Aujourd’hui19 événements

The Dandy Warhols + Happyness à l’Aéronef de Lille

La venue de The Dandy Warhols est toujours un événement en soi tant les fans du groupe attendent ce concert avec impatience. C’est donc avec un frisson d’excitation qu’on pénètre dans l’Aéronef ce soir. Mais, puisqu’il faut bien un « Mais », il nous faudra attendre encore un peu avant de nous laisser embarquer dans l’univers psychédélique cher aux américains.

C’est aux  petits jeunes d’Hapiness d’ouvrir  le bal. Ces 4 Londoniens ont l’air tout droit sortis des 90’s. Le guitariste ayant même des faux airs de Liam Gallagher dans ses débuts. Rien de neuf, mais de l’efficacité. Les ballades sonnent mieux que les morceaux plus rythmés. Le set est très court, à peine 25 minutes. Et malheureusement, l’intérêt du public (encore peu nombreux) se réveille au dernier morceau, très énergique.

La salle se remplit petit à petit pendant le changement de set. L’atmosphère devient chaude, un peu moite. Et électrique surtout !

Huit albums. Vingt-trois ans d’existence. Des participations à des bandes originales de film et de séries (Pop Redemption, Buffy contre les Vampires, City Mouse, Veronica Mars…). Des collaborations prestigieuses (Nick Rhodes de Duran Duran, Mark Knopfler qu’il est inutile de présenter…). Voilà le résumé presque élitiste du groupe. Bref, on attend du lourd. Des sons hypnotiques, psychés à souhait soutenus par la voix sensuelle et rêveuse de Courtney Taylor Taylor, le  chanteur.

Planante. Voilà qui résume bien l’entrée discrète des Dandy Warhols sur le titre "Be In". Les morceaux s’enchaînent, toujours dans cette atmosphère étouffée sans être pesante. Les quelques petits soucis de voix et de sons ressentis au début laissent vite place à un bien être ressenti autant par le public que par les musiciens qui ont l’air (une fois n’est pas coutume !) contents d’être là. Zia et Courtney sourient, et Peter, le guitariste, ne se cache pas derrière son chapeau…. Des morceaux d’anciens albums ("Get Off", "I Love You", "Boho", "Killing Me") se mêlent à ceux de Distortland ("Seach Party", "You are Killing Me", "Pope Reverend Jim", …).

Il faudra attendre le très connu "We Use To Be friends", suivi du fameux "Bohemian Like You" pour que le public de l’Aéronef se déchaîne et que la soirée atteigne son paroxysme ! Et jusqu’à la dernière note, l’atmosphère ne retombe pas. Le titre "Boys Better" clôt en beauté le set. L’absence de rappel digne de ce nom nous laisserait presque sur notre faim mais peu importe.

Zia, visiblement inspirée, nous offre quelques sons des plus étranges sortis de son clavier et conclut la soirée par un « Faites de beaux rêves ! » qui nous arrache un sourire.

Ce concert n’était peut être pas le meilleur, mais il n’était surement pas le pire ! Puisqu'il faut être fair play... La prestation était nettement de qualité. Si l’envie vous en dit de creuser un peu plus l’univers du groupe, venez au même endroit, le 9 juin prochain pour la projection du film Dig qui retrace, par le biais d’images d’archives, l’histoire des Dandy Warhols et de leurs éternels rivaux The Brian Jonestown Massacre (en concert également à l’Aéro le 25 juin prochain) !

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
265 queries in 0,375 seconds.