Aujourd’hui31 événements

« Ikarie XB 1 » : A la découverte de l’Odyssée de science-fiction qui inspira Stanley Kubrick, George Lucas et Ridley Scott

Pour son Actu Ciné, Lille La Nuit s’intéresse cette semaine à Ikarie XB 1 ! Sorti en 2017, nous n’avions pas eu la place de le chroniquer. Erreur réparée aujourd’hui avec la sortie DVD de ce film de science-fiction devenu culte ! Ikarie XB 1 fut réalisé en 1963 par Jindřich Polák, considéré aujourd’hui comme l’un des cinéastes tchécoslovaques les plus importants. Un film de science-fiction tchèque, réalisé en 1963 ? Ne fuyez surtout pas ! Ikarie XB 1 est un modèle du genre, qui inspira notamment le 2001, l’Odyssée de l’Espace de Kubrick. Critique d’un chef-d’œuvre oublié, par Lille La Nuit…

"Dans l'espace, personne ne vous entend crier" ! Alien, le 8ème Passager ? Non : Ikarie XB 1 de Jindřich Polák !

Critique de Ikarie XB 1

Quand on découvre un film dont on n’a jamais entendu parler, et qui se trouve être une pierre angulaire du cinéma de science-fiction, on tombe sur la tête. C’est ce que nous avons ressenti à la vision de Ikarie XB 1.

On connaît évidemment  les classiques de la S-F du cinéma américain. De 2001, l’Odyssée de L’espace, en passant par La Planète des Singes, sans oublier Rencontres du Troisième Type ou Star Wars. On connaît aussi les chefs-d’œuvre du cinéaste russe Andrei Tarkovski comme Stalker ou Solaris.

D’ailleurs, comme Solaris, Ikarie XB 1 est l’adaptation d’un roman de Stanislas Lem : Le Nuage Magell.

Ikarie XB 1 de Jindřich Polák : le film, réalisé en 1963, présente des effets visuels toujours impressionnants aujourd'hui.

Jindřich Polák : un cinéaste oublié

Ikarie XB 1 porte la signature comme coauteur du scénario et réalisateur de Jindřich Polák. L’homme nait le 5 mai 1925 à Prague. Durant l’occupation allemande, il se réfugie dans la cabine de projection d’un cinéma. Après avoir obtenu son baccalauréat en 1944, il devient projectionniste. En 1946, il rejoint les studios de production Barrandov où il est employé jusqu’aux années 1980. Il apprend son métier en tant qu’assistant réalisateur avant de réaliser un court-métrage d’animation. C’est son long-métrage policier La Cinquième Section (1960), élu par le public meilleur film de l’année qui lui vaut de tourner son projet de science-fiction. Lors de sa sortie, Hikarie XB 1 est tout bonnement incompris.

Depuis Ikarie XB 1 est tombé dans une amnésie collective. Pourtant, il a remporté de grands prix comme celui du Festival de Trieste (ex-aequo avec La Jetée de Chris Marker) ou lors de la première édition du fameux Festival de Locarno. Puis, le film disparait ...

Ikarie XB 1 : une œuvre pacifiste

Le distributeur Capricci a eu la grande idée de sortir Ikarie XB 1 d’abord en salles puis, aujourd’hui, en DVD dans une version restaurée en 4K. Ikarie XB 1 fut longtemps mutilé, remonté par le producteur américain Samuel Z Arkoff. Le film, rebaptisé Voyage to the End of the Universe, fut raccourci de dix bonnes minutes, doublé en américain et les noms des acteurs furent américanisés. Une pratique honteuse à laquelle les américains cédèrent également pour Godzilla (1954) de Ishirô Honda, poussant le vice jusqu’à inclure de nouvelles séquences avec l’acteur Raymond Burr.

Ikarie XB 1 de Jindřich Polák : 55 ans après sa réalisation, on peut enfin découvrir cette pierre angulaire de la science-fiction dans une version intégrale et restaurée.

Ce qui frappe avec la version restaurée de Ikarie XB 1, c’est la beauté du noir et blanc signé Jan Kališ. On retrouve une forme d’expressionnisme à laquelle les allemands nous avaient habitués. Très vite, ce sont les cadres (parfois caméra épaule) et mouvements d’appareils qui sidèrent. Puis décors et effets spéciaux, impressionnants, laissent bouche bée.

On est surtout impressionné, alors que nous sommes en pleine Guerre Froide, de découvrir un film au discours pacifiste (40 nationalités se trouvent à bord du vaisseau Ikarie XB 1) qui va à l’encontre des messages de propagande diffusés dans les œuvres de science-fiction US de l’époque - à l’exception de films comme Le Jour où la Terre s’arrêta, que Robert Wise réalise en 1951 -. Ikarie XB 1 va même jusqu’à faire passer l’idée que notre salut viendra d’une civilisation extra-terrestre. Très, très fort !

Ikarie XB 1 : un film visionnaire et précurseur

Mais Ikarie XB 1 marque également pour toutes ses idées novatrices, reprises dans de nombreux futurs classiques de la science-fiction : les coursives, couloirs et combinaisons spatiales évoquent le 2001 que Stanley Kubrick réalise en 1968. L’assistant de Kubrick, Anthony Frewin, confirmera que le cinéaste a vu Ikarie durant la préparation de son chef-d’œuvre, adapté de Arthur C. Clarke. Le look visuel du film rappelle aussi le premier long-métrage de George Lucas : THX 1138 (1971). Le robot Patrick (rires) évoque C3-PO dans Star Wars (1977) - même si, pour le coup, Jindřich Polák s’est sans doute beaucoup inspiré du Robby le Robot de Planète Interdite, tourné par Fred McLeod Willcox en 1956 -.

Ikarie XB 1 de Jindřich Polák : les décors et situations du film influencèrent 2001, l'Odyssée de l'Espace, THX 1138 et Alien, le 8ème Passager.

Les sorties hors du vaisseau, font furieusement penser à Alien, le 8ème Passager (1979) de Ridley Scott. Ainsi que d'étranges symptômes qui se répandent au retour des cosmonautes. Cela aurait pu tout aussi bien être un Xénomorphe (créature de Alien) pénétrant dans le vaisseau. La Planète des Vampires, réalisé deux ans après Ikarie par l’italien Mario Bava, ne serait donc pas la seule inspiration de Alien. De nombreuses  idées, visuelles ou scénaristiques, présentes dans Ikarie XB 1 seront reprises dans d’autres films ou séries TV.

Court (1h23), Ikarie XB 1 n’ennuie jamais. Jindřich Polák fait monter une tension en crescendo. Le film demeure d’une grande efficacité, 55 ans ans (!) après sa réalisation. On émet une hypothèse : Ikarie XB 1 a peut-être été éclipsé et oublié en partie à cause de 2001, L’Odyssée de L’Espace. Il est vrai que Kubrick tourna en couleurs, bénéficia d’un budget conséquent, de la force de frappe de la MGM, que le film pose, lui aussi, de grandes questions métaphysiques.

Toujours est-il qu’aujourd’hui, on peut voir, revoir, une pierre angulaire du cinéma de science-fiction et découvrir un grand cinéaste mort le 22 août 2003 : Jindřich Polák !

Synopsis : En 2163, le vaisseau spatial Ikarie XB 1 est en mission à la recherche d'une mystérieuse "Planète blanche" en orbite autour de l'étoile Alpha du Centaure. Si le voyage de l'équipage ne dure que 28 mois, 15 ans auront passé sur Terre au moment où la mission parviendra à destination. Au cours de ce voyage, une quarantaine de scientifiques de tous pays apprennent à vivre ensemble et doivent faire face à l’inconnu.

Des DVD du film Ikarie XB 1 à gagner

Ikarie XB 1 de Jindřich Polák
Avec Zdeněk Štěpánek : Cap tain Vladimir Abajev Radovan Lukavský : Commander MacDonald Dana Medřická : Nina Kirova Miroslav Macháček : Marcel Bernard František Smolík : Anthony Hopkins Jiří Vršťala : Erik Svenson

Scénario : Jindřich Polák, Pavel Juráček, d’après le livre de Stanislas Lem Le Nuage Magellan (Obłok Magellana)

Chef opérateur Jan Kališ

Musique :  Zdeněk Liška

Effets spéciaux : Jan Kališ, Milan Nejedlý, Jiří Hlupý, Pavel Nečesal, Karel Císařovský, František Žemlička

DVD Editions Capricci

Durée : 1h23

Affiche, photos et film-annonce © Capricci Films

Revenir au Mag Actus

À lire aussi

323 queries in 0,384 seconds.