Aujourd’hui14 événements

« Le Daim » : Pour Quentin Dupieux, Jean Dujardin devient complètement dingue

Lille la Nuit suit depuis longtemps Quentin « Mr. Oizo » Dupieux. Le Daim est sa dernière folie. Et de folie, de démence, de pétage de plomb, il en est question dans ce nouveau film qui convoque Jean Dujardin, comme on ne l’a jamais vu, et Adèle Haenel. Le Daim : critique d'un drôle de film, drôle et terrifiant, par Lille la Nuit.

Monsieur Dupieux

Quentin Dupieux ressemble à ses films. Un peu décalé et lunaire, tout en étant lucide et toujours "sur le coup". Il est d'une franchise revigorante (ça fait du bien dans le cadre de promos de plus en plus balisées et sous contrôle). Toujours aimable, sympathique. Un peu réservé. Pudique.

Lorsque l’on demande à Quentin Dupieux comment lui est venue l’idée de son film Le Daim, il répond avec franchise qu’il ne sait pas. On veut bien le croire. Pourquoi un artiste devrait tout savoir des origines de ses projets ? Pourquoi devrait-il les décoder ? C’est au public et aux critiques de les analyser.

Filmer la folie

Le Daim semble l’œuvre la plus personnelle de Dupieux. Il y est question d’un homme qui se prétend cinéaste (on vous rassure : Dupieux l’est totalement). De cinéma, il en est beaucoup question dans le film. Georges a 44 ans, il filme beaucoup. Tout et n’importe quoi. Son chemin croise celui de Denise, qui devient sa monteuse. Georges est obsédé par son blouson en daim. Il a un projet : être le seul au monde à porter un blouson. L’escalade dans la folie peut alors commencer...

Avec une vraie économie de moyens, Dupieux signe un film de terreur. Nous ne sommes pas face à un film d’horreur, mais devant un long-métrage qui filme frontalement, sereinement, de façon réaliste et crédible (Dupieux se renouvelle en excluant au maximum ses effets, ses trucs, l’onirisme, de ses œuvres précédentes) la montée en puissance, en crescendo, des névroses d’un homme.

C’est à la fois flippant, drôle, pathétique.

Georges a un projet : être le seul au monde à porter un blouson. La folie à l’œuvre sous la caméra de Dupieux.

Mélange des genres

Dans un cadre et un décor qu’on ne saurait dater (à part quelques objets bien inscrits dans notre époque), Dupieux se rappelle au bon souvenir de polars poisseux des années 70. La première référence qui vient à l’esprit est le film culte d’Alain Corneau, Série Noire (1979), avec Patrick Dewaere et Marie Trintignant. Mêmes noirceur, bars cradingues, terrains vagues.

Le mélange des genres est à la fête : Le Daim alterne comédie noire, drame social, film de psycho-killer. Le tout soutenu par une musique cyclothymique et bien flippante.

Au cœur de cette tambouille réjouissante, il y a un  acteur : Jean Dujardin. Le comédien se donne tout entier à son réalisateur. On sait que les deux hommes se sont trouvés sur le film. Ils n’ont qu’une envie : refaire un film ensemble.

Génial Jean Dujardin

Dujardin montre qu’il est inépuisable. Dans Le Daim, point de trace de Brice de Nice, d’Hubert Bonisseur de La Bath, alias OSS 117. On a l’impression que l’acteur et le réalisateur inventent un truc. Que le film est en train de se faire en direct, au gré de ses pérégrinations. Dujardin ne joue pas. Il EST Georges !

Denise (Adèle Haenel) en spectatrice d’un homme en pleine démence.

Parfaite Adèle Haenel

A ses côtés, Adèle Haenel, est plus qu’un faire-valoir. Elle est la spectatrice d’un homme en pleine métamorphose. Sa présence est indispensable pour que Le Daim ne se résume pas à un drame psychologique et criminel. Sa fraîcheur, l’humour qu’elle fait passer par ses regards, est succulent.

On retient une future scène culte : quand le personnage qu'elle incarne avoue à Georges avoir remonté Pulp Fiction de Tarantino dans le bon ordre, et que le film est nul, Haenel est hilarante. Elle confirme, après En Liberté, être bigrement douée pour la comédie.

Le Daim a la politesse de ne durer qu’1h17. Il nous venge des films qui ne savent en finir et nous épuisent.

Le Daim est un film drôle. Le Daim est un drôle de film. Et s’il s’agissait du meilleur de Quentin Dupieux ?

Les infos sur Le Daim

Le Daim de Quentin Dupieux
Scénario, image, montage : Quentin Dupieux
Avec Jean Dujardin, Adèle Haenel, Albert Delpy, Youssef Hajdi, Marie Bunel, ...

Durée 1h17
Sortie le 19 juin 2019

Affiche et film-annonce  © Diaphana Distribution Photos  ©  L'Atelier de Production

FESTIVAL DE CANNES 2019
Quinzaine des Réalisateurs - Film d'ouverture

Revenir aux Actus
À lire aussi
206 queries in 2,549 seconds.