Aujourd’hui18 événements

Le Problème au Théâtre du Nord

Le Problème au Théâtre du Nord
De François Bégaudeau, mise en scène d’Arnaud Meunier

          F. Bégaudeau est désormais un personnage littéraire de notre actualité : professeur de Lettres et depuis 2003 auteur de plusieurs romans, sa carrière prend son expansion en 2006 et le fait connaître du grand public avec son roman Entre les murs, rapidement adapté au cinéma, et célébré par plusieurs prix au Festival de Cannes, même si cette œuvre a suscité la polémique dans le milieu de l’enseignement. Autant dire que pour sa première pièce de théâtre, on l’attendait au tournant…

          Et le pari est remporté ! L’œuvre aborde avec simplicité un thème fort : le départ d’une mère de famille de l’univers familial. Lorsque le rideau s’ouvre sur un salon assez sobre, une femme arrive, embrasse deux enfants…tandis qu’un homme, assis sur le canapé, qu’il ne quittera pas avant le dernier moment de la pièce, ne lui adresse pas la parole. Que s’est-il donc passé ? Qui sont-ils les uns pour les autres ? Progressivement, le lecteur reçoit quelques informations : il s’agit d’un couple, la femme revient se justifier après être partie la veille en ne laissant qu’un mot expliquant sa fuite. Tout l’enjeu alors est de voir comment vont se positionner chacun des membres de la famille par rapport au départ de cette femme.

          On s’attendrait à voir un mari dans l’agressivité et le reproche et des enfants en pleurs – mais non, la surprise est dans le fait que c’est le fils aîné qui jette le regard le plus cruel sur la conduite de sa mère, dont il semble refuser l’identité sexuelle de femme et les désirs qu’elle peut avoir, pour ne la voir que comme une mère qui l’abandonne, malgré ses 23 ans… Le mari, interprété par Jacques Bonnaffé, cherche des raisons aux départs : argent, sexualité, tendresse… Il oscille entre des reproches acerbes et ce qui semble être la conscience que tout est bel et bien fini. La jeune fille quant à elle, symbole parfait de l’adolescente, semble ne pas accorder d’importance à ce qui se joue chez elle, avant de lancer la plus belle réplique, brève mais juste…et que personne n’osait dire avant elle…
           Interprété avec justesse et talent par Emmanuelle Devos, le rôle d’Annie est complexe et fascinant : cette femme oscille entre tendresse maternelle envers ses enfants, faisant même preuve de tendresse à l’égard de son mari par moments, et une volonté de partir, un refus de transiger avec la routine et la dégradation de son couple. Mais quel est donc le problème ? Aucun. Tout au long de la pièce, cette question du « problème », qui justifierait le départ, est abordée par tous les personnages, sans que finalement une raison valable soit acceptée.
          La pièce nous donne à voir la capture d’un instant, la dernière heure avant le grand départ… Evidemment, tous les thèmes auraient pu être exploités davantage, être creusés plus en profondeur, mais avec cette œuvre, nous sommes précisément dans la saisie d’une tranche de vie, nous prenons les réactions à vif de ces personnages, et même leurs silences deviennent éloquents. C’est au spectateur de fournir, à mon avis, le reste de l’argumentation de chacun des personnages ; on devine ce qui les anime, mais même eux ont des difficultés à nommer « le problème ».
          L’œuvre est écrite avec les mots justes, le souci de la langue est présent, chez les personnages, comme chez leur auteur – on passe du sérieux au rire en un instant ! Le Problème est le regard lucide sur un aspect de notre vie quotidienne, l’identification marche parfaitement entre personnages et public ! Le spectacle s’écoule rapidement, si bien que l’on ne voit même pas arriver la fin de la représentation…

          Un spectacle qui séduira tous les publics et qui suscitera une discussion dans la famille. A voir au Théâtre du Nord du 6 au 16 janvier, grande salle.

 

Revenir aux Live report Evénements culturels
A lire et à voir aussi
263 queries in 1,870 seconds.