Aujourd’hui16 événements

Umwelt de la compagnie Maguy Marin

La pièce Umwelt de la compagnie Maguy Marin créée vingt ans plus tôt était accueillie ce mercredi 24 et ce jeudi 25 janvier 2024 à l’Opéra de Lille. Dans ce spectacle, les neuf interprètes épuisent une organisation spatiale par la juxtaposition, la succession et toutes les combinaisons possibles qu’elle revêt.

Un jeu d’apparitions et de disparitions révélant des corps sociaux

Les coulisses sont au fond de scène. le décor est constitué de trois rangées de plusieurs panneaux miroir placés en quinconce. Un vent puissant provient de ventilateurs cachés sur les côtés. La pièce est un vortex de successions d’apparitions et de disparitions. Les danseurs peuvent se faufiler entre les panneaux. Lors des apparitions, les artistes réalisent des actions du quotidien telles que boire un café, mettre un bob, faire tomber un livre, porter une plante, se sécher les cheveux avec une serviette… Dans un cadre chorégraphique stricte, c’est à dire un rythme précis, un espace réduit et une expression stylisée, chaque passage est une micro-fiction. Ces petites séquences de la vie quotidienne se répètent variant le nombre de danseurs qui l’interprètent. Il n’y a aucune psychologisation du geste, aucune hiérarchie entre les passages, aucune évolution narrative. Tout en investissant une posture, les danseurs portent un vêtement particulier ou un accessoire comme une blouse, un bleu de travail, une perruque, une arme, une lampe de poche, une robe de mariée ou des lunettes de soleil ce qui révèle une forte symbolique, des corps sociaux.

Une pièce minimaliste de la compagnie Maguy Marin

La musique est assourdissante puisqu’un mécanisme déroule tout le long du spectacle une bobine de fil sur trois guitares électriques. La circulation entre les danseurs est géométrique et algorithmique. Les actions se répètent comme une suite de mouvements en soi. Les images dialoguent parfois entres elles, parfois pas. La pièce est purement formelle voire minimaliste rappelant les expérimentations des chorégraphes américains postmodernistes. Dans cette pièce, Maguy Marin appréhende l’espace de façon pragmatique, ce qui montre combien l’environnement influence le corps dansant. Le front de scène, vierge au début du spectacle, finit par être jonché d’objets et de matière lancés par les danseurs. Dans cette tornade ininterrompue, il reste quelques traces du passage des interprètes. L’« Umwelt » est transformé. Le titre de la pièce qui signifie « environnement » en allemand. Il est à comprendre au sens d’habitat, de milieu dans lequel une espèce vivante évolue. L’être humain influe sur son environnement en même temps qu’il le subit. En ce sens, les deux agissent l’un sur l’autre et cela les modifient.

Les propositions de Maguy Marin mettent souvent le spectateur en difficulté. Elles l’obligent à se concentrer sur des petits détails et à porter une attention différente. La pièce peut paraître inconfortable mais elle interroge nos perceptions et déplace le public dans ses principes en le remettant en question sur ce qu’on attend d’une danse.

Photo : © Hervé Deroo

Revenir aux Live report Evénements culturels
A lire et à voir aussi
201 queries in 0,397 seconds.