guetter chaque film de Rodrigo Sorogoyen. Ses mises en scène, directions d’actrices et d’acteurs, thématiques, l’imposent parmi les cinéastes européens les plus enthousiasmants du moment.

Infos sur le film Madre

Synopsis : Dix ans se sont écoulés depuis que le fils d’Elena, alors âgé de 6 ans, a disparu. Dix ans depuis ce coup de téléphone où seul et perdu sur une plage des Landes, il lui disait qu’il ne trouvait plus son père. Aujourd’hui, Elena y vit et y travaille dans un restaurant de bord de mer. Dévastée depuis ce tragique épisode, sa vie suit son cours tant bien que mal. Jusqu’à ce jour où elle rencontre un adolescent qui lui rappelle furieusement son fils disparu…

Madre de Rodrigo Sorogoye
Avec Marta Nieto, Jules Porier, Anne Consigny, Alex Brendemühl, Frédéric Pierrot et Raúl Prieto

Durée : 2h09
Sortie le 22 juillet 2020

Affiche, photos, film-annonce Le Pacte Distribution

Revenir aux Actus
À lire aussi
176 queries in 0,503 seconds.