Aujourd’hui18 événements

Jef Kino fête ses 50 ans au Splendid

De manière générale, un artiste célèbre ses années de carrière et il y en a d'autres qui décident de se lancer dans un pari un peu fou, celui de fêter leur propre anniversaire sur scène avec un plateau de plus de 70 invités. C'est ce que Jef Kino a souhaité faire pour ses 50 piges, 50 balais, 50 patates vendredi 6 mars 2020 au Splendid de Lille. C'est dans une configuration assise que le concert se fera. Public au rendez-vous, le spectacle commence, car oui ce soir c'est un peu plus qu'un simple concert.

UNE REDÉCOUVERTE DES 7 ALBUMS DE JEF KINO ET DES INVITéS D'EXCEPTION

Faire le choix de la setlist n'a pas dû être si simple que ça, sachant que Jef Kino a sorti depuis ses débuts, 7 albums studio, dont certains sont même des collectors au vu de leurs raretés ! Le spectacle, sera divisé en deux sets de 13 titres chacun, comme un nombre porte bonheur ce soir.

Le set commence avec les chorales de Ronchin et de Mons en Baroeul, de manière douce, intimiste, avec Jef arrivant du fond de la salle, accordéon à la main, son instrument de prédilection, une simplicité et proximité qui n'a jamais changé en plus de 20 ans de carrière. S’enchaîne "Je viens d'un pays" et "Liberté", issus du dernier album "Haut les cœurs". Puis place au Black Note Big Band de Ronchin sous la direction de Jérôme Roselé qui a travaillé sur le répertoire de Jef pendant 2 mois. Une section cuivre sur scène fait toujours son effet, et effectivement dès les premières notes de "Qu'est-ce que tu me dis mon cœur", on assiste à une puissance qui donne des frissons, un lancement prenant pour 5 titres consécutifs ! Ça envoie, c'est puissant, c'est beau. On pense au plaisir que doivent vivre ces musiciens et artistes ce soir.

Première invitée de la soirée, Mylène Seignez pour le duo "Jamais le tour" où Jef, très ému en ce début de soirée, est confronté au trou de mémoire. Le public lui répondra avec des applaudissements et des encouragements, car oui, ça doit bousculer n'importe quel artiste d'avoir autant d'émotions d'un coup sur scène, et c'est beau à voir. On pourra souligner les magnifiques arrangements des cuivres sur le prochain titre "Tout pour être heureux", digne des grands films hollywoodiens. La seule frustration, c'est cette configuration assise qui ne nous permet pas de bouger notre body comme on aimerait... et c'est à ce moment au 8ème titre de cette première partie de set "Souriez souriez", que Jef nous encourage à nous lever pour "combler" le petit espace entre la scène et le premier rang. Public timide ce soir, il s'exécutera qu'un peu plus tard dans la soirée. Vient le titre "Sleepman" avec Louis, 9 ans, fils de Jef, très timide mais qui a bien assuré ce duo, pour un titre écrit pour lui, autour des préoccupations et interrogations d'un enfant, la peur etc. Qui du père ou du fils est le plus fier l'un de l'autre, impossible de trancher, l'émotion parle d'elle-même. Ce soir, Jef est heureux, généreux, blagueur, vrai. Le titre "L'homme transparent" posé comme une valse à la Jacques Brel, est encore un peu plus intense et beau ce soir. Le premier set ce termine avec un autre duo sur "Les Baltringues" avec Loïc Lantoine, ami de longue date de Jef. Un plaisir de voir ces affinités et ces moments de complicités entre artistes et amis à la scène comme à la ville, et ces moments se multiplieront en deuxième partie de soirée.

Petite pause, puis reprise tout sourire avec un public réactif. "Les voisins" en duo avec Alexandre Lenoir des Blaireaux est très dynamique et humoristique, sans compter le plaisir entier de le retrouver sur scène à défaut d'un spectacle des Blaireaux. Suivi de "Dis-moi dis-moi" avec le violoncelliste William Schotte moment suspendu du temps, et belle harmonie avec les musiciens de base de Jef sur cet album/tournée, Hervé Poinas à la basse (Les Mauvaises Langues), Laurent Mollat à la batterie (Les chasses Patates), Guillaume Montbobier à la guitare (Lénine Renaud). "La nausée" avec Seb Dil et Monsieur Rémi (qui nous confiera après le concert, son immense plaisir à fouler la scène du Splendid avec Jef qui l'a beaucoup inspiré dans son propre parcours). Franck Vandecasteele des Marcel et son orchestre sur le titre "Personne", exécuté de manière très chic et classe par deux grands de la scène locale. Puis s'enchaine le titre très swing "Plus glamour, plus sexy", avec le retour du Black note Big Band sur scène, rempli de sons hyper jazzy, Jef version crooner on adore. Un vrai Franck Sinatra, quelque note de "My Way", le public est en folie, notre Jef lover fait le show ! Ensuite "DJ Story" fait bouger le Splendid tout entier, puis Jef accueille sur scène sa complice présente sur plusieurs albums, Cécile Cognet (Cactus in Love), pour deux titres "La fille aux cheveux d'or" (album "Haut les cœurs") et " Tout doit disparaître" (album "Tous pareils"), elle lui chantera également un Joyeux anniversaire avec le public. Moment plus doux et intimiste d'artiste à public avec "La vie peut être belle", une baisse de vitesse qui apaise avec ce texte plein de sens et de justesse, qui sublime ce moment suspendu.

UN FINAL INTENSE EN ÉMOTION

Fêter ses 50 ans, ça bouscule parfois aussi. La vie est belle et c'est Jef Kino qui nous l'a dit au Splendid de Lille ce soir. Puis moment inattendu pour Jef, tous les artistes invités montent sur scène pour chanter un Joyeux Anniversaire collectif, anniversaire des 50 ans mais aussi pour célébrer sa longue et belle carrière. Il souffle sa bougie, est ému, puis poursuit son set avec "Les amants d'hier et d'aujourd'hui". Une intensité du titre avec la gradation appuyée par les cuivres, pour finir sur le final avec Philippe Moreau, Laurent Combes et Bertrand Denele des Mauvaises Langues, les amis de toujours, pour le titre "La solitude", qui est bien brisée ce soir tant cette soirée fût une bouffée d'oxygène pour le public et les artistes face à l'actualité de ce début d'année 2020. Rappel ultime avec l'ensemble des invités pour deux titres "Je viens d'un pays" et "Qu'est-ce que tu me dis mon cœur", comme l'envie de continuer cette soirée jusqu'au petit matin. Mais il est temps de se quitter et de se donner rendez-vous pour la prochaine dizaine ?

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
249 queries in 0,729 seconds.