Aujourd’hui13 événements

Sudden Death Fest au Red Studio de Douai

Stupide Karatter
2016 - 2018
R.I.P. en paix petits anges du peunk

A l'entrée du Red Studio, cette plaque funéraire annonce la couleur : c'est non sans humour que les Stupid Karate ont décidé de nous quitter ce soir. Et puis quoi encore, vous pensiez vraiment qu'on allait sortir les mouchoirs ? Autant en profiter pour quitter la scène après un dernier festival, le Sudden Death Fest, prétexte à réunir les formations proches qui ont accompagné le groupe au cours de sa courte (mais intense) existence : 18 mois, 60 concerts et 2 EP qui définiront l'identité d'un groupe de punk hardcore bourré de références décalées aux années 90, JCVD et, plus généralement, à une certaine culture alternative.

Tel est le programme de ce Sudden Death Fest, pendant lequel se succéderont Gunless, Full Contact, Soft Animals, Harassment, Listix, Radical Suckers et enfin Stupid Karate. Si on voulait une affiche généreuse, on peut dire qu'on est plutôt servi. Alors que j'évolue au milieu des crêtes et des vestes à clous, Full Contact finit son set et on se rend compte avec grand plaisir que le public a répondu présent à l'invitation. Ça remue timidement dans le public (n'exagérons pas, c'est un début de soirée) mais l'énergie est bien là. Au milieu de cette programmation clairement orienté punk, Soft Animals et leur esthétique "punk avec de jolies mélodies" (ou indie rock/emo si vous ne suivez pas les infos du flyer) tranche mais parvient à faire mouche face à un public qui n'était pas spécialement conquis à sa cause. Subtil, efficace et non dénué d'une certaine sensibilité, Soft Animals a le don de nous toucher en gardant une spontanéité. Un instant de sensibilité avant d'enchaîner avec Harassment et Listix qui, pour leur part, donnent dans le punk sans concession. On notera toutefois des influences post-punk pour les premiers qui viendront titiller l'auteur de ces lignes.

Une bière plus tard, on retourne dans la salle de concert du Red Studio pour le passage des Radical Suckers. A vrai dire, je n'avais pas spécialement d'attente sur ce concert, mon premier contact avec le groupe, il y a 2 ans, était terni par une tête d'affiche qui m'importait beaucoup plus... J'ai vite changé d'avis. Radical Suckers, c'est du gros rock'n'roll qui déborde d'énergie et qui ne te laisse à aucun moment le temps de respirer. Terriblement efficace, le trio enchaîne les titres sans laisser redescendre l'intensité et on en vient à se dire qu'un groupe de rock qui envoie une telle énergie, ça manquait. On se dit aussi à la fin du set qu'on vient de se prendre une claque et, à en croire les réactions dans le public, on n'est pas les seuls. Sans hésitation la grosse surprise de la soirée !

C'est vêtu de kimonos que les Stupid Karate montent sur scène pour ce concert d'adieu. Mais passons les salutations protocolaires qu'imposent la tenue, l'ambiance sera rapidement débridée aussi bien sur scène que dans le public. Rapidement les différents protagonistes de la soirée montent sur scène pour chanter au micro. Parmi ses titres, Stupid Karate enchaînent quelques reprises, ironisant sur le fait d'être devenu un cover band de punk rock. Qu'importe, le plaisir se lit sur chaque visage. Un dernier rappel pour la route et le Sudden Death touche à sa fin. Repose en paix petit ange parti trop vite, on se sera bien marrés !

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
210 queries in 0,588 seconds.