Aujourd’hui12 événements

Nouvelle Vague + 49 Swimming Pools au Splendid

Programmé à l’occasion des Paradis Artificiels au théâtre Sébastopol en avril, Nouvelle Vague est revenu à Lille en ce début de saison. Le projet musical Nouvelle Vague ayant la spécificité d’avoir des chanteuses différentes à chaque fois, qui sera sur la scène du Splendid ce soir ? La 1ère partie : 49 Swimming Pools fait durer le suspens. Les lumières s’éteignent, alors que sur l’écran au fond de la scène sont projetées des images réalisées par le groupe, le trio s’installe. La voix d’Emmanuel Tellier nous transporte sur des morceaux de leur premier album « Triumphs and Disasters, Rewards and Fairytales ». La soirée commence doucement avec « To The Dreamers » puis l’intensité monte avec « Goodbye Song ». Les sourires d’Etienne Dutin à la guitare et Fabien Tessier à la batterie font plaisir à voir. 49 Swimming Pools ne fait pas la première partie de Nouvelle Vague par hasard. Emmanuel Tellier appelle sur scène Olivier Libaux, l’un des producteurs de Nouvelle Vague qu'ils connaissent. Le temps de s’apercevoir que Fabien Tessier frappe sur la batterie juste avec ses mains, que la piscine est l’image récurrente qui revient sur l’écran et 49 Swimming Pools laisse la place à Olivier Libaux et son groupe.

Fin du suspens… En avril, Nadeah avait chanté aux cotés de Helena Noguerra et interprétait quelques morceaux avec Mareva Galanter (Oui, vous avez déjà entendu ce nom…). Un moment de transition puisque ce soir, Nadeah chante et danse uniquement avec Mareva. Comme en avril, ce duo blonde/brune commence avec « So Lonely » de Police version Nouvelle Vague. Mareva poursuit avec la reprise de Depeche Mode « Master and Servant » qui ouvre l’album «3 ». Nadeah fait monter l’ambiance d’un cran sur « Ever Fallen In Love ». Cette belle australienne joue avec les photographes et avec Olivier Libaux, puis commence à demander la participation du public. Et ça ne fait que commencer ! Elle révèle toute sa folie et son sex-appeal sur « Human Fly ». Sur « Too Drunk To Fuck », c’est toute la salle qui se lâche. Mareva enlève ses chaussures et fait crier le public alors que Nadeah traverse la salle, essaye de grimper sur les sièges de la salle comme au Théâtre Sébastopol en avril. L’exercice est plus difficile ce soir. La Rock’n’roll attitude du duo ne les rend pas vulgaire mais plutôt sexy. Pour calmer le jeu, Mareva entame un « God Save The Queen ». Les chansons s’enchaînent et ne se ressemblent pas. Quand on voit les cheveux décoiffés de Nadeah et sa ceinture déliée sur « Friday Night », on voit qu’elle s’est donnée à fond ce soir et que ça sent la fin du concert… Mareva clôt la soirée avec « la plus belle chanson de désamour du monde » : « Love Will Tear Us Appart ». Après deux chansons de rappel, l’équipe Nouvelle Vague salue le public et entame une dernière danse. Nadeah propose aux spectateurs de la rejoindre au fond de la salle pour faire des photos et signer des autographes. Elle s’est montrée comme en avril très disponible pour discuter avec le public à la fin du concert et lui présenter son E.P.

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
408 queries in 0,507 seconds.