Aujourd’hui9 événements

Strawberry Fest – Jour 2 : Black Market Karma + Hoover III + Acid Tongue + Orange Dream à la Maison Folie Moulins

Le Strawberry Fest 2022 a commencé sur les chapeaux de roue avec Tess Parks en fin de journée qui suivait des projets vraiment intéressants et variés. Pour qui était disponibles, plusieurs activités étaient prévues dans l'après-midi, une conférence de Lucie Baratte sur les folkeuses oubliées et déjà un concert. En arrivant à la Maison Folie, le DJ bien connu des concerts psyché, Sir Keith, ambiance le public. L'occasion aussi d'aller regarder les sérigraphies du duo Arrache-toi un œil qui expose dans les couloirs leurs affiches originales.

le duo lillois Orange Dream ouvre le jour 2 du Strawberry Fest

La soirée du jour 2 commence de manière extrêmement enthousiasmante avec un jeune duo lillois qui devrait ravir les amateurs de sons un peu froids sans être non plus franchement cold wave. Orange Dream paraît visuellement assez sage mais ce n'est que pour mieux transformer la scène grâce à des sons bruts, des percussions simples et efficaces. On les avait vu passer lors du Crossroads festival en 2020 et vu le contexte n'avaient pas forcément eu l'occasion de jouer énormément depuis. Cela fait très plaisir de les retrouver en ouverture du Strawberry Fest. La session alterne des morceaux plus sauvages ou doux, avec un morceau magnifique évoquant la maladie d'Alzheimer, et Danse, un morceau très rythmé invitant, comme son nom l'indique, à danser, ce dont on ne se prive pas. Groupe à suivre indéniablement pour qui aime ce type de musique.

Le groupe de rock américain Acid Tongue

Suit Acid Tongue, un groupe de rock américain bien plus conventionnel dans sa composition, au capital sympathie haut. C'est déjà le troisième album qu'ils emmènent sur scène et cet Arboretum fait dévier la power-pop vers des sommets post-glam. L'Arboretum c'est le jardin des plantes de Seattle, plus grand que celui de Lille bien entendu, si grand que le frontman du groupe, Guy Keltner, s'y est absordé de nombreuses heures. En tournée, sa santé mentale reste compliquée comme il en témoigne, remerciant les membres du groupe de prendre soin de lui quand il dévie. Duo en studio, Acid Tongue en live est une petite famille soudée, qui échange les rôles par moments, la batteuse très dynamique devenant guitariste le temps d'un morceau. Plutôt habitué des petites salles voire des bars, le groupe s'étale sans problème sur la scène du Flow, prouvant sa capacité à tenir le public en haleine.

Hoover III, une belle découverte en live !

La palme de la découverte la plus intéressante va probablement à Hoover III, loin d'être un groupe débutant mais qu'on n'avait encore jamais eu l'occasion de voir à Lille. Le groupe a sorti son album Water for the Frogs l'an dernier sur le label de The Reverberation Appreciation Society, qui a lancé le premier festival psyché à Austin en 2008. Un gage de qualité, et on peut le constater ce soir à Lille.

Le groupe de Bert Hoover combine un rock psyché assez aérien et progressif - mais pas non plus aussi barré que Gong -, tout en lorgnant sur le krautrock des 70s - pensez Can - avec des rythmes péchus. Et surtout le groupe s'est agrandi pour faire la place à plusieurs musiciens présents sur scène. Un petit côté grunge les a rendu parfaitement compatibles pour tourner avec Mudhoney récemment. Aucune folie scéniquement mais un rendu léché, impeccable, et des chansons absolument addictives.

Black Market Karma

Black Market Karma, enfin, est de ces groupes qu'on a l'impression de connaître par cœur. Il faut dire que les Britanniques ont dressé des ponts privilégiés avec la scène psychédélique française et qu'il n'est pas très difficile de les voir dans les régions les plus au Nord de la France. Enchaînant les albums comme ils enchaînent les pintes, le groupe est aussi généreux en live, alliant une précision dans la musique avec une fausse nonchalance propre à de nombreux groupes psyché, en plus poussé chez eux.

Quand ils arrivent sur scène, c'est la routine : des chapkas, des lunettes de soleil sur Stanley Belton, et ça démarre ! Si l'on n'attendait pas forcément de surprise de leur part, l'ambiance se révèle excellente et bon enfant. Cette bonne humeur ne tarira pas tout le long du concert et on est finalement ravis de les avoir revus et de cette belle clôture du festival en attendant la prochaine édition.

Revenir aux Live report Festivals
A lire et à voir aussi
419 queries in 0,713 seconds.