Ouverture de la Primitive Art Gallery à Lille

Haut les masques.
Ouverture d’une galerie d’art premier à Lille

De la vitrine, un masque toise le passant. Parmi les nombreuses curiosités du vieux Lille, il faut dorénavant compter la Primitive Art gallery, cette galerie consacrée à l’art premier. Entendu que l’on n’entre pas dans une galerie comme dans un musée, même si l’on reconnait un même silence feutré, c’est un autre rapport à l’objet qui est à l’œuvre. On ne parle pas véritablement de visite et il ne faudrait pas s’attacher à une œuvre que l’on ne pourrait acheter. Selon les ventes, on la retrouvera dans d’autres intérieurs, loin des regards, pas donné à tout le monde…

Difficile de rester insensible à des masques qui vous regardent de si près. Visage contre visage, les jours d’affluence : l’éclairage tamisé et la voute du sous-sol créent une intimité qu’il serait difficile de retranscrire. Les yeux dans les yeux, on comprend ce que ces masques ont de vivant. L’importance qu’ils revêtent pour ceux qui les endossent, forces de la nature ou génies. Objets de rituel, il y a quelque chose encore de sacré dans leurs orbites vides. Ceux que nous voyons ont été destitués ; chaque masque est conçu pour répondre à une fonction précise, quand il se fait vieux ou qu’il ne répond pas à ses fonctions un comité se réunit pour le défaire et décider de la création d’un nouveau masque. Outre les masques, d’autres sculptures et des portes immenses Dogon : autant d’objets d’un autre monde.

Les objets présentés viennent d’une dizaine de pays et d’un même continent l’Afrique. Les parcours de ces objets feraient des romans et nul doute que cette nouvelle galerie a encore beaucoup d’histoires à raconter. La traçabilité des objets et l’exigence d’authenticité est d’ailleurs au cœur des préoccupations de la galerie. Une galerie née de la rencontre d’un professionnel de l’art africain, Jean-Christophe Zongo, et de deux collectionneurs Emmanuel Provost et François Hacker. Au cœur du vieux Lille, dans un bâtiment dont les charpentes apparentes reprennent la couleur et la patine des objets, la Primitive Art Gallery semble déjà s’être acclimaté. 

A défaut d’emporter un masque chez soi, c’est déjà un autre regard sur l’art premier, à portée de main.


Primitive Art Gallery inaugurée le 30 janvier 2014
Ouverture du jeudi au samedi de 10h à 19h (mardi et mercredi sur rendez-vous)

Téléphone : 03.20.4.14.70
80, rue Royale Lille

Revenir aux Live report Evénements culturels
A lire et à voir aussi
304 queries in 0,391 seconds.