« Le Feu Sacré » : Un documentaire puissant sur le combat d’ouvriers du Valenciennois

L’Actu Ciné de Lille La Nuit porte sur le documentaire Le Feu Sacré. Réalisé par Eric Guéret, ce film retrace le combat des ouvriers de l’aciérie Ascoval, à Saint-Saulve près de Valenciennes, pour empêcher le démantèlement de leur aciérie et la perte de leurs emplois. Prenant, fort, révoltant et, finalement, optimiste. Le film de la semaine !

Au combat !

Eric Guéret, cinéaste engagé !

Eric Guéret est documentariste, il ne réalise pas des reportages. Il signe des films personnels, souvent engagés, qui traitent de thèmes importants de notre société, avec un point de vue de réalisateur fort. Greenpeace, Opération Plutonium, Femmes sans domicile, Les Insoumises - co-réalisé avec Frédérique Menant -, La mort est dans le pré, Homos la haine, Trans, c’est mon genre, Enfance, abusée. Autant de films dont les titres parlent d’eux-mêmes. Le réalisateur a également consacré des documentaires à des artistes (France Gall, Coluche, Julien Clerc).

Les hommes domptent l'acier.

Pourquoi un documentaire au cinéma ?

Aujourd’hui, il propose Le Feu Sacré, documentaire qui retrace la lutte des ouvriers et autres travailleurs de l’aciérie Ascoval. D’abord, pour ceux qui se poseraient la question de voir un film documentaire au cinéma (et ce film-là, en particulier), on répondra que ce n’est pas un genre mineur, dont la finalité serait d'être diffusé à la télévision ou proposé en streaming.

Dès les premières images, l’écran de cinéma se justifie. Les plans sur les décors de l’aciérie, le feu, les fours - qui semblent issus de Blade Runner, le film de Ridley Scott -, les visages des différents protagoniste (ouvriers, syndicalistes, politiques, repreneurs…) parfois filmés très serrés, prennent une toute autre dimension sur grand écran.

Des images qui semblent appartenir ...

Si Le Feu Sacré ne propose pas une forme révolutionnaire, son filmage en immersion, l’efficacité de son montage, le traitement du son et de la musique, en font un film qu’on suit comme un thriller au suspense constant. Ces hommes vont-ils réussir à sauver l’aciérie qui est toute leur vie professionnelle ? On suit les espoirs, défaites, trahisons, comme dans un polar américain, ou une tragédie antique.

Par ailleurs, on s’attache à des personnages forts (on parle de « personnages » en documentaires) parmi lesquels Nacim, Olivier, le patron Cédric Orban… Derrière les travailleurs, il y a des hommes, des femmes, qui se battent jours et nuits, ne dorment plus, font face au gouvernement français qui,  d’abord les soutient (en l’occurrence Bruno Le Maire), avant de les trahir (en empêchant des plans de reprises viables), pour de nouveau les défendre ! On est abasourdi par la bêtise de certains décideurs qui semblent se battre contre une entreprise et des hommes, dont le savoir-faire n’est plus à prouver. C’en est kafkaïen.

...à un film futuriste, de science-fiction.

Un film combatif et positif

En regardant Le Feu Sacré, on mesure le gouffre qui sépare l’industrie française, des technocrates qui ne connaissent rien aux dossiers dont ils ont la charge, prennent des décisions arbitraires sans mesurer les conséquences désastreuses de leurs actes. Sur une une ville, une région, ses habitants, ses familles, ses travailleurs.

Le Feu Sacré est une œuvre sociale et politique, qui pose clairement des questions qui nous concernent tous : sur la course au profit, la rentabilité, le manque de respect envers les êtres humains, leurs engagements, leurs talents. S’il est engagé, le film ne donne pas de leçon. Il témoigne ! Bien évidemment, Eric Guéret fait des choix de cinéaste, mais ce qu’il filme existe bel et bien, aujourd’hui en France !

La conclusion n’est pas due au réalisateur. Elle fut "écrite" par les travailleurs de l’aciérie Ascoval. In fine, Le Feu Sacré est un film universel sur le courage, la solidarité, le partage, le combat. De ces valeurs humaines naissent l’espoir, puis la victoire.

Les infos sur Le Feu Sacré

Synopsis : Dans le Nord, l’aciérie Ascoval est menacée de fermeture. Les 300 salariés ont une année pour trouver un repreneur. Dans la chaleur des fours, sur les barrages routiers et jusqu'aux couloirs de Bercy, les ouvriers, la direction, et les responsables syndicaux refusent de se laisser submerger par cette violence mondialisée : l’usine est neuve, rentable, et parfaitement convertible dans une économie de développement durable. Ce sont les vies de ces hommes et femmes et de leurs familles qui sont en jeu. Leur ténacité et leur union feront leur force.

Le Feu Sacré de Eric Guéret

Durée : 93mn
Date de sortie : 21 octobre 2020

Visuels © Eric Gueret - Bonne Pioche - New Story

Revenir aux Actus
À lire aussi
164 queries in 0,586 seconds.